mardi 27 juin 2017

T’habites dans le Sud et t’as pas de terrasse ?

Sachant qu’il y a encore pire comme préjugés sur les sudistes … hmmm … du style 't’habites dans le Sud et t’as pas de maison avec jardin ?' … la question existe aussi en version luxe 't’habites dans le Sud et t’as pas de piscine ? ni de décapotable ?'.

Alors comment vous dire … certes la vie côté soleil a énormément de points positifs … je ne vois d’ailleurs que des points positifs depuis ma migration il y a 15 ans (Paris me manque mais plus pour y vivre : trop de pollution, trop cher, trop gris) … ceci étant vous ne gagnez pas au loto sitôt Clermont-Ferrand franchi ! Désolée, je vous casse un rêve.
petit dejeuner sur la terrasse de babidji : théière, tasse et tartines
Et puis ... tout est question de relativité … dans mon coin les prix immos peuvent encore être abordables sauf que les salaires frôlent le niveau de la méditerranée … à 50 € au dessus du SMIC vous êtes le roi du pétrole ! De toute façon si déjà vous avez un boulot,  c’est Byzance ici. Faut arrêter de se plaindre non mais. On a le soleil après tout (à les écouter, certains recruteurs doivent penser que le soleil remplit le caddie et le réservoir à essence).
femme qui prend son petit dej sur sa terrasse en se servant un thé
Les petits déj. ont une autre saveur quand on prend de la hauteur !  
Nous habitons donc dans le Sud, nous avons le ciel, le soleil et la mer (pour la trilogie ne me remerciez pas … j’avais juste envie de vous mettre la chanson en tête !), nous vivons comme tout le monde dans des HLM, des ‘studettes au charme rustique’ (soit des chambres pourries avec deux poutres qu’on se prend en plein front à chaque  fois qu’on bouge) ou des ‘mas coquets proches de tout moyen de locomotion’ (soit une maison Bouygues en carton coincée entre l’aéroport et la voie ferrée, port de boules quies obligatoire pendant les barbecs entre potes). Bref, le Sud est comme partout ailleurs.

cactus très piquants en gros plan sur une terrasse
Pourtant la babidji family est méga vernie.
Il y a 10 ans on a acheté avec nos modestes moyens une petite maison de village en pierres à retaper totalement avec ‘sa grande et somptueuse terrasse vue sur les montagnes’. Le truc qui vous fait vaciller à l’instant où vous franchissez la porte. A part qu’il y a un couac … la terrasse est en contre-bas : escalier obligatoire et adieu la vue quand on y descend ! De plus, expo plein Sud : fabuleux à Dunkerque mais insoutenable à Perpignan. Conclusion : sur la terrasse on n’y va quasi jamais !

On voit le potentiel. On imagine nos soirées entre amis sur cette sublime terrasse rehaussée, histoire de profiter du panorama. Cela implique des travaux titanesques et surtout du pognon, parlons franchement.
Il nous aura donc fallu 10 ans pour aboutir ce projet. L’Homme y a accompli son 12ème travail tel Hercule. Il en a tellement bavé qu’il m’a dit : plus jamais. Il a creusé, décaissé, transporté des tonnes et des tonnes de terre. Parce qu’il a prévu une pierre deux coups : mettre la terrasse au niveau du salon et prévoir notre ‘suite parentale’ dessous. Les filles pourront ainsi, avoir enfin chacune leur chambre.

babidji debout sur sa terrasse face aux montagnes en train de boire son thé
Le gros œuvre, comme on dit, est terminé depuis l’automne dernier. On est à sec … les travaux sont donc en suspend.
Il nous reste toutes les finitions : un sol pour commencer. J’ai repéré un carrelage extérieur imitation bois chez Leroy Malin que j’adore. On doit aussi investir à tout prix pour se protéger du soleil : store ou pergola à lames … on va voir. Je vais devoir acheter au plus vite des stores extérieurs pare-soleil VELUX, en plus des ‘occultant’ pour les fenêtres qui permettent à la future chambre du dessous d’être lumineuse. Pas le choix, il nous faut de la qualité et surtout des produits performants pour ne pas crever de chaud. Enfin le meilleur, le plus sympa, l’investissement pour chiller et profiter avec les potes : barbec, tables, chaises et transats !!! J’ai déjà repéré un super fauteuil Lafuma. Concernant le reste (table et chaises surtout), j’ai souvent envie de craquer sur les ventes privées qu’on trouve sur la toile. Ça reste compliqué ! Ce sont des articles onéreux. Ils nous font de l’œil avec des offres incroyables mais je ne peux m’empêcher de penser sur ce genre d’objets qu’ils gonflent les prix de départ. Bien souvent on ne connaît pas les marques … Autant pour les grandes enseignes c’est facile de vérifier, mais là je me retrouve toujours bloquée !

En attendant de finaliser notre coin de paradis, je profite de ma terrasse version béton brut pas fini, de la table en bois bancale qu’on a récupérée chez ma mère et, de la chaise longue de plage que ma belle sœur a achetée l’an passé. Un coup d’œil sur mes montagnes et tous ces petits détails sont immédiatement oubliés !!! 
collection de cactus de babidji sur sa terrasse ocre du sud de la france
logo forme coeur partenaire

dimanche 18 juin 2017

Verrine fraîcheur de l'été : recette express !

Concombre, pomme granny, menthe fraîche, crème légère et poisson fumé : simple et efficace ! 

En ces temps caniculaires ... en cette transition climatique juste flippante quand même ... parce qu'ici à Perpignan on atteint des sommets en ce début juin comme jamais ... pas le choix que d'adapter très vite ses menus comme en plein été !
On a envie de manger frais, léger, équilibré ... finalement on va peut-être y arriver à perdre ces kilos en trop avant août ... sans même faire de régime ! La météo nous impose son rythme qui sera naturellement light dans l'assiette.

Depuis le temps ... vous m'avez cernée ! J'aime les recettes simples et efficaces ... celle-ci est sortie tout droit de ma petite tête lors d'une séance d'apnée dans mon frigo ... cherchant désespérément ce que je pourrais bien concocter avec ce qu'il me proposait !
photo du dessus verrine fraîcheur poisson fumé concombre pomme et menthe

Verrine fraîcheur pour faire fureur : 

  • Râper un concombre et 1 granny smith. Les mélanger.
  • Garnir le fond des verrines (les miennes sont grosses ce ne sont pas des modèles réduits pour apéro ! Ce sont en fait au départ des verres à whisky)
  • Mélanger dans un bol : crème semi-épaisse, filet d'huile d'olive, trait de citron, menthe fraîche ciselée, sel (attention à bien doser en fonction du poisson fumé qui peut parfois être très salé)
  • Recouvrir le mélange concombre / pomme avec la crème
  • Couper en lamelle un poisson fumé au choix. Ici j'ai utilisé du flétan noir fumé.
  • Déposer les lamelles de poisson sur la crème
  • Pour conclure : un peu de poivre du moulin et quelques restes de menthe ciselée par dessus (j'ai triché je n'avais que de la menthe surgelée ce jour ... même plus un petit reste des mojitos du week-end ... damned !)
A sortir du réfrigérateur au dernier moment ! Dégustez, c'est succulent ! J'aime bien acheter un pain au seigle ou multi-céréales pour l’accompagner.
Photo verrine de l'été poisson fumé sur lit de crème à la menthe pomme et concombre
Bon ap'

lundi 5 juin 2017

Mirena : la fin d'une histoire déjà trop longue

Babidji surferait-elle sur la mode du stérilet bashing ? Voudrait-elle faire de la récup' des sujets à la mode, ou encore s'engouffrer, tête baissée, dans la brèche du pathos qui fait vendre du papier ?


Je ne crois pas.
Je dois avouer qu'arriver chez mes amis en échangeant du coin de l’œil avec Audrey leur fille de 15 ans d'un air entendu "ma pauvre on vit la même chose" ça créé de sacrés liens ... dont on se passerait bien. Se retrouver un peu plus tard dans la soirée pour savoir qui de Keracnyl ou Effaclar remporte le combat. Se dire qu'exploser un ou deux boutons quand même ça soulage ... les nerfs et la douleur ! 
Avec un peu de recul, je lui dis que l'acné ça permet de faire plus jeune voire même de combler les rides !!!

Mais non.
A 37 ans ce n'est plus possible. Depuis 2 mois ça pullule ... au départ je mettais ça sur le retour du printemps bien sûr ! Mais quand même : le dos bouffé, puis le décolleté et même les avant-bras ... il y a un truc qui ne colle pas !! Surtout quand tu ne l'as jamais vécu ado. Heum heum, ce n'est pas sans me rappeler les 3 premières années après la naissance de Bouchon, fleurie du même bourgeonnement extraordinaire. Ça s'était calmé depuis 2 ans à presque disparu depuis l'été dernier. 

Et les touffes de cheveux que je perds depuis 3 mois à outrance, on en parle ? 
Il y a un sérieux souci parce qu'au niveau concordance des saisons ça ne fonctionne plus ... les boutons au printemps certes mais les tifs qui tombent c'est à l'automne, pas maintenant. 

Depuis 2-3 mois, j'ai l'impression d'avoir le corps qui perd le Nord  ... vraiment ... forcément je me sens mal : le teint brouillé et vilain, les cheveux ternes et filasses ... sans parler d'une petite bouée qui s'installe alors que mon régime alimentaire reste essentiellement le même.
Quand les langues se délient, quand on ose enfin s'exprimer, parler, partager, on rend et se rend service, croyez-moi !
Jusqu'à présent je disais "après l'accouchement de Bouchon, tout s'est déréglé" ... sauf que ce n'est pas la naissance de n°2 qui a tout chamboulé : c'est depuis la pose de mon stérilet aux hormones Mirena !!! Elle est ici la corrélation.

Et boom ! "l'affaire" Mirena a explosé. 
Les articles sur la toile se sont multipliés ... j'en ai partagé un paquet sur ma page facebook ... des plus alarmants aux plus tempérés
Je suis tombée des nues ... comme la plupart de mes copines qui vivaient elles aussi ces dérèglements jusqu'à présent inexplicables.
En fait, on subit sans trop oser l'ouvrir. Comme d'habitude la femme abdique par peur de trop se plaindre, de geindre, d'être faible parce qu'on doit assurer sur tous les fronts encore et toujours ! On se dit c'est la fatalité ... Dame Nature a décidé de me sacrifier sur l'autel de la féminité : mère seulement je resterai !

Pourquoi, me demanderez-vous, se révolter seulement maintenant ?
Plutôt étonnant cette prise de conscience tardive alors qu'on a renouvelé mon stérilet en octobre dernier ??? En effet, je n'ai pas fait le lien entre mes galères et Mirena lors de la 1ère pose pour plusieurs raisons : 

1/ comme je vous l'expliquais il y a 6 ans dans ma fabuleuse épopée (à lire vraiment) : Il était une fois mon 1er stérilet, j'aurais vendu ma mère pour avoir une contraception non contraignante ... pour profiter pleinement de mon Homme, l'épuiser jour et nuit sans passer par l'option capotes ni bébé ! C'est ce qu'on appelle avoir une sexualité épanouie sans chichis comme n'importe quel couple qui vit ensemble depuis une décennie. Le stérilet représentait pour moi la seule solution sur la voix de la libération du téton.

2/ parce qu'on me l'a super bien vendu ! Si vous l'aviez entendu ma gynéco de l'époque : "Mirena est absolument incroyable : super bien toléré par les femmes, de + les hormones ne passent pas dans le sang (ahahahah je me gausse) ce qui est fabuleux pour vous fumeuse contrairement à la pilule (de toute façon on s'en fiche je ne la supporte pas) ... et puis vous verrez (tadahhh argument ultime) vous n'aurez plus de règles ! (manque de bol j'en ai encore, + faibles mais encore tout de même)".

On l'appelle : le miracle de la science. 
Naïve que je suis, j'y ai cru. On nous vend du rêve. On est dans une époque où tout est censé se guérir, avoir une solution technologique ou scientifique. Pourquoi se méfier ? Je fais confiance en cette femme qui s'occupe des femmes ! 

Et puis j'ai changé de gynéco car la mienne commençait à déraper sérieusement, notamment quand elle m'a prescrit des hormones (que je n'ai jamais prises dieu soit loué) alors qu'au bout de 8 mois de Mirena je lui faisais part de mes règles constantes et abondantes. Déjà à l'époque, je l'appelais pas très convaincue Oh toi stérilaid ! (une ode écrite par lassitude). 
Il faut croire que j'y tenais plus que tout à ma liberté sexuelle parce que je me suis entêtée ... au point d'occulter que cette saleté pouvait être réellement néfaste.

Les années passant, on s'habitue. On se fait une raison. Et au bout de 3 ans et demi, les effets s’atténuent ... le stérilet diffuse moins ... 
Jusqu'à cette dernière année (un stérilet Mirena se garde 5 ans) où cet appendice toxique a lancé l'offensive ultime : des douleurs affreuses dans les seins. A tel point que ma gynéco m'a prescrit une mammo. On marche sur la tête parce que ce Sacro Sein dont je vous parlais s'est tapé des rayons nocifs pour rien ! Le radiologue me l'a bien signalé : "évitez de refaire une mammo de suite sur des cellules saines" ... 
La gynéco a pourtant émis l'hypothèse que Mirena pouvait être la cause de ces douleurs ... elle n'a pourtant voulu prendre aucun risque ... ni me déconseiller Mirena, ni m'éviter les rayons X.

Stupide, débile, aliénée que je suis !
J'ai récidivé. En octobre, j'ai renouvelé mon stérilet. J'avais oublié les poussées d'acné, les pertes démesurées (ah oui parce que ça aussi !), les cheveux qui tombent ... obnubilée par la seule volonté de ne plus souffrir des seins tout en restant protégée.
Je stressais vraiment du remplacement ... parce que la 1ère fois j'ai vraiment eu mal. Coup de bol tout s'est bien passé ... un rayon de soleil au pays des galères de ma contraception !

Nous y voilà 6 mois après.
Au départ, je n'y ai toujours pas cru. J'ai commencé à pester. J'ai commencé à subir. Et puis vous m'avez parlé. Vous avez témoigné. Les journaux vous ont relayées. J'ai halluciné. On me retirait le voile que j'avais devant les yeux pour me révéler l'envers du décor. Mirena était la cause de mon mal-être, celui d'avoir l'affreuse sensation de pourrir de l'intérieur.

Et encore ? que dire face à celle qui ont atteint une libido zéro ? un état dépressif ? ou pris je ne sais combien de kilos ???
Mirena c'est aussi cela.

J'ai commencé à en parler autour de moi. Les témoignages ont corrélé.
Le souci c'est que la plupart des médecins (j'ai bien dit la plupart et pas tous ... une ami a eu un gynéco fabuleux qui lui a de suite retiré Mirena quand il l'a vue avec ses milliers de boutons et toute gonflée) ne jurent que par la contraception. Certes, ça ne doit pas être drôle de gérer des avortements ou être le témoin de familles qui s'agrandissent sans en avoir les moyens ... ceci étant nous devons rester maîtresses de nos corps. Plutôt que de nous culpabiliser, ils doivent nous informer, nous responsabiliser et nous aider. 
On ne va pas se voiler la face : toutes mes copines ont menti pour se le faire retirer avant le terme. Toutes ont invoqué une fausse envie de petit dernier ! 

Mirena n'habitera plus en moi.
J'ai bien compris que ma gynéco ne serait pas de mon côté. Maintenant là tout de suite, j'ai tout sauf envie de lutter. Tout sauf envie d'argumenter, de me sentir infantilisée et de me faire culpabiliser. 
J'ai alors décidé de dégainer le plan B ... j'ai appelé une amie sage-femme qui m'a passé le contact d'une de ses consœurs libérales. J'ai opté pour la solution d'un suivi gynéco temporaire chez elle. Je l’appellerai dès demain pour prendre rendez-vous et me le faire retirer.

Tous les soirs je m'endors stressée. Si je pouvais me l'arracher. 
Après le scandale de Diane 35, celui des tampons et maintenant de Mirena, il est évident qu'on nous prend pour des jambons ! Ce qui me désespère le plus c'est d'avoir parfois mes congénères, ces femmes médecins qui jouent contre leur camp ! 
Alors oui Mirena convient à une grande majorité ... c'est la très bonne nouvelle ... mais ne faites pas passer pour folles celles qui ne le tolèrent pas. Croyez-nous, on en rêverait d'un contraceptif qui nous élève au 7ème ciel en toute sérénité.
En attendant que faire ? 
Tenter le stérilet en cuivre ? Je ne me sens pas la force d'une nouvelle intrusion. Je vais attendre.
Une chose reste sûre, nous nous rabattrons sur ce préservatif que nous avons tant rejeté, désavoué, maltraité ... parce que nous l'affirmons sans complexe, nous sommes adeptes du latex, le plastique c'est fantastique, le caoutchouc super doux, c'est une question de réflexe ! (on me souffle à l'oreille que d'autres l'ont dit avant moi ... ©Elmer Food Beat)

Avec un peu de chance, Mirena sera aussi la cause de mes insomnies démoniaques depuis 6 mois qui me rendent dingue, de mes sautes d'humeur et des montagnes russes émotionnelles que j'ai l'affreuse sensation de subir depuis des années sans raison. Je ne peux absolument pas l'affirmer contrairement à d'autres symptômes qui me semblent évidents. Seul l'avenir me le certifiera.

En attendant, Mirena est un vrai scandale sanitaire dans le sens où il est indécent de ne pas informer les femmes sur le ratio risques / bénéfices de ce contraceptif. Le corps médical connaît les effets secondaires et nous les cache. Sachez que lorsqu'on me l'a posé pour la première fois, je n'ai pas eu la notice en main devant faire confiance aveugle à ma gynéco. J'en ai pris connaissance une fois seulement le stérilet logé dans MON utérus (je vous l'expliquais ICI).

Par ailleurs, je bénis les réseaux sociaux si souvent dénigrés parce qu'ils permettent de faire circuler les témoignages et de mettre les victimes en relation. Vous trouverez sur Facebook plusieurs groupes dédiés aux effets secondaires de ce stérilet.

Ne doutez jamais de vous. Écoutez votre corps. 
{ Tout ce que je n'ai pas osé faire }

Edit du 14/06/2017 : une sage-femme libérale m'a retiré Mirena le 13 juin 2017. Elle m'a confirmé que les insomnies étaient sûrement dues au stérilet comme l'acné, les pertes, les pertes de cheveux et les douleurs aux seins. Quant aux autres effets secondaires, seul l'avenir me confirmera mes doutes ou non (notamment concernant l'hirsutisme dont je n'avais pas parlé ici). Je vous donne rendez-vous dans un mois pour un article "bilan" post-retrait. En attendant, Slate a publié un très bon article : Les effets indésirables du stérilet Mirena ne sont pas «secondaires». A lire bien sûr ! A bientôt.