lundi 5 juin 2017

Mirena : la fin d'une histoire déjà trop longue

Babidji surferait-elle sur la mode du stérilet bashing ? Voudrait-elle faire de la récup' des sujets à la mode, ou encore s'engouffrer, tête baissée, dans la brèche du pathos qui fait vendre du papier ?


Je ne crois pas.
Je dois avouer qu'arriver chez mes amis en échangeant du coin de l’œil avec Audrey leur fille de 15 ans d'un air entendu "ma pauvre on vit la même chose" ça créé de sacrés liens ... dont on se passerait bien. Se retrouver un peu plus tard dans la soirée pour savoir qui de Keracnyl ou Effaclar remporte le combat. Se dire qu'exploser un ou deux boutons quand même ça soulage ... les nerfs et la douleur ! 
Avec un peu de recul, je lui dis que l'acné ça permet de faire plus jeune voire même de combler les rides !!!

Mais non.
A 37 ans ce n'est plus possible. Depuis 2 mois ça pullule ... au départ je mettais ça sur le retour du printemps bien sûr ! Mais quand même : le dos bouffé, puis le décolleté et même les avant-bras ... il y a un truc qui ne colle pas !! Surtout quand tu ne l'as jamais vécu ado. Heum heum, ce n'est pas sans me rappeler les 3 premières années après la naissance de Bouchon, fleurie du même bourgeonnement extraordinaire. Ça s'était calmé depuis 2 ans à presque disparu depuis l'été dernier. 

Et les touffes de cheveux que je perds depuis 3 mois à outrance, on en parle ? 
Il y a un sérieux souci parce qu'au niveau concordance des saisons ça ne fonctionne plus ... les boutons au printemps certes mais les tifs qui tombent c'est à l'automne, pas maintenant. 

Depuis 2-3 mois, j'ai l'impression d'avoir le corps qui perd le Nord  ... vraiment ... forcément je me sens mal : le teint brouillé et vilain, les cheveux ternes et filasses ... sans parler d'une petite bouée qui s'installe alors que mon régime alimentaire reste essentiellement le même.
Quand les langues se délient, quand on ose enfin s'exprimer, parler, partager, on rend et se rend service, croyez-moi !
Jusqu'à présent je disais "après l'accouchement de Bouchon, tout s'est déréglé" ... sauf que ce n'est pas la naissance de n°2 qui a tout chamboulé : c'est depuis la pose de mon stérilet aux hormones Mirena !!! Elle est ici la corrélation.

Et boom ! "l'affaire" Mirena a explosé. 
Les articles sur la toile se sont multipliés ... j'en ai partagé un paquet sur ma page facebook ... des plus alarmants aux plus tempérés
Je suis tombée des nues ... comme la plupart de mes copines qui vivaient elles aussi ces dérèglements jusqu'à présent inexplicables.
En fait, on subit sans trop oser l'ouvrir. Comme d'habitude la femme abdique par peur de trop se plaindre, de geindre, d'être faible parce qu'on doit assurer sur tous les fronts encore et toujours ! On se dit c'est la fatalité ... Dame Nature a décidé de me sacrifier sur l'autel de la féminité : mère seulement je resterai !

Pourquoi, me demanderez-vous, se révolter seulement maintenant ?
Plutôt étonnant cette prise de conscience tardive alors qu'on a renouvelé mon stérilet en octobre dernier ??? En effet, je n'ai pas fait le lien entre mes galères et Mirena lors de la 1ère pose pour plusieurs raisons : 

1/ comme je vous l'expliquais il y a 6 ans dans ma fabuleuse épopée (à lire vraiment) : Il était une fois mon 1er stérilet, j'aurais vendu ma mère pour avoir une contraception non contraignante ... pour profiter pleinement de mon Homme, l'épuiser jour et nuit sans passer par l'option capotes ni bébé ! C'est ce qu'on appelle avoir une sexualité épanouie sans chichis comme n'importe quel couple qui vit ensemble depuis une décennie. Le stérilet représentait pour moi la seule solution sur la voix de la libération du téton.

2/ parce qu'on me l'a super bien vendu ! Si vous l'aviez entendu ma gynéco de l'époque : "Mirena est absolument incroyable : super bien toléré par les femmes, de + les hormones ne passent pas dans le sang (ahahahah je me gausse) ce qui est fabuleux pour vous fumeuse contrairement à la pilule (de toute façon on s'en fiche je ne la supporte pas) ... et puis vous verrez (tadahhh argument ultime) vous n'aurez plus de règles ! (manque de bol j'en ai encore, + faibles mais encore tout de même)".

On l'appelle : le miracle de la science. 
Naïve que je suis, j'y ai cru. On nous vend du rêve. On est dans une époque où tout est censé se guérir, avoir une solution technologique ou scientifique. Pourquoi se méfier ? Je fais confiance en cette femme qui s'occupe des femmes ! 

Et puis j'ai changé de gynéco car la mienne commençait à déraper sérieusement, notamment quand elle m'a prescrit des hormones (que je n'ai jamais prises dieu soit loué) alors qu'au bout de 8 mois de Mirena je lui faisais part de mes règles constantes et abondantes. Déjà à l'époque, je l'appelais pas très convaincue Oh toi stérilaid ! (une ode écrite par lassitude). 
Il faut croire que j'y tenais plus que tout à ma liberté sexuelle parce que je me suis entêtée ... au point d'occulter que cette saleté pouvait être réellement néfaste.

Les années passant, on s'habitue. On se fait une raison. Et au bout de 3 ans et demi, les effets s’atténuent ... le stérilet diffuse moins ... 
Jusqu'à cette dernière année (un stérilet Mirena se garde 5 ans) où cet appendice toxique a lancé l'offensive ultime : des douleurs affreuses dans les seins. A tel point que ma gynéco m'a prescrit une mammo. On marche sur la tête parce que ce Sacro Sein dont je vous parlais s'est tapé des rayons nocifs pour rien ! Le radiologue me l'a bien signalé : "évitez de refaire une mammo de suite sur des cellules saines" ... 
La gynéco a pourtant émis l'hypothèse que Mirena pouvait être la cause de ces douleurs ... elle n'a pourtant voulu prendre aucun risque ... ni me déconseiller Mirena, ni m'éviter les rayons X.

Stupide, débile, aliénée que je suis !
J'ai récidivé. En octobre, j'ai renouvelé mon stérilet. J'avais oublié les poussées d'acné, les pertes démesurées (ah oui parce que ça aussi !), les cheveux qui tombent ... obnubilée par la seule volonté de ne plus souffrir des seins tout en restant protégée.
Je stressais vraiment du remplacement ... parce que la 1ère fois j'ai vraiment eu mal. Coup de bol tout s'est bien passé ... un rayon de soleil au pays des galères de ma contraception !

Nous y voilà 6 mois après.
Au départ, je n'y ai toujours pas cru. J'ai commencé à pester. J'ai commencé à subir. Et puis vous m'avez parlé. Vous avez témoigné. Les journaux vous ont relayées. J'ai halluciné. On me retirait le voile que j'avais devant les yeux pour me révéler l'envers du décor. Mirena était la cause de mon mal-être, celui d'avoir l'affreuse sensation de pourrir de l'intérieur.

Et encore ? que dire face à celle qui ont atteint une libido zéro ? un état dépressif ? ou pris je ne sais combien de kilos ???
Mirena c'est aussi cela.

J'ai commencé à en parler autour de moi. Les témoignages ont corrélé.
Le souci c'est que la plupart des médecins (j'ai bien dit la plupart et pas tous ... une ami a eu un gynéco fabuleux qui lui a de suite retiré Mirena quand il l'a vue avec ses milliers de boutons et toute gonflée) ne jurent que par la contraception. Certes, ça ne doit pas être drôle de gérer des avortements ou être le témoin de familles qui s'agrandissent sans en avoir les moyens ... ceci étant nous devons rester maîtresses de nos corps. Plutôt que de nous culpabiliser, ils doivent nous informer, nous responsabiliser et nous aider. 
On ne va pas se voiler la face : toutes mes copines ont menti pour se le faire retirer avant le terme. Toutes ont invoqué une fausse envie de petit dernier ! 

Mirena n'habitera plus en moi.
J'ai bien compris que ma gynéco ne serait pas de mon côté. Maintenant là tout de suite, j'ai tout sauf envie de lutter. Tout sauf envie d'argumenter, de me sentir infantilisée et de me faire culpabiliser. 
J'ai alors décidé de dégainer le plan B ... j'ai appelé une amie sage-femme qui m'a passé le contact d'une de ses consœurs libérales. J'ai opté pour la solution d'un suivi gynéco temporaire chez elle. Je l’appellerai dès demain pour prendre rendez-vous et me le faire retirer.

Tous les soirs je m'endors stressée. Si je pouvais me l'arracher. 
Après le scandale de Diane 35, celui des tampons et maintenant de Mirena, il est évident qu'on nous prend pour des jambons ! Ce qui me désespère le plus c'est d'avoir parfois mes congénères, ces femmes médecins qui jouent contre leur camp ! 
Alors oui Mirena convient à une grande majorité ... c'est la très bonne nouvelle ... mais ne faites pas passer pour folles celles qui ne le tolèrent pas. Croyez-nous, on en rêverait d'un contraceptif qui nous élève au 7ème ciel en toute sérénité.
En attendant que faire ? 
Tenter le stérilet en cuivre ? Je ne me sens pas la force d'une nouvelle intrusion. Je vais attendre.
Une chose reste sûre, nous nous rabattrons sur ce préservatif que nous avons tant rejeté, désavoué, maltraité ... parce que nous l'affirmons sans complexe, nous sommes adeptes du latex, le plastique c'est fantastique, le caoutchouc super doux, c'est une question de réflexe ! (on me souffle à l'oreille que d'autres l'ont dit avant moi ... ©Elmer Food Beat)

Avec un peu de chance, Mirena sera aussi la cause de mes insomnies démoniaques depuis 6 mois qui me rendent dingue, de mes sautes d'humeur et des montagnes russes émotionnelles que j'ai l'affreuse sensation de subir depuis des années sans raison. Je ne peux absolument pas l'affirmer contrairement à d'autres symptômes qui me semblent évidents. Seul l'avenir me le certifiera.

En attendant, Mirena est un vrai scandale sanitaire dans le sens où il est indécent de ne pas informer les femmes sur le ratio risques / bénéfices de ce contraceptif. Le corps médical connaît les effets secondaires et nous les cache. Sachez que lorsqu'on me l'a posé pour la première fois, je n'ai pas eu la notice en main devant faire confiance aveugle à ma gynéco. J'en ai pris connaissance une fois seulement le stérilet logé dans MON utérus (je vous l'expliquais ICI).

Par ailleurs, je bénis les réseaux sociaux si souvent dénigrés parce qu'ils permettent de faire circuler les témoignages et de mettre les victimes en relation. Vous trouverez sur Facebook plusieurs groupes dédiés aux effets secondaires de ce stérilet.

Ne doutez jamais de vous. Écoutez votre corps. 
{ Tout ce que je n'ai pas osé faire }

Edit du 14/06/2017 : une sage-femme libérale m'a retiré Mirena le 13 juin 2017. Elle m'a confirmé que les insomnies étaient sûrement dues au stérilet comme l'acné, les pertes, les pertes de cheveux et les douleurs aux seins. Quant aux autres effets secondaires, seul l'avenir me confirmera mes doutes ou non (notamment concernant l'hirsutisme dont je n'avais pas parlé ici). Je vous donne rendez-vous dans un mois pour un article "bilan" post-retrait. En attendant, Slate a publié un très bon article : Les effets indésirables du stérilet Mirena ne sont pas «secondaires». A lire bien sûr ! A bientôt.

18 commentaires:

  1. C'est par toi que j'ai appris tous les effets secondaires et indésirables du Mirena. Mais, pour la petite histoire, quand tu te l'étais fait poser il y a quelques années, il me semble que tu avais dit, grosso modo, que c'était la même chose que notre amie cérazette (enfin, c'est ce que mon cerveau avait enregistré à l'époque). Bref, les saignements en continu, la baisse de libido, ressemblent à s'y méprendre aux effets secondaires de cette satanée pilule. Et du coup, ça ne me surprend pas plus que ça.

    Et, franchement, à l'époque, je ne voulais plus entendre parler de cérazette ni de ses congénères donc Mirena et implant (qui à ce que j'ai compris est de la même famille).

    C'est pour ça que j'ai choisi le stérilet en cuivre. Et franchement, à part 2 jours dans le mois où c'est hyper galère parce que très abondant, je trouve ça nickel. A tel point que quand je l'ai malencontreusement expulsé cet automne, j'y suis revenue sans me poser de question ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh tu n'aurais pas la technique pour expulser malencontreusement un Mirena ? 😜 Et sinon je ne pense pas passer au cuivre car ayant encore des règles avec Mirena j'imagine déjà les chutes du Niagara avec le cuivre :/

      Supprimer
    2. Pour répondre à ta question : tu passes à la Cup et pendant une vidange, tu attrapes les fils de ton Mirena !!! (Bon, je n'ai pas attrapé que les fils cette fois là).

      Je n'essaie pas absolument de te convaincre et te fais juste part de mon expérience. Je comprends bien tes réticences par rapport au cuivre et le but est que vous trouviez quelque chose qui vous convienne à tous les deux.

      Supprimer
    3. ah mais je suis une femme faiiible jamais je n'arriverais à le retirer toute seule mdr et quant au cuivre j'y pense encore un peu quand même ...

      Supprimer
  2. J'ai été victime de diane 35, prescrite quand j'avais 15 ans pour l'acné. Effectivement ça a été radical pour les boutons, mais bonjour les dégâts sur mes jambes. Alors que je parcourais les médecins et phlebologues pour mes jambes qui gonflent, jamais la pilule n'a été remise en cause car je ne fume pas (on me disait que c'était le duo tabac/pilule qui était à craindre). J'ai arrêté la pilule à presque 29 ans. Certes j'ai toujours mon problème de retour veineux, mais rien à voir avec l'époque où je prenais Diane 35. J'ai l'impression d'avoir été empoisonnée pendant presque 14 ans, alors pour moi c'est hors de question de reprendre une pilule ou un stérilet hormonal. Pour l'instant on utilise des préservatifs, en attendant la pose d'un stérilet cuivre (mais quand j'en avais un, j'avais des règles beaucoup plus abondantes...) bref super choix!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouah punaise c'est l'hallucination qd même !!! Parce que c'est super dangereux ce que tu as vécu avec Diane. Moi j'ai aussi eu un rejet de pilule et ma gynécologue m'a fait faire une batterie de tests sans imaginer que Diane pouvait être la cause, où elle refusait que ce soit la cause !!! Ils st fous 😳 On va se consoler en se disant qu'heureusement on n'est pas allergique au latex mdr

      Supprimer
  3. Il y a une autre solution mesdames,
    Mr est passé sur la table d'opération et depuis c'est une nouvelle tranquillité d'esprit pour moi sous pilule pendant 15 ans (puis cataclysme hormonale) puis capotes (étant hyper fertile 37 ans et 4 enfants...tous les mois je stressais...) et pour notre couple un renouveau !! J'ai trouvé MA solution culpabilisant un peu(je suis une femme normal je culpabilise...) de faire "subir" "ça" à mon homme et au final une décision de couple pleinement épanouissante pour les 2. bon courage à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ben tu sais quoi ? Grâce à toi j'en ai parlé à l'homme ! Une solution qu'on étudie car si j'ai bien compris la vasectomie n'est pas irréversible contrairement à la ligature de trompes.

      Supprimer
  4. Perso je suis juste révoltée par la contraception féminine en général. On se bouffe des hormones cancerigènes pleins d'effets secondaire, ou alors on doit se faire mettre un truc en cuivre dans l'uterus, mais au secours quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est nous qui subissons encore et tjs ! Je ne peux pas me plaindre car j'ai cette chance d'être fertile ms c'est vrai que je suis lasse de tt ca

      Supprimer
  5. La vasectomie est stérilisante et irréversible , le petit conduit peut être refait mais les spermatozoides ont peu de chance d'être féconds

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci pour l'info ! Je pensais en effet que ça pouvait être réversible dc il faut vraiment bien réfléchir. J'en ai parlé mercredi soir à ma généraliste qui m'a dit en revanche que c'était très simple, rapide et efficace.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Je me sent tellement moins seule le lire que bcp de femme on des soucis avec se stérilet. Je l'ai mis en fevrier apres ma deuxième née en décembre. Et la a commencé la prise de poids, la perte de cheveux, la dépression. Aujourd'hui je met un nom sur tout ca. On me l'enlève enfin jeudi !!! J'ai fini par faire un Burn out qui a mis en perile mon couple. Je suis anéanti a cause d'une saloprie contraceptif.

      Supprimer
    4. tout pareil et là je lutte depuis ce matin pour avoir un rdv qque part ! personne ne veut me prendre rapidement. Je sens que je vais aller aux urgences et voilà ! bref comment engorger les urgences un peu plus avec des conneries !

      Supprimer
  6. Pour ma part la contraception et moi ça fait 4. Entre les pilules qui me donnent des triglycérides et un cholestérol élevés, les stérilets que mon corps rejette (mirena presque 3 semaines et celui en cuivre environ 6 mois). Sans compter que je suis tombée enceinte de mes 2 derniers enfants sous pilule dite de "GD mère" celle qu'on donne en continu a la ménopause pour moi ct 21 jours/28.Et maintenant je suis en test sur optimizette, je v faire la prise de sang cette semaine je m'attend pas a de bons résultats vu les symptômes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je crois qu'on est dans une galère absolue :( moi je ne supporte pas la pilule car ça me dessèche TOUTES les muqueuses au point de ne même plus pouvoir porter des lentilles de contact, et le mirena c'est juste la cata

      Supprimer
  7. Article Super intéressant j'ai eu que des problèmes avec la pilule après la naissance de mon premier enfant. Je ne supporter que des pilules fortes comme Diane 35, Stediril ou encore Varnoline Continue. Quand je l'ai arrêté pour avec un deuxième enfant cela m'a tout perturbé mes cycles et compagnie. Résultat 2 ans et 8 mois pour tomber enceinte du deuxième. A la sortie de la mater les médecins ne voulait pas me prescrire la pilule que j'avais à cause de tous ces scandales sanitaires, ils me disaient vous verrez avec votre gynécologue personnel. Ma deuxième à aujourd'hui 4 ans, cela fait 4 ans que je porte un stérilet au cuivre.

    RépondreSupprimer

On discute ?