mercredi 9 novembre 2016

Quand mon défi littéraire devient une partie de plaisir

J'ai lu mon premier livre en castillan. 
Ma voisine de boutique barcelonaise m'a proposé de me prêter son dernier petit coup de cœur. Au départ, je l'ai regardée de travers avec mon air "c'est à moi que tu parles là" ... puis j'ai pété de rire ... "nan mais jamais je ne vais y arriver ... je lis des mags en espagnol mais des livres ??!!??". Et puis avec son petit accent hispanisant ... Maria m'a répondu "mais non tou verras c'est oune petit livre trop mignonne ... oune jolie histoire ... c'est facile".
J'ai pris le livre dont le couverture me faisait crever d'envie tellement elle est jolie ... défi lancé.
Dès les premières pages ce fut l'hystérie ... le bonheur à l'état pur : je comprenais trop trop bien ! Ouah victoire sur moi-même ... mes années d'espagnol me servent enfin ... ou la façon de l'enseigner chez nous comme une langue morte devrais-je dire !!! Forcément à l'écrit je me rends compte que j'ai vachement de vocabulaire ... je peux aussi prendre le temps pour décrypter les conjugaisons à rallonge ... à ma stupeur j'entre super facilement dans le bouquin ... pour mon plus grand bonheur car en effet l'histoire est trop mignonne !
Évidemment ce n'est pas de la graaaaande littérature (c'est bien pour ça que j'ai tout compris d'ailleurs) ... rien à voir avec les Cervantes, Lorca ou Calderon étudiés à la fac mais c'est le livre doudou ... celui qui vous fait sentir si bien ... 
L'hiver arrive à petit pas ... l'automne est bien installé ... c'est l'heure de filer se calfeutrer sous la couette avec un bon compagnon ... de ceux qui vous chouchoutent ... j'ai trouvé le partenaire idéal : Pan de limon con semillas de amapola.
L'histoire commence très fort, en Éthiopie ... Marina, médecin MSF accouche une jeune nomade en pleine nuit ... de l'émotion, un peu de suspense ... mon cœur palpite ... à la 3ème page je suis à fond ! 
Marina, la brune, doit cependant quitter sa vie d'humanitaire pour retourner à Mallorca son île natale ... y retrouver sa sœur Anna, la blonde, qu'elle n'a pas vue depuis une décennie pour gérer une étonnante succession. Les frangines héritent d'un moulin et d'une boulangerie dans un village de Mallorca.
L'auteur a pris le parti de dévoiler la fin de l'histoire dès les premières pages ... un peu à la Colombo où l'important n'est pas l'issue mais le chemin parcouru. Le récit est exquis et délicieux ... certains diront que l'intrigue est évidente et simpliste ... certes j'avais anticipé 2 événements majeurs (pas le principal d'ailleurs !) mais là n'est pas l'important. On est transporté par les personnages super attachants ... on se sent enveloppé d'une douceur venue des Baléares ... on s'évade, on déconnecte, on a qu'une envie, retrouver les frangines le plus rapidement possible ... bref j'ai développé les symptômes qu'on connaît tous quand on tombe sur un bon livre ou qu'on devient accro à une bonne série ! Et puis il est bien sympathique ce bouquin avec ses recettes à chaque grand chapitre ... celle du pain au citron et aux graines de pavot bien sûr (j'ai trop envie de la faire maintenant !!!) ... les captures d'écran des mails échangés entre Marina et son mec ... ou encore les représentations des documents administratifs. 

J'ai fait des recherches sur la toile ... apparemment le livre n'a pas été traduit en français ... réservé aux hispanophones malheureusement ...
J'ai aussi découvert qu'il a été adapté en film ou téléfilm en Espagne ... aux premières images sur youtube ... j'ai vite arrêté car je veux encore resté avec l'image de MES personnages ... leur physique ... leur voix ... je suis encore imprégnée de ma petite bulle mallorquine ...

... et je n'ai plus qu'une envie : dévorer plein d'autres livres en espagnol ...

jeudi 3 novembre 2016

Sacro-Sein

Ca fait 5 mois ... 5 mois que j'ai mal aux seins ... des sacrées douleurs ... de celles qui font flipper ... de celles qui te font te toucher sans cesse ... cherchant désespérément un indice ... LA boule ... le truc dont tout le monde parle ... 

Je me suis même fait griller à la boutique par un passant qui devait bien se demander ce que j'avais à me peloter comme une dératée ... dans ces cas là : une seule échappatoire ... style tout va bien je remets mon soutif ... avec cet air sûr de soi : "t'inquiète mec si tu en avais tu comprendrais" ... Garder la tête haute ... toujours ! 

Début octobre ... arrive enfin LE rdv tant attendu ... celui chez ma gynéco ... première angoisse : changer mon plus fidèle ami depuis 5 ans ... j'ai ainsi nommé mon stérilet Mirena ... après une nuit quasi blanche d'angoisse absolue à cause de CA ... tout se passe finalement nickel chrome.
Reste le 2ème problème, et pas des moindres : mes seins !
Après une petite séquence palpation obligatoire ... je repars avec mon ordonnance pour ma première mammographie sous l'bras ...
L'inquiétude est à son paroxysme en plein octobre rose ... où on me rappelle à chaque coin de rue que ça n'arrive pas qu'aux autres ... 
Je m'accroche pendant un mois aux seules paroles réconfortantes de ma doc "c'est peut-être juste hormonal parce que votre stérilet était en fin de vie".
J'avais RDV ce matin à 11h30 pour la première mammographie de ma vie.
A peine les filles déposées à l'école ... j'ai été courir ... de quoi évacuer et faire passer la matinée un peu plus vite.
Après une bonne douche qui ne me détend en rien ... je file au centre de radiologie. 
Première attaque : c'est un p'tit jeunot de même pas 30 piges qui vient me chercher ... euh rassurez-moi il est juste là pour me montrer la salle ??!!?! ... et ben nonnnn c'est lui qui manipule ... youhouuu ... 
En me déshabillant ... à vrai dire ... il n'est pas trop mon souci majeur ... la peur qui continue de m'envahir oui ! Dans ces cas là on pense à des trucs cons. Déjà je mate mes mini ou micro seins devrais-je dire ... Le mec est-il magicien ??? Comment va-t-il réussir à me les claquer entre ces deux plaques ? Dois-je tester leur élasticité ? Je me souviens qu'il fut un temps où j'ai fait du 100 D ... merci la montée de lait ... alors oui je confirme ce doit être réalisable ! et puis il y a des nanas qui doivent en avoir des encore plus petits ! Comment elles font ? 
Finalement, le type me sort de mes pensées débiles et prend des gants (au sens propre comme au figuré), me positionne ... c'est parti pour le 1/4h contorsionniste ... en fait je n'ai pas mal ... la phase je te les écrase ça va ! C'est juste que je savais bien qu'ils étaient trop petits ... il y a un moment donné où on ne peut avancer plus loin  ... la machine me déboîte les côtes !!! 
Une fois terminé, le p'tit jeune me renvoie dans mes pénates, dans la petite salle où on se change à côté de la radio. "Attendez ici, si jamais on doit refaire des clichés".
Ok ... je ronge mon sang 10mn.
Toc Toc Toc ... le gars entre et me sort "on va faire une écho de contrôle, il y a de l'attente ..."
Même pas en rêve je lui laisse finir sa phrase :
"euh pourquoi ? vous avez détecté quelque chose d'anormal ????
- non c'est par précaution".
Vous voyez cette savoureuse sensation de se vider de son sang ... quand tout dégringole jusqu'au petit orteil ... et bien c'est à cet instant.
Je m'assois ... j'attends devant ça :
Presque plus de batterie sur mon portable alors je pense ... encore ... mais cette fois, pas à des inepties ... à toutes celles que je connais qui sont passées par là ... celles à qui on a annoncé le pire ...
C'est long ... très long ... puis Toc Toc Toc ... mon gentil pote bienveillant (ouais on est pote quand même ... ça créé une certaine intimité de se faire triturer les nénés ...) m'emmène dans la salle d'échographie. "Mettez-vous torse-nu, allongez vous et le médecin va venir."
Comme je suis plutôt docile ... bah je le fais ... re-attente ... quand entre le radiologue qui me demande "ça va ? ... - un peu froid mais ..."
Je ne finirai jamais cette phrase car à ce moment je lève les yeux ... et je découvre une espèce de bombe atomique de genre 35 ans. Ce n'est juste PAS possible ... comment dans un moment pareil tu peux te retrouver face au stéréotype de mec que tu croises deux fois par an à tout casser tellement c'est une beauté fatale !!!
Je ne sais plus où j'habite ... perdue entre le stress croissant du diagnostique tant attendu ... bouche bée devant cette plastique ... et tétanisée par la gêne occasionnée ... 
Après quelques questions ... j'ai droit à ma séance de palpation ... heureuse de lui avoir dit que j'avais froid hein ? histoire qu'il n'interprète pas trop ma réaction épidermique ... hmm hmmm
Finalement je suis plutôt détendue ... limite j'ai envie de péter de rire tellement cette situation est ... comment dirais-je ... cocasse ??? Le moment où le drame tourne à la farce ! 
On enchaîne sur l'écho ... verdict ... TOUT va bien ! Le poids s'envole, je me sens si légère que je lui demanderais bien si prendre un café avec lui est compris dans la prestation ... oops je m'égare ... ce grand 8 émotionnel m'a fait oublier qui j'étais !!!

Trêve de plaisanterie ... il m'a dit que vu que j'étais "jeune" (oui oui il l'a dit d'abord), il fallait que j'évite de refaire d'autre mammo avant 40 ans (comme si c'était dans 10 ans mdr) car les rayons sont super mauvais pour mes cellules encore au taquet (ironie de la science ...). En cas de nouveau doute une écho fonctionnerait super bien pour commencer. 
J'ai terminé cette éprouvante expérience avec des étoiles dans les yeux ... non pas grâce au jeune Dr Mamour mais parce que je n'ai pas de cancer du sein.