mercredi 29 avril 2015

The story of a walk into the stones ...

Sometimes I wonder ...
Sometimes I wonder why I moved  ? why leaving Paris to get lost in this far area ? 
I don't need much time to find out the answer ... it is right in front of me, right around me ... right in these stones which are talking to me ... 
In this cloudy Saturday, I decided to bring my girls to Eus, this beautiful village stuck on a mountain side ... only 40 km from my home. 
It seems to be there for ages, living peacefully out of time ... without cars ... without noise ... Eus became a life-size playground for my little 2 explorers. 
This is not a cinema set, this is reality, the one which seems to be built only for beauty ... 
Each corner is a surprise for eyes ... all these stones are amazing ... they are telling us a part of the humanity story ... the humanity who's been living here for so long as if the time didn't affect it. 
When the greenery of the spring gets involved in the roughness of stones ...
Even my Pimprenelle is astonished by such beauty ... 
Is this what we call a little piece of heaven ? 
Ready for a hide-and-seek ? 
We are in "Catalunya" ...  French Catalunya ... streets names are often written in catalan ... on beautiful ceramic signs. 
A village in height ...
View on the church ...
A typical square bell tower of Catalunya area ... lilacs are smelling so good ... 

Spring is blooming ...
An old zinc basin forgotten in a hidden passage ...
Snack time ...
... Pimprenelle is having a grenadian syrup ... a coffee for me ...
and a sugar French pancake for Bouchon ... who's enjoying soooo much ... 
in this peaceful place whis is called "Des Goûts et des Couleurs" ... so welcoming ... 
Pyreneans sheepdogs are playing on the village main place ... under the eye of their handler ... they made my girls laugh ...
I just love where I live ... I am surrounded of amazing places between mountains and sea ... welcome in my new home ... welcome in Pyrénées-Orientales, South of France ... this small area in Catalunya ... 

mardi 21 avril 2015

Et ta Mère elle fait quoi quand t'es pas là ?

Follow my blog with Bloglovin
On ne va pas s’mentir hein ? 2 jours sans gosses c’est la panacée, la délivrance je dirais même plus : l’extaaaaaase ! 

Depuis vendredi soir, les filles ont pris leurs quartiers chez ma mère … et depuis vendredi soir … ouahhh … c’est le BONHEUR !
2 jours à n’avoir aucune contrainte, 2 jours de liberté, 2 jours rien que pour moi … ou presque ... jusqu’au retour de l’Homme le soir (qui habite aussi chez moi, euh chez lui, enfin chez nous quoi ! ).
J’ai donc passé mon samedi ET mon dimanche avec moi-même … vivotant au rythme que SEULE je m’étais imposée … crise d'ego-centrisme avouée !

Mais la vie familiale n’est jamais loin … cette culpabilité inhérente au statut qu’on appelle « maman » de devoir agir et de ne jamais déposer les armes complètement ! Parce que oui j'ai bullé mais pas que ...

48H dans la vie d'une babidji seule avec elle-même ...

Ça commence tard ... très tard le samedi matin vers 10h après une nuit complète, ininterrompue ... Je redécouvre le bonheur de me lever le coeur léger ... sans rien n'avoir à penser ... 
Une sensation qui donne des ailes je vous assure ! La preuve, en ce samedi 18 avril 2015, s'est produit l'impensable : j'ai été courir pour la première fois de ma vie ! 

J'ai mis mes runnings flambant neuves achetées il y a 5 ans dans un moment d'égarement chez Décath ... un moment d'achat frénétique pour me prouver que moi aussi je peux fantasmer sur un article qu'on vend dans ce magasin (parce que franchement faut y mettre du sien quand même pour claquer si on n'a besoin de rien ! côté glamour on repassera dans le temple du sportswear made in China) ... et j'ai tracé ma route. J'ai réussi à courir sans m'arrêter ! Oui madame, oui monsieur, sans m'arrêter ! Je ne vous dévoilerai pas la distance ... j'ai encore une once d'orgueil tout de même ... mais quel exploit ! Objectif : remettre ça dès mardi.

Je rentre boostée à bloc ... je ne me change pas, bien décidée à macérer un peu plus dans ma sueur en m'activant, rangeant et astiquant ... 
Résultat : les lessives s'enchaînent tambour battant pour le grand nettoyage de printemps ... il est temps de mettre les armoires à jour ... au placard les affaires d'hiver ... trier ce qui est trop petit ... récupérer les anciennes fringues de Pimprenelle pour sa soeur etc. etc. etc. 
Les vêtements s'empilent sous l'oeil imperturbable de mon seul compagnon, j'ai ainsi nommé le lapin sauteur de Bouchon ! 
Rassurée ... Bouchon est habillée pour l'été ... hmm hmmm ... l'armoire de l'enfant croule sous les fringues ... hmm hmmmm
Je m'égare quelques instants : c'est la minute nostalgie quand il faut vraiment retirer cette robe de la penderie ... se faire à l'idée que jamais plus Bouchon ne portera du 24 mois ... que sa jolie tenue de notre mariage doit définitivement faire un tour dans la boîte à souvenirs ... il y a des habits qu'on ne donne pas ... qu'on garde précieusement ...
Sur les coups de 16h30 ... j'ai le ventre qui gargouille ... j'avale un bout vite fait sur le plan de travail de la cuisine ... et puis il est temps que je me douche ... même si personne n'est là pour me rappeler que je fouette Ginette ! 
En remontant ... je ne sais pas ce qui me prend ... je suis happée par l'appel de l'ordi ... je mate des clips, je lis des articles, des blogs, je pète de rire devant plein de conneries que je partage ... je me révolte devant plein d'infos que je partage ... bref je fais une courte pause de ... 2h ! 
Ouch ... what's happened ??? Il est 19h30 et l'Homme ne va pas tarder à rentrer ... je file sous la douche et en profite pour la récurer (qui ne nettoie pas sa douche en la prenant ??? qui ???) ... je sors comme un sous neuf prête à profiter cette fois avec mon Homme ...
J'avais quand même préparé des légumes marinés à faire griller ... l'Homme ce dompteur du feu est déjà prêt ... en attendant je prépare l'apéro ... petits blinis d'houmous et deux bons verres de vin ... la soirée s'annonce très très bien ... 
Dès le lendemain, je remets ça à quelques variations près ... je continue de trier, ranger sans oublier de me chouchouter ... je prends enfin le temps de me faire la couleur qui m'attend depuis des mois au fond d'une étagère de la salle d'eau ! 
Le plus incroyable dans l'histoire ... c'est que ces 2 jours ont attisé le manque ... après avoir bien profité ... après avoir eu l'impression d'être partie 10 jours en vacances chez moi ... je n'ai plus qu'une hâte retrouver mes 2 petits bonheurs sur pattes ! 

PS : je soupçonne le correcteur orthographique de blogger de ne pas aimer les grecs ... ou de n'avoir jamais goûté des blinis et de l'houmous pour sans arrêt me le souligner ! 

mercredi 15 avril 2015

Ne pas rapporter n'importe quoi du Sri Lanka !

Les Souvenirs d'une Évasion ... ceux qui nous font voyager à l'année ! 

C'est super important ce qu'on achète à l'étranger ! C'est super important car déjà, c'est une activité en soi ! C'est une façon de découvrir un endroit, son artisanat, les fashion codes du pays qui sont forcément différents des nôtres, de se faire une idée du coût de la vie en regardant le prix des produits de grande consommation, en arpentant les marchés etc. 
Forcément, quelque soit le spot sur le globe on découvre des coutumes, des styles, des aliments qu'on trouve absolument géniaux, qu'on veut rapporter et partager ! 

Vous pensez bien que j'étais à l'avance hystérique d'arriver au Sri Lanka pour m'offrir une tonne de babioles, de fringues et d'épices ! Sauf que je me suis carrément fait de fausses idées sur le pays. Pour avoir passé 6 mois plusieurs années d'affilée en Inde, je m'attendais à la même chose ... bah non !!! Idée complètement stupide ! C'est comme si quelqu'un voyageait souvent en France et allait du jour au lendemain en Italie pensant voir tout pareil. Alors voilà, le Sri Lanka n'est pas l'Inde ... quelques saris certes mais les femmes sont surtout vêtues à l'occidentale, la religion principale étant le bouddhisme et non l'hindouisme, les coutumes diffèrent vraiment etc. 

Pour faire simple : bangles, bindis et saris sont vendus dans les shops tenus par des indiens ... Pimprenelle s'est payé des bracelets ... tout droit débarqués du pays d'en face ... Bien sûr qu'on peut se faire plaiz et acheter du made India au Sri Lanka, c'est comme la Tour Eiffel ou le t-shirt "I <3 NYC" made in China, on l'a tous fait mais on sait pertinemment que ça n'a rien de vraiment typique ...

En gros, 70% de ce qui est vendu aux touristes au Sri Lanka vient d'Inde : fringues, tentures, pacotilles etc. On est bien placé pour le savoir puisque c'est ce que nous vendons nous-mêmes l'été sur les marchés ... en moins cher d'ailleurs !!! 

Le but était donc de rapporter un peu de cette jolie Île à Perpignan ... de l'authentique, du vrai sri lankais !
1. L'Orfèvrerie ! 
On a visité un magnifique atelier de fabrication de bijoux à Kandy. Pimprenelle était subjuguée, fascinée et est restée je ne sais combien de temps à admirer le travail d'orfèvre ! C'est son truc le "manuel". Une vocation est née !!! Personnellement je n'ai pas succombé à l'appel du bijou, d'une pour des questions pécuniaires et de deux parce que j'en ai acheté beaucoup, énormément dans ma jeunesse en Inde ! 
Le Sri Lanka possède des mines de pierres précieuses (sauf les diamants importés d'Afrique du Sud) et semi-précieuses incroyables. Leur qualité est mondialement réputée. Pimprenelle étant très près de ses sous hmm hmmm, c'est Bouchon qui a sacrifié ses 10€ d'un coup d'un seul pour ce petit pendentif : un topaze bleu monté sur argent. Elle a tellement flashé qu'on a allongé de 5€ (oui bon jusque là ça va ...) pour qu'elle puisse se l'offrir. L'Homme a juste oublié de lui acheter une chaîne en argent lors de son dernier voyage en Inde où le métal coûte vraiment moins cher. Attention, comme à Jaipur, il existe plein de fausses pierres ... il faut juste prendre ses précautions, demander un certificat et visiter si possible les ateliers. Nous étions chez Gemini Gem, une factory magnifique avec un personnel d'une gentillesse incroyable (vous allez me dire forcément puisqu'ils veulent vendre ... mais même avec les non acheteurs ils sont adorables). Ils ont passé un temps fou à tout expliquer à Pimprenelle alors qu'ils savaient qu'on n'achetait rien d'autre que ce petit pendentif. Et, on a rencontré un mec génial qui parlait un français impeccable en ayant appris à l'alliance française seulement. Une belle rencontre vraiment ! 

2. Le batik pour Mamie
Après la visite des grottes de Dambulla, j'ai voulu faire un tour dans une fabrique de batiks. On est arrivé un peu tard, juste avant la fermeture, mais l'employée a joué le jeu et nous a tout expliqué. Même si je connaissais bien le principe, j'ai quand même appris plusieurs choses, j'ai pu découvrir le savoir-faire sri lankais et surtout le montrer aux filles. Ceci étant, on nous dit bien que la production est faite ailleurs, il ne s'agit que d'un petit atelier pour expliquer le procédé aux touristes (à côté de l'énorme boutique). OK, c'est le jeu, on ne paie pas la visite, on ne nous oblige pas non plus à acheter mais leur but est bien de vendre (je ne critiquerai pas puisque je fais grosso modo le même job). La chose qui m'a dérangée, c'est le prix exorbitant annoncé direct en euros !!! Certes, le batik demande du temps mais de là à vendre à ce prix ... j'ai un peu de mal ! On le savait avant d'y entrer qu'il n'y avait rien en dessous de 20€ ... donc oui on a joué le jeu, sinon il suffisait de ne pas y aller ... mais honnêtement je trouve les pièces un chouilla exagérées ... et surtout il subsiste un doute ... comment sont réellement faites les pièces ? Dans quelles conditions ?  Bon, d'un autre côté, ils sont honnêtes en nous annonçant que la fabrication est ailleurs dans une plus grosse usine. On a choisi à l'unanimité ce carré avec un bel éléphant pour Mamie Chérie. Il doit faire la taille d'un coussin. Soit Mamie en fera en effet une taie de coussin, soit l'exposera comme un tableau ... à elle de voir ! 

3. Les aimants peints en bois
On en trouve partout au Sri Lanka dans les shops et sur les marchés. On s'est acheté (entre autre) celui-ci sur le joli marché couvert de Nuwara Eliya. On a complété la collection à Unawatuna en achetant des aimants tuk-tuk, éléphant, paon etc.

4. Du Thé bien sûr ! 
J'avoue au départ, on a fait nos blasés avec l'Homme. On voulait même zapper cette partie de l'Île ... parce que vous comprenez bien ... les plantations de thé ça nous connaît (Darjeeling et Munnar en Inde, Bois Chéri à l'Île Maurice que nous avons déjà visitées) ! On voulait voir autre chose du Sri Lanka car pour nous une plantation de thé, bah c'est une plantation de thé ! Sauf qu'il a quand même fallu les traverser et une fois de plus nous avons été émerveillés par ce paysage. Oui nous ne regrettons pas ! En route, on a donc décidé de s'arrêter dans une plantation pour montrer aux filles comment on récoltait, faisait sécher les feuilles etc. Bouchon n'a pas compris grand chose et je crois surtout qu'elle s'en fichait ... Pimprenelle n'a pas été plus enthousiaste que ça ... Nous nous sommes arrêtés à la Blue Field : visite très sympa, bonnes explications, chouette dégustation et des jeux en extérieur pour les enfants qui ont fait 2 heureuses ! J'ai acheté du thé pour offrir mais aussi pour nous grands amateurs ... tous les matins je voyage grâce à mon mug de thé ... au lait !
La réputation du thé sri lankais n'est plus à faire ! Tout le monde connaît le Ceylan ! C'est Sir Lipton (hin hin hin vous comprenez maintenant) qui a démocratisé la culture du thé sur l'île. 

5. De l'Aloe Vera 
Perso, je ne me suis pas trop penchée sur la question de la culture de la plante et de sa transformation. C'est l'Homme dans la famille qui est un accro aux crèmes et autres huiles pour le corps. Il en consomme des tonnes à la coco ou ayurveda rapportées d'Inde. Alors quand il a vu dans le Sud qu'ils vendaient partout des petits pots de crème verte ... il a voulu tester et s'en est acheté. Je ne l'ai pas essayée, mais lui adore !

5. Mon éléphant en noix de coco
J'ai fondu pour ce petit pendentif à porter en ras de cou à la "surfeur". Je l'ai acheté dans une petite boutique à Unawatuna. On a d'ailleurs bien sympathisé avec le couple proprio. Ils fabriquent ces pendentifs en coque de coco. Le corps de l'éléphant est indépendant de la tête, ça fait qu'il est toujours en mouvement. Il est beau et rigolo ! C'est mon petit cadeau, mon souvenir à moi et je l'adore.

On a aussi acheté quelques objets en coton épais au motif madras (porte-monnaie et peluche). Nous les avons offerts donc je ne les ai pas en photo. Ils étaient garantis "made in Sri Lanka" ... on en aurait bien rapporté plus mais on n'a pas trouvé LE lieu de fabrication ... dommage ! 

Je n'ai finalement pas acheté d'épices car il m'en reste pas mal à la maison et surtout, j'ai la chance d'avoir l'Homme qui va régulièrement en Inde. Ceci dit c'est bien sûr super sympa de faire les marchés, sentir, toucher ! Voyage olfactif et gustatif garanti ! Il faut en rapporter. 
Il y a aussi plein de jardins botaniques à visiter où l'on vous vend après la visite des huiles ayurvédiques. Nous n'en avions pas besoin. Ça peut être une bonne idée mais je pense qu'il faut vraiment bien se renseigner pour trouver LE bon fabricant ! J'ai trouvé les produits ayurvédiques très chers comparé au Sud de l'Inde ... 
Dans l'ensemble, les souvenirs sri lankais ne sont pas donnés ... peut être dû au fait que ce soit une île ... peut être dû au fait qu'il y ait beaucoup de touristes plutôt aisés sur un petit territoire avec peu d'offre ... J'ai toujours du mal à acheter de l'artisanat (je ne parle pas de la joaillerie où forcément les prix s'envolent) avec des prix annoncés en € et en $ ! 

Je suis contente de mes achats mais ce n'est pas au Sri Lanka où j'ai vraiment eu envie de dépenser ... au moins le porte-monnaie n'a pas trop souffert ! 

mardi 7 avril 2015

Mettre la main à la pâte pour le repas de Pâques !!!

 Un beau WE de 3 jours c'est toujours l'occase de se retrouver en famille pour décompresser, passer de bons moments et ... MANGER ! 
Franchement ces 3 jours off ont été une véritable bouffée d'air ... 
Il faut dire que cette année avec la réforme des rythmes scolaires, on subit ... qu'elle nous manque cette pause du mercredi où le mardi soir on se laissait un peu plus vivre, où le mercredi on faisait plein de choses en prenant le temps ... bref pour nous c'est la croix et la bannière ce changement de rythme (bientôt un bon gros post coup de gueule sur le sujet d'ailleurs ...), alors vous comprenez bien que 3 jours sans école on était trop heureux ! 

Samedi, rien n'a changé : poney pour Pimprenelle, dernières courses pour le repas du lendemain ... un samedi comme les autres pour ainsi dire ...
Dimanche : branle-bas de combat pour préparer notre dîner de Pâques (le soir chez nous comme toujours puisque l'Homme est à la boutique). J'ai imprimé des jolis dessins de Pâques. Les filles ont découpé, collé et customisé des boîtes en carton (emballages de tomates cerise).
Pendant ce temps ... j'avais du pain sur la planche avec la préparation de mon plat principal : mes souris d'agneau à l'Oriental.
J'adooore les souris d'agneau (oui oui j'avoue je ferme les yeux sur ces gentils petits animaux tout mignon ...) ... et comme il est de tradition d'en manger à Pâques c'était l'occase ... ou tout du moins l'excuse car je ne suis pas du genre "traditions" justement ...  
Je l'ai jouée facile sur ce coup : j'ai acheté mes 4 souris chez Picard ... no comment ...
A part les raisins que je n'avais plus, côté épices elles étaient déjà toutes dans mes placards ! La plupart from India (cannelle, curcuma et safran) ! 
°Recette en fin de post°

 Hmmmm ça embaume le voyage dans la maison ! 
 2 heures de cuisson plus tard ... tadahhhh 
 Et pour le dessert on a fait nos gâteaux préférés ! 
C'est une recette où la poudre d'amandes remplace quasi toute la farine. Côté calories il ne faut pas être allergique au beurre hmm hmmm ...
On a mis des fruits rouges à l'intérieur mais parfois je mets des pistaches vertes émondées ... et généralement je mets des amandes effilées sur le dessus ... elles étaient juste à côté du four et j'ai oublié ... tanpi ! 
On les a dégustés avec une quenelle de sorbet au citron vert ... histoire de mieux digérer !!! 
On s'est régalé ... pas d'entrée ni de fromage pour cette fois car une souris c'est énorme ! On avait assez à manger comme ça ... les bidous ont éclaté ! 

Recette Souris d'agneau aux oignons et aux raisins secs (trouvée grâce à mon appli de cuisine du Journal des Femmes):
La recette initiale est pour 2 personnes, je n'ai pas vraiment ajusté pour 4 et c'était quand même parfait. J'ai juste remis une dose d'épices une fois que le jus avait réduit car on aime bien les saveurs chez nous ! et ... j'ai juste mis un chouilla de raisins en moins pour que ce ne soit pas trop sucré. Je les ai aussi fait tremper un bon moment ! 

Ingrédients / pour 2 personnes
  • 2 souris d'agneau
  • 3 oignons
  • 200 g de raisins secs
  • 2 gousses d'ail écrasées
  • 1 cuillère à café de gingembre en poudre
  • 1/2 cuillère à café de curcuma
  • quelques pistils de safran pur
  • 1 pincée de cannelle et j'ai ajouté un bâton de cannelle dans la marmite
  • 4 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 2 cuillères à soupe d'huile végétale
  • sel et poivre
  • 50 cl d'eau

Préparation
Rincer abondamment les raisins secs, puis les laisser tremper dans l'eau. Éplucher les oignons et les couper en lamelles. Dans une marmite, verser les 2 huiles et y faire dorer la souris d'agneau. Ajouter les oignons, les 2 gousses d'ails écrasées, le gingembre, le curcuma, le safran pur, la cannelle, le sel et le poivre, laisser rissoler un peu. Ajouter les 50 cl d'eau, couvrir et laisser mijoter à feu doux pendant 30 minutes. Après ce temps, égoutter les raisins secs et les ajouter dans la marmite, puis laisser cuire 15 minutes. 

J'ai laissé mijoter presque deux heures pour donner un rendu presque confit mais il restait assez de jus pour déguster avec l'accompagnement.
Je les ai servies avec une timbale de semoule recouverte de haricots verts et de quelques pistils de safran pour la déco ! 

Moelleux à la pistache et au citron
(ma petite merveille, le gâteau qui époustoufle tout le monde chuuut gardons le secret !)
Ingrédients / pour 4 personnes
  • 2 oeufs + 1 blanc
  • 120 g de beurre fondu (je prends toujours du 1/2 sel)
  • 100 g de sucre roux
  • 2 c. à soupe de jus de citron vert
  • 75 g de pistache ne poudre (je n'en ai jamais trouvé ni fabriqué car ça coûte cher alors je la remplace par de la poudre d'amande)
  • 60 g d'amandes en poudre
  • 2 c. à soupe de farine
  • 1/2 c. à café de sel fin (que je ne mets pas vu que j'utilise du beurre 1/2 sel)
Préparation
1. Préchauffez le four à th.7 - 210°C.
Faites fondre le beurre
2.Fouettez les oeufs, le sel et le sucre jusqu'à ce que le mélange mousse. Ajoutez le beurre fondu, la farine, les poudres amande et pistache, puis le jus de citron en remuant pour obtenir un mélange aéré. 
3. Beurrez de moules ronds individuels (j'utilise un moule en silicone pour 6 muffins) ou un moule à manqué et versez-y la préparation. Enfournez et laissez cuire 15 mn. Dégustez tiède (ou pas !)

Je mets dans les moules des fruits rouges surgelés à mi hauteur que je recouvre ensuite de pâte, parfois des pistaches émondées ... on peut aussi y mettre des pépites de chocolat, bref tout ce que vous aimez ! 
Cette recette est une tuerie ... parfois je diminue de 20 g le beurre car ça peut être vite très gras ! 

Bon Appétit ! 

vendredi 3 avril 2015

Bosser, se faire Virer et Respirer ... ou pas ...

La fille qui ne sait pas ce qu'elle veut ... l'indécise ... la versatile ... c'est moi ! 

Coup de bol : mes changements d'avis constants ne concernent que ma pomme ... je dirais même plus ... ne concernent que mes choix professionnels !
Oui parce que hormis ça, je suis plutôt une nana fidèle, qui je l'espère n'a pas trop viré de cap quant à ses valeurs et ses préceptes de jeunesse !

Mais depuis 4 ans c'est la pagaille, la perte de repères, l'incertitude ...
Tout a commencé avec la naissance de Bouchon et une sédentarisation forcée ! Plus de voyages, une boutique à gérer 6 mois de l'année ... une lassitude qui s'installe, un ennui infini ! 
Je sais, ça résonne comme le caprice d'une petite fille insupportable qui n'arrive pas à se satisfaire de l'essentiel : une famille magnifique, un mec au top, une petite bicoque, des amis fabuleux et des enfants en pleine santé ! 
Sauf que j'ai du mal à encaisser ma nouvelle vie ... (si vous saviez comme je comprends le sportif de haut niveau qui part à la retraite ou l'artiste dans le creux de la vague ... le retour à la vie "normale" n'est pas si simple).
Avant, on achetait des billets après chaque saison et on s'envolait vers des aventures plus incroyables les unes que les autres, deux sous en poche et sac sur le dos ... maintenant, bah on fait comme tout le monde : boulot, dodo mais sans l'métro ! 
S'est aussi incrustée la crise économique dans l'histoire ... il a fallu trouver des solutions et apprendre à vivre comme 98% des français en calculant tout, en vivant du système D ! 

On a tout de même la chance de vivre au soleil avec des frais moindres et de pouvoir profiter de tout ce qui nous entoure dans un cadre exceptionnel ! La mer et les promenades en montagne sont gratuites ... encore merci ! 


Je suis simplement atteinte du syndrome de l'éternelle insatisfaite. 

J'ai voulu réagir : je me suis mise à la recherche d'un boulot.
A ce moment, j'ai morflé : échec sur échec ... très peu d'offres ... crise toujours présente ... 
La quête est devenue une obsession ... jusqu'à cette mi-février où je réponds à une annonce vite fait bien fait ... 
4 heures d'entretien plus tard (un truc de fou : 4 h d'entretien !!! 4 h qui aurait dû me mettre la puce à l'oreille si je n'avais pas été aveuglée par ma satanée obsession du graal : trouver un job) ... je suis embauchée pour mon retour de vacances. 

Et là, tout s'écroule !
Une semaine après avoir commencé ... je ne me reconnais plus ... je vis dans un flottement permanent ... complètement perdue ... c'est simple, je déteste ce job : l'ambiance, le boss, l'endroit ... je n'arrive pas à trouver mes repères ... je me sens complètement inhibée ... n'arrivant plus à donner le meilleur de moi-même ... je découvre une babidji que je n'aurais soupçonné ! 

Sauf que je suis bien dans la panade ... ça fait plus d'un an que je saoule la terre entière pour travailler, alors pas question de faire la fine bouche. Je me ressasse comme un mantra que je ne bosse pas aux 3 X 8, qu'il y a pire, que je n'ai pas le droit de me plaindre ... bref j'encaisse, je fais illusion et ... je me fais virer ! 
J'avoue ... dès la deuxième semaine je n'étais plus au top de mes compétences, complètement anéantie par cette boîte ... beurk ... 
J'avais l'impression d'être dans Shining ... pas à la fin ... n'exagérons rien ... mais au début quand on sent le malaise ... vous savez le truc qui ne va pas ... 

Pour la première fois de ma vie je me suis fait virer ... le plus hallucinant c'est que la première sensation a été un immense soulagement, une chape de plomb qui s'envolait ...
J'admets, ceci étant, que mon ego en a pris un coup ... je ne serais de toute façon jamais restée dans cette boîte, mais j'aurais bien tiré un ou deux mois de plus pour mettre du beurre dans les épinards !

Le plus incroyable, c'est qu'au départ, j'y allais vraiment pour y rester ... j'ai cependant découvert ce que pouvait être la toxicité d'un patron. Pas du tout le mec genre tyran mais plutôt un anesthésiant ... le genre de type qui a su dégoûter tout son staff de quelque investissement qui soit ! 
Tout le monde crachait dessus ... je me disais au début que c'était bien une réaction franco-française de détester son boss ... en fait non ... tout le monde le hait et a bien raison ! (j'exagère ... euh non en fait ...). 
Vous vous dites que moi aussi j'abuse, que je ne me remets pas en question ... 
Pourtant si si, j'ai essayé de prendre du recul, de faire une mini synthèse genre "ça fait trop longtemps que je n'ai pas mis les pieds en entreprise" ou encore "je suis trop grande bouche" et même "je suis un électron libre incapable d'entrer dans le moule" ... j'ai réussi à culpabiliser un peu, à douter surtout ... 
Mais je remercie profondément la nana de l'agence d'interim par laquelle j'ai été embauchée ! Elle m'a bien fait comprendre qu'ils ne trouvaient absolument personne pour taffer à ce poste dans cette boîte ... turn over, salaire de misère, patron caractériel ... c'est évident je dois avoir mes torts, mais je crois surtout que je ne suis pas tombée au meilleur endroit ! 

Il ne m'a fallu qu'une nuit pour passer le cap, chanceuse que je suis d'avoir un mari à épauler, une saison à assurer ... 
J'ai bien conscience que je suis une privilégiée avec toujours ce boulot de secours ! 
J'ai quand même bien les nerfs d'avoir fait le mauvais choix ... d'avoir accepté ce taff par simple obsession de trouver un job et d'en laisser filer un à côté ... bien mieux je crois ... un auquel je n'osais pas postuler ... comme on dit : on apprend de ses erreurs mais certaines ont plus de conséquences que d'autres !

Je respire bien sûr d'avoir quitté cette entreprise ... mais pas tant que ça ... puisque cette histoire n'a résolu en rien mon souci majeur : que faire de ma vie ?
Je sais que ça ne tombera pas du ciel. Je sais que je suis la seule à pouvoir provoquer un déclic. Je sais que je dois trouver mon projet, celui qui m'animera et qui m'épanouira ...  pleinement !