mercredi 20 septembre 2017

Offrons un peu d'exotisme à l'automne avec une recette de poulet - carottes sauté au sésame

La combinaison parfaite pour s'assurer dans nos assiettes une belle transition vers la fraîcheur : la recette du poulet sauté au sésame ! 


En cette veille du premier jour de l'automne ... on se prépare psychologiquement à l'arrivée du froid, de la pluie et des feuilles rousses qui volent ... ah non ... en fait cette année on subit l'avant goût d'une météo digne de novembre depuis début septembre !!! 
C'est d'ailleurs bien ce qui m'a poussée à ouvrir mon classeur de cuisine top secret un peu plus tôt que prévu ... celui dans lequel je collectionne depuis 20 ans mes meilleures recettes ... 
Objectif : dégoter une idée de plat pour nous réchauffer mais qui ne nous propulse pas trop vite en mode hivernal ... Mes yeux se sont arrêté sur une vieille recette que je n'avais pas réalisée depuis quelques années ... un mélange d'ingrédients et de saveurs débarquées d'Asie.

pot dans une cuisine rempli de grains de sésame

Comme d'habitude j'ai un peu arrangé l'histoire à ma sauce ... mais voici les ingrédients indispensables à cette élaboration culinaire accessible aux plus petits budgets :


(pour 4 personnes)
- des blancs de poulet fermier ... parce que mangeons moins de viande mais mieux ! J'insiste sur le fermier ... ayons une pensée pour les pauvres poulets élevés en batterie ... choisissez du gallinacé qui a gambadé SVP !!! Si votre budget est vraiment serré ... abusez du couteau comme en Asie justement : émincez et émincez encore ... faites des petites lamelles de poulet ... faites illusion avec peu pour faire beaucoup (pensez juste à les saisir vite fait sans les cuire trop longtemps pour garder la saveur et le moelleux). N'hésitez pas non plus à acheter comme moi des dates courtes et congeler ... la viande blanche supporte très bien contrairement à la rouge le passage au congélo ! Pour la quantité, c'est donc vous qui voyez en fonction de vos appétits et de vos moyens ... j'ai pour ma part utilisé environ 600g de blancs de poulet. 

- 1kg de carottes ... bio from Lidl ! L'avantage des carottes c'est que ça ne coûte pas cher du tout ... alors c'est un des seuls légumes où quand on passe au bio ça reste raisonnable et abordable ... c'est sur ce genre d'achat que je me fais plaisir ! Mais pas bio ça fonctionne aussi bien sûr !

- 4 gros oignons 

- 3 cuillers à soupe de graines de sésame

- de la ciboulette au taquet parce que c'est trop bon ! ( j'ai des gros sacs de ciboulette coupée surgelée de Leader Price dont j'abuse j'avoue ! )

- 4 cuillers à soupe de sauce soja salée ( la Suzi Wan est très abordable )

- 1 cuiller à soupe d'huile de sésame ( j'en ai acheté de la marque Auchan et ce n'est pas cher du tout ! )

- de l'huile d'olive

- de la purée de piment, ou du tabasco ou de la sauce piment ... bref un truc qui pique et qui envoie quoi !!!

gros plan sur des carottes et des oignons cuits et émincés
Et maintenant qu'on a tout qu'est-ce qu'on fait ???

Ayant jeté mon vieux wok Ikea qui s'écaillait, j'ai réalisé toute la recette dans ma sauteuse. 

1. Faire revenir les carottes coupées finement en rondelles dans un filet d'huile d'olive ... laissez-les fermes et les mettre ensuite de côté dans un bol.

2. Faire fondre à la place des carottes les oignons émincés puis mettre de côté sur les carottes.

3. Sur une autre plaque, faire blondir les grains de sésame dans une poêle anti-adhésive surtout SANS matière grasse, seulement à sec.

4. Dans la sauteuse, faire revenir le poulet émincé à feu moyen 2-3mn puis y ajouter les carottes et les oignons. Réchauffer 1mn. Y ajouter la sauce soja. Remuez. Puis ajouter votre tabasco ou piment. Remuez 30sec.

5. Retirez du feu. Y ajouter les grains de sésame blondis, l'huile de sésame et la ciboulette ! 

Servez directement ... et hmmmmm ... dégustez ...

bouteilles d'huile de sésame et de sauce soja posées dans une cuisine à côté d'un saladier rempli de carottes cuites en rondelles

Une recette simple et familiale comme je les aime ! 

A partager sans modération
spatule en bois dans une sauteuse rempie de poulet sauté au sésame carottes oignons ciboulette et sauce soja

À table !

vue de dessus d'une sauteuse remplie de poulet sauté au sésame et aux carottes oignons ciboulette sauce soja posée sur une plaque de cuisson

mercredi 13 septembre 2017

Nostalgique jusqu'au bout du look ...

Elle m'a saisie ... par surprise ... tout en douceur ...

La nostalgie s'est invitée cette année pour la rentrée ...

femme classe au look vintage contre un camion vintage
 L'avant veille de la reprise de l'école, nous enchaînions encore le rythme effréné de la saison : boutique, marchés nocturnes et du matin. La rupture, le changement radical du jour au lendemain aurait dû nous couper le souffle ... nous désarçonner un peu comme les autres années ... mais pas vraiment finalement.
On attendait certes avec impatience de savoir si les filles allaient retrouver leurs meilleures copines en classe ... mais c'est surtout une espèce de routine qui a semblé s'installer. Pas de changement majeur, pas de classe charnière : Pimprenelle en CM1 et Bouchon en CE1. Toujours la même école. Toujours les mêmes têtes. Un environnement si familier qu'il rassure.

De mon côté, c'est ma vie que j'ai vu défiler ... comme une impression de remonter le temps. Un événement tout simple m'a propulsée dans le passé : la météo ! Pour la première fois en ce 1er jour de classe : il a plu, il faisait frisquet et gris me remémorant simplement mes propres rentrées parisiennes. 
Habituellement à Perpignan, on ne vit pas le concept de "rentrée" comme ailleurs ... on est encore dans un mood vacances ... cherchant désespérément des nouveaux nu-pieds à acheter pour tenir jusque novembre, arborant nos plus belles tenues estivales en s'offrant encore des escapades à la plage après l'école. Sauf que ce 4 septembre est à l'image de la saison 2017 : maussade. Je ressors mon jean pattes d'éph' narguant tout de même le ciel d'une paire de sandales à talons.
femme au look vintage appuyée contre un vieux camion citroën : photo de mode
Je vous avoue qu'un autre événement très important a pris le dessus ... Mamie Chérie fêtait ses 70 ans le 5 septembre ... l'organisation d'une jolie surprise en pleine semaine,  pour célébrer cet anniversaire le jour même, a un tantinet occulté je dois l'admettre  cette rentrée des classes.
Ces deux jours de parenthèse enchantée sur le somptueux Domaine de Riberach m'ont également enveloppée de cette douceur feutrée qu'on appelle nostalgie ... sans tristesse ... simplement consciente au fil des ans qu'il faut savourer ces moments magiques de bonheur partagé. 

Ma foi, toute considération poétique automnale passée ... le train-train habituel des rentrées scolaires s'est à nouveau imposé : paperasse, inscription, réunion, organisation des activités extra-scolaires, courses, lessives et ménage lamentablement négligés en plein été. Compensation de ces aléas du quotidien : le retour de la semaine à 4 jours amplement savouré ... d'autant que cette semaine j'ai complètement oublié ce nouveau rythme ... quand j'ai réalisé qu'on pouvait enfin souffler le mardi soir, ce fut un hallucinant soulagement. L'euphorie absolue dirais-je même ... il en faut si peu parfois !

Je n'ai qu'une frustration c'est finalement de ne pas avoir eu l'impression de profiter pleinement d'août et juillet ... le programme a été bousculé pour pas mal de raisons mais j'insiste : la météo a eu un rôle indéniable ... la chaleur en continue, les belles journées qui nous paraissent éternelles m'ont sincèrement manqué. Je misais sur septembre pour me rattraper mais pluie et tramontane n'ont pas l'impression de vouloir nous oublier ... j'ai ceci-dit un plan B ... tout va se jouer dans une semaine ... il nous reste à l'Homme et moi un dernier tour dans notre sac ... croisons les doigts !!!

jeudi 7 septembre 2017

Durex, faut qu'on parle !

Je ne te sens pas très fairplay sur ce coup … un peu comme revanchard voulant me faire payer ton abandon pendant 6 ans au détriment de ce satané stérilet.


J’avoue que tu ne m’avais pas particulièrement manqué savourant même le jour où j’avais … pensais-je … tiré sur toi un trait définitif. Et puis le scandale Mirena : la fin d’une histoire déjà trop longue est arrivé … t’assurant quelques choux gras, crois-moi !!!
Faisant partie de la vague de victimes qui s’ignoraient du stérilet aux hormones … je me suis à nouveau retrouvée face à ta gamme dans le rayon capotes de mon supermarché. Tu la vois la poule qui a découvert un œuf ? C’est tout moi ! En 6 ans je ne te reconnais plus : tes packagings nous vendent du rêve promettant un peu plus chacun le nirvana … à croire que sans toi l’Homme n’est rien et que tu feras le boulot à sa place !!!
boîte de préservatifs Durex invisible ouverte avec capotes sur le sol

Je décide de confier mon plaisir à tes slogans envoûtants et jette mon dévolu sur le plus séduisant : l’invisible extra fin. Il est tellement invisible qu’on n'a jamais réussi à le mettre en fait … 
Comment ça l’Homme a perdu la main ??? Ça ne s’oublie pas. C’est comme le vélo. Et puis il n'est pas né de la dernière pluie … ayant bien profité avant moi de tout ce que la nature lui offrait … s’assurant le niveau "expert".

Alors voilà, grâce à cet "invisible" indéroulable on est resté sur notre faim … en mode "je crève la dalle" ... par deux fois même … parce qu’on n’est pas du genre à s’avouer vaincus dès le 1er essai … on a retenté (euh on n’en pouvait plus en fait). 
Imagine-toi Durex déguster une bouchée de ce délicieux gâteau au chocolat … hmmm … une deuxième même … et qu’à la troisième on te dise " stop assez " en te laissant l’assiette sous le nez ! Durex, voilà ce que tu nous a fait subir. Alors si j’étais toi … j’ajouterai sur le packaging à côté du NF : "objet de torture certifié".



boîte ouverte de 3 capotes durex feeling sensual posée sur des galetsNe pouvant m’assurer des nuits de folie avec l’invisible (au prix bien visible quant à lui d’ailleurs) … je décide de descendre en gamme … et surtout de ne pas m’enflammer. J’ai compris la leçon : ne pas miser sur le format "familial" (certes ce n’est pas trop approprié comme terme pour des capotes) mais plutôt sur l’échantillon histoire de tester. J’investis dans l’autre préservatif au titre prometteur : le " feeling sensual" en boîte de 3. 

1ère essai validé ! quel désespoir de savoir que notre bonheur tient à un bout de latex.

Durex tu nous as conquis cette fois-ci … on y va confiant ... même dans le gaz en pleine nuit ... remettant entre tes mains notre future non-descendance. Perso je me rendors sur mes deux oreilles laissant le soin à l’Homme de gérer son appendice en plastique … maintenant que j’ai abandonné celui qui me pourrissait l’utérus … chacun son tour ! Tout allait bien … vraiment bien … jusqu’au lendemain matin où je découvrais ce sympathique message laissé par l’Homme sur la machine à café :
mot écrit à la main sur un bout de carton "préservatif explosé"


_____ le temps s'arrête _____

°°° réveillez-moi °°°




1ère phase -> le sol se dérobe sous mes pieds
2ème phase -> relire le mot pour la 53ème fois
3ème phase -> intégrer définitivement le message et conclure par un 
"Durex, je te déteste".



Une douce chanson tourne à ce moment en boucle dans ma tête : celle de la sage-femme qui m’a retiré Mirena « attention attention … les préservatifs ne sont pas infaillibles ! ».
Madame je sais tout arrête de m’enquiquiner. 
Laisse-moi tranquille.   
Non je ne prendrai pas la pilule à la place. 
J’ai dit non.



Après avoir alerté la terre entière pour connaître mon % de risque de tomber enceinte à 6 jours de cycle, je rejette l’idée de courir à la pharma acheter la pilule du lendemain. Je m’en remets à Dame Nature qui malgré ses nombreux mystères ne peut pas me faire un coup pareil … pleaaase non pas de petit 3ème … supplication … incantation … imploration !!!



Après 3 ristretto cul sec, je pars déterminée faire les courses de rentrée. Forcément je passe par le rayon préservatifs n’étant pas prête à rejoindre le camp des asexuels … définitivement pas … 

Durex, je te soupçonne d’avoir manigancé ton coup … d’être à la tête d’un gang de marketeurs plus vicieux que vicieux. Parce que comme par hasard … je dis bien … comme par hasard … tu me brandis sous l’œil une nouvelle promesse. Tu abuses de la corde sensible qui vibre en moi. Ma peur irréfrénable me pousse à l’acte … celui de rempiler une fois de plus … de te faire à nouveau confiance alors que franchement tu ne le mérites décemment pas … je les ai finalement achetés alors que la concurrence me tendait les bras :

boîte de préservatifs Durex ultra safe

Parce que j'ai décidé de miser sur le plaisir en toute confiance.





On dit jamais 2 sans 3 … mais Durex s’il te plaît, fais en sorte que le dicton ne s’applique pas à un 3ème lardon !