lundi 4 avril 2016

Veg or not ?

Et bien toujours pas ! 
Vous vous dîtes "pourquoi elle nous en parle alors ?" ... juste parce qu'en bonne reine du compromis, en madone du consensus  que je suis,  je dois dire qu'on y est presque ...
Je sais ... je vais faire bondir les vrais végétariens car soit tu y es soit tu n'y es pas ... pourtant je ne me qualifierais seulement d'omnivore à tendance végétale ! 
Oui c'est ça je me sens omnivore, je ressens ce besoin de consommer de la viande épisodiquement ... 
Il est loin, très loin le temps où un vrai repas était synonyme d'entrée - plat (protéines animales + légumes) - fromage - dessert !
Je pense qu'on est de plus en plus dans ce cas : on limite notre consommation de viande pour de multiples raisons. 
La plupart a baissé sa conso pour des questions d'argent ... ça a aussi pesé dans la balance en ce qui nous concerne ... mais notre élément déclencheur a réellement été la naissance de Pimprenelle.

Ma première expérience végétarienne a été lors de nos voyages en Inde. La plupart des indiens sont végétariens, surtout dû à des questions de religion plus que financières, puisque beaucoup d'indiens même aisés ne mangent pas d'animaux. Le végétarisme est un des préceptes majeurs de l'hindouisme, du bouddhisme, du jaïnisme bien sûr ou encore chez les sikhs.
Bref, je me suis retrouvée dans un pays où les restos sont la plupart veg ... et je m'en suis très bien accommodée en ne mangeant aucune viande pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines ... j'avoue aussi avoir été bien contente de me payer une bonne entrecôte en rentrant. Mais j'ai survécu ... et je me suis même régalée ! 

Alors pourquoi vous parlais-je de la naissance de Pimprenelle ??? parce qu'au moment de la diversification alimentaire, le pédiatre nous a bien précisé : des protéines animales une fois par jour suffisent amplement, le soir contentez-vous de légumes et féculents pour votre enfant ! 

Résultat, on a pris ce rythme inconsciemment ... on a suivi bébé ... bébé a grandi et c'est finalement lui qui nous a suivi ! 
La boucle était bouclée : le soir pas de viande.

Comme je ne suis pas du genre à m'imposer non plus des impératifs, bien sûr il nous arrive de transgresser cette règle ... soit parce qu'on reçoit ... soit parce qu'on a une montée carnivore ... soit parce qu'il y a un reste à terminer etc. 

Je sais aussi que les filles mangent très mal à la cantine, qu'elles zappent très souvent les protéines et qu'un peu de viande un soir dans la semaine ne les saturera pas.

Alors voilà à quoi ressemble la grande majorité des dîners de la babidji family :
Des concombres à la crème, du quinoa, des carottes sautées aux oignons, des tomates cerise, un reste d'écrasé de pomme de terre maison qu'on ne voit pas sur la photo, des picos à l'huile d'olive et des fraises en dessert !
Franchement tout le monde se régale et personne dans la famille ne le vit comme un sacrifice. Les filles ne subissent rien puisque c'est une habitude depuis qu'elles sont nées,  même nous adultes on savoure ces carottes à tomber, ces concombres qu'on adore bref on se fait plaisir !

Ceci étant, je ne peux pas nier qu'un bon barbec, un gigot de Pâques ou une belle côte de boeuf me font atrocement saliver ...

C'est à ce moment que la question du végétarisme commence à me titiller ...
Comme tout le monde je ne peux pas être insensible à ces horribles vidéos tournées dans les abattoirs, lors du transport des animaux ou dans les élevages intensifs ... 
Je suis aussi consciente que nous sommes bien trop sur terre et que continuer à manger de la viande irraisonnablement mène droit à notre perte ...
Alors que faire ? franchir le cap et se faire violence ? continuer à déguster ponctuellement une bonne viande élevée dans des conditions convenables ... ce qui d'ailleurs n'assure pas une fin de vie paisible à ces pauvres bêtes (on l'a vu avec les abattoirs bio aussi sauvages que les autres) ?

Pour l'instant je n'ai pas la réponse ... j'essaie seulement d'écouter mon corps ... de ne pas abuser de la conso de protéines de toute façon mauvaise en excès pour la santé ... Peut-être qu'un jour j'aurai un vrai déclic et que je retirerai la viande définitivement de mon assiette ...

Par contre, ne comptez-pas sur moi pour devenir vegan car me priver d’œufs, de fromage, de poisson (que je mange de toute façon très peu également) ce serait à ce moment un vrai sacrifice !

4 commentaires:

  1. Perso, j'ai été élevée: viande le midi, fromage le soir. Je comprends bien le point de vue des végétariens mais si je me vois bien diminuer ma consommation de viande, notamment pour la manger mieux (bien être animal), je ne me vois pas l'arrêter complètement et encore moins le fromage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est clair ! Improbable de sucrer le bon fromage au lait cru !!!

      Supprimer
  2. Un peu pareil chez nous, finalement. Depuis une prise de poids très rapide pour une de nos miss, on a consulté un endocrino, qui a rappelé les précepts de base : viande 1 fois / jour, ça suffit ! Alors on essaie de manger des protéines animales qu'1 fois par jour. J'avoue que parfois je ne sais plus trop quoi cuisiner, et que certains soirs le diner est un peu étrange, avec des associations... saugrenues ! Pour le "mieux-être" de tous. L'homme a un peu (beaucoup) du mal à s'y faire... donc, Veg, non, pas au programme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en fait on est un peu pareil, en revanche les assemblages saugrenus me vont bien car généralement c'est en mode dîner pique-nique où on met tout sur la table ... et finalement ça me va super bien quand j'ai la flemme de vraiment cuisiner !

      Supprimer

On discute ?