lundi 12 décembre 2016

Concentre-toi bon sang !

Fais un effort … franchement ce n’est pas possible … maintenant tu vas te bouger … LIS !!! Arrête de deviner … ne fais pas du par cœur enfin !

Voilà à quoi ressemblent les devoirs avec Pimprenelle depuis 2 ans … ces satanés phrases que je lui assène tous les soirs !



copyright naître et grandir
J’étais abasourdie de ne pas la voir plus curieuse de décrypter ce qui l’entoure … des parfums de yaourts au Petit Quotidien auquel on l’avait abonnée … elle pourtant si intéressée par tant de sujets même les plus étranges … comme la botanique … cette petite fille qui peut rester des heures à mater Silence ça pousse !

Et puis il y avait cette lenteur terrifiante à la lecture … cette façon de syllaber les mots sans cesse même en ce début de CE2 … ces erreurs constantes entre le P et le T … sa manière de réfléchir systématiquement avant d’écrire « ah oui P comme papa »

Je sentais bien qu’il y avait un truc qui « clochait » … mais je m’accrochais à ses super bons résultats en classe … les très bonnes appréciations des instits … leur engouement quant à sa participation, sa curiosité, son vocabulaire si riche, sa verve, son comportement quasi exemplaire ! Les mois avançaient, je continuais à me voiler la face jusqu’à l’arrivée des dictées plus compliquées de cette nouvelle année scolaire …

A un moment donné, il a bien fallu ouvrir les yeux sur toutes ces lettres interverties, ces associations de syllabes qui ne veulent rien dire et cette lecture toujours si poussive …



J’en ai touché deux mots à l’orthophoniste qui suit Bouchon pour ses problèmes de prononciation … j’ai lâché le mot : « je pense que ma fille aînée est dyslexique ».

Je lui ai montré des passages de dictée (comme à vous dans ce post) … l’ortho a grimacé … m’a répondu dans la foulée « faut faire un bilan ».

Le RDV était pris pour mi-novembre.

Entre temps … on avait des mots à réviser à la maison … généralement elle les voit deux fois et c’est bon … sauf que là, ils n’avaient pas du tout été vus en classe … je lui ai dicté « se désaltérer » et voilà ce que j’ai eu :
 Je n’avais plus aucun doute à la veille du bilan.
J’avais raison … le verdict est tombé : Pimprenelle a une très lourde dyslexie et dysorthographie sauvée jusqu’à présent par une mémoire hors norme ! Elle apprend en fait les mots dans leur globalité presque comme un dessin ! Mais elle n’est pas capable de décrypter. Coup de bol, elle a quand même compris le mécanisme de la combinatoire.



Je dois avouer qu’à l’annonce de cette dyslexie, j’ai été anéantie. Un séisme, un vent de panique intérieur. Et surtout cette culpabilité … toutes ces fois où j’ai craqué … toutes ces fois où j’ai hurlé sur ma fille … toutes ces fois où les devoirs ont fini en larmes. Je me sentais si nulle, si horrible, si mauvaise mère.



Voyons tout de même les bons côtés.... 
On a eu la chance de la détecter assez tôt. Le CE2 est une classe charnière, on va pouvoir mettre en place un protocole bien précis pour éviter que le retard s’accentue. Ma fille a un niveau de lecture fin CP.

Je suis aussi très très bien entourée. Tout d’abord, on a une orthophoniste absolument géniale. J’ai aussi la chance d’avoir dans mon entourage proche la présidente de l’asso des DYS de mon département. Elle a été d’un réconfort incroyable sur le moment. Elle a aussi surtout LE réseau qu’il faut et les meilleurs conseils dont on peut avoir besoin.

Nous partions en marché de Noël deux jours seulement après le diagnostic. Nous avons pu en parler à la directrice de l’école et surtout avoir un très long entretien avec sa maîtresse. Les deux ont été vraiment à l’écoute et nous ont rassurés. L’instite était même sceptique quant à la lourdeur de la dyslexie de Pimprenelle. Bien sûr, elle a remarqué ses difficultés en lecture (d’autant plus qu’elle est dans un double niveau CE1-CE2 et que les plus jeunes lisent bien mieux qu’elle) et ses confusions systématiques de certaines lettres … hormis ça … elle suit super bien donc pas de panique pour sa part !



Dès janvier, Pimprenelle va commencer ses séances d’orthophonie et un suivi avec des aménagements spéciaux vont être mis en place à l’école.



Je n’ai pas voulu écrire ce post trop à chaud car j’avais besoin de prendre du recul. La dyslexie fait partie de ces handicaps qu’on nomme « invisibles ». On reste « dys » à vie. On apprend juste à mettre en place des méthodes pour que le cerveau contourne ses difficultés, son incapacité à déchiffrer.

Les dyslexiques sont ces gens dont on ne comprend pas pourquoi à 40 ans ils font des mails bourrés de fautes, ces extra-terrestres qui ne lisent jamais de bouquins, ou ces étudiants qui ne savent pas prendre de notes en cours !

A me lire comme ça, on peut me considérer comme alarmiste, défaitiste, négative … mais non, je vous assure qu’il s’agit réellement d’un handicap au quotidien ! Un handicap qui n’a strictement rien à voir avec l’intellect en effet … puisque comme le dit si bien l’ortho, 2 précoces sur 3 qu’elle suit sont dyslexiques.

Ceci étant, le parcours de l’élève dyslexique dans un système éducatif « normal » est bien plus compliqué. Je sais que le chemin va être long. Je sais que ses capacités sont là mais que cette satanée dyslexie va lui mettre des bâtons dans les roues. Un combat de tous les jours à relever.



On fait un grand saut dans l’inconnu … dorénavant on va apprendre à vivre avec une invitée surprise : Miss Dyslexie !!!



Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, j’ai trouvé cet article très intéressant : http://www.enfantscurieusementprecoces.fr/375257968

18 commentaires:

  1. Je vous souhaite bon courage pour la suite et dis toi une chose : non, tu n'es pas une mauvaise mère ! La preuve c'est que tu as su, malgré ses stratégies pour contourner sa dyslexie, repérer un problème et maintenant, elle va être aidée et c'est tout ce qui compte ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'orthophoniste n'arrêtait pas de me dire "mais comment les instites ne s'en sont pas rendus compte" tellement le mal est grand ! dc oui peut-être que je ne suis pas si mauvaise que ça de l'avoir déjà détectée mais sans déc j'ai été vraiment très très dure avec elle, impatiente et ... méchante je dirais même parfois :/ en tous les cas, maintenant on est plus serein finalement, on sait où on doit la booster et où on doit prendre notre temps !

      Supprimer
    2. Il faudrait peut être que les instites soient mieux formé-e-s à ces troubles !!! Je me doute à quel point tu dois culpabiliser. Je me souviens encore de ton article sur la lecture au printemps dernier ...

      Allez, courage pour la suite !!!

      Supprimer
  2. Merci pour votre témoignage. Ma seconde fille est suivie depuis le CP par un orthophoniste, a du soutien scolaire, a un soutien par semaine avec une instit en retraite à nos frais, a fait un an de RASED à l'école.
    Exactement les mêmes pb que votre enfant & depuis le début de l'année je sais au plus profond de moi qu'elle est dyslexique mais il faut attendre l'année de CE2 pour le confirmer.. En attendant perdons nous du temps pour l'aider ? Pour une mise en place de temps à l'école ? Elle est lente, elle ne comprend pas forcément ce qu'elle lit car comme elle a du mal à déchiffrer, arrivé au bout de sa phrase elle ne sait plus ce qu'elle a lut, elle doit systématiquement refaire une seconde lecture pour comprendre.. que c'est dur pour eux..
    Mais comme votre enfant sa grande mémoire l'aide & elle est persévrante !
    Je vais aller lire votre article.

    RépondreSupprimer
  3. Elle est actuellement en CE1

    RépondreSupprimer
  4. je viens de découvrir votre blog suite à cette article
    Ma fille est en CM2 et est elle aussi Dyslexique et c'est un parcours du combattant tous les jours pour l'aménagement des cours pour l'apprentissage des devoirs et non nous ne sommes pas de mauvaise maman on veut juste le meilleur pour nos enfants et parfois c'est dur de voir qu'elle mette beaucoup plus de temps que les autres alors qu'elles sont beaucoup plus travailleuses que les autres élèves et tout aussi intelligente. il faudrait juste que le système éducatif français prennent en compte ces enfants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ça fait tellement de bien de lire d'autres témoignages ! J'imagine que c'est un loooong chemin qui commence mais j'ai eu l'écho de bonnes nouvelles comme une amie dont le fils est dyslexique et qui a eu du temps supplémentaire pour passer le brevet des collèges ... je me dis que les choses bougent et que j'ai la chance d'être en 2016 plutôt qu'en 1962 ! Il y a encore beaucoup à faire mais je remercie déjà tous ceux qui se sont battus ces dernières années ! Alors courage à nous !

      Supprimer
  5. Plein de courage pour la suite! Vous semblez bien entourés, à l'école aussi. C'est déjà une bonne chose. Tu n'es pas une mauvaise mère. Tu ne savais pas. Comme beaucoup de parents, tu as pété les plombs pendant les devoirs. Tu sais... on a trainé notre gosse dans les grands froids... on a quitté les tropiques... alors que notre fille a besoin de chaleur... on l'a poussée physiquement à se dépasser, alors qu'elle ne doit pas s'essouffler... mais on ne savait pas...
    Encore plein de courage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as raison, on n'a pas le choix il faut avancer plutôt que de se flageller !!! merci la carne bisous

      Supprimer
  6. Mince, j'imagine ton anxiété! J'espère que tout va vite s'arranger pour elle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rien ne peut s'arranger car elle sera comme tu le sais dys à vie mais oui espérons qu'on trouve les bonnes méthodes !

      Supprimer
  7. On est toujours trop durs, trop impatients en tant que parents d'enfants dyslexiques qui ont par ailleurs de bonnes capacités de compréhension.. jusqu'au jour où on sait... Mr 1er chez moi en a fait les frais et pourtant, nous avons eu très tôt la puce à l'oreille (ses troubles ont été pointés dès le CP), Mr 2e a eu plus de "chance" car on a compris tout de suite qu'il suivait un schéma similaire à son aîné.
    Bref, tout ça pour dire que correctement pris en charge, et ça va être le cas pour ta fille entre l'orthophonie et son école, même si c'est difficile, même si c'est parfois décourageant pour l'enfant (et les parents !), même si le chemin est abrupt, ça peut bien se passer... Mon aîné est en 1ère aujourd'hui et dans les meilleurs élèves de sa classe. Certes, c'est plus difficile pour lui dans certains domaines que pour d'autres jeunes, ça lui demande plus d'efforts mais il compense, et il a droit à des aménagements (il en a en classe, il en a eu pour le brevet, on vient de faire la demande pour le bac de français)... Et ça se passe aussi hyper bien pour son frère en 4e, en dépit des difficultés contre lesquelles il lutte au quotidien.
    Alors, non, tu n'as pas à culpabiliser car à partir de maintenant, tu vas soutenir ta fille à fond ! Tu vas l'aider à développer les stratégies de compensation qui lui conviennent, tu vas la valoriser en lui montrant tout ce qu'elle réussit (car il y a forcément des domaines où elle déchire !) et tu vas tout faire pour qu'elle soit une petite fille épanouie !
    Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'ai qu'un mot à dire : MERCI pour ce super commentaire et témoignage qui me redonne la foi qu'on peut y arriver ! chapeau pour ton aîné ! à bientôt

      Supprimer
  8. oh oui, c'est toujours un bouleversement quand notre enfant ne rentre pas bien dans les cases proposées par le système éducatif..! C'est chouette d'avoir déjà trouvé un bon spécialiste pour accompagner la rééducation du DYS de ta miss. Et si l'école joue le jeu, c'est top... Profitez du primaire pour mettre en place un maximum de choses, et avancer dans le travail du contournement, parce qu'après au collège, à mon avis ça doit être moins facile de trouver de bons interlocuteurs pour épauler l'enfant, et nous écouter ou nous renseigner, nous, parents...
    Chez nous, MissAndy a été diagnostiquée Dyspraxique en CP... 1 an de galère, avec Psychomot' et compagnie. Maintenant, avec simplement des séances de "soutien" 2 soirs par semaine avec son instit', et quelques séances pendant le temps scolaire avec l'enseignante spécialisée de son école, elle arrive à rester à flot.. il lui faut plus de temps, et beaucoup plus de travail, avec des méthodes différentes, mais elle y arrive.
    ça en fait des enfants incroyablement battants !

    Et là, figure toi, qu'en ce début de CE2, on a de nouveau un gros doute de Dyslexie également, mais cette fois sur le frangin !! Je crois qu'on cumule grâve ! Bref... on est en plein dans les tests et les rdv avec l'école, qui nous aide vraiment à prendre les choses dans l'ordre. Bravo les maîtresses, pour leur patience et leur pédagogie..
    Bon courage chez vous ! Je reviendrai lire les news :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh je ne savais pas pour MissAndy, comme tu dis ils apprennent à murir plus vite ces sacrés battants ! Ils ont aussi une vision différente du monde ! En tous les cas vous avez l'air aussi entourer de gens compétents (sans eux que serions-nous !) qui pourront aider si il le faut aussi ton Loulou ! Tiens-moi au courant en mp sur FB si tu as des bonnes infos bises

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Quel dommage! C'est normalement détecté au CP...
    Bon courage ☺☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en CP en effet certains le sont mais comme ils sont dans l'apprentissage de la lecture, beaucoup passent à la trappe comme ma fille ... d'autant qu'elle avait de supers bons résultats genre première de la classe même je crois si ma mémoire est bonne ! mais déjà nous sommes chanceux de l'avoir détectée en ce2 ... tant le sont tellement plus tard encore :/

      Supprimer

On discute ?