mardi 14 octobre 2014

La réforme des rythmes scolaires c’est définitivement NON !


A l’aube de ces vacances de la Toussaint, je peux clamer haut et fort que la réforme des rythmes scolaires est un fiasco !
copyright Mediapart

Je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de cette réforme … comme beaucoup me direz-vous … allant même jusqu’à manifester en décembre dernier … souvenez-vous ici.
Je ne me pose pas en anti-réformiste par idéologie. Je l’ai dit à plusieurs reprises : je suis convaincue qu’il faille justement réformer le système éducatif français … si celui-ci était parfait on le saurait depuis longtemps ! Quand on voit nos piètres résultats à l’échelle mondiale, le retard des élèves au collège qui n’ont pas acquis les fondamentaux, il est en effet temps de trouver des solutions ! Sauf que celles proposées à la charge des commune est une hérésie !!!
Je ne vais pas énumérer à nouveau les raisons qui me poussaient et me poussent encore à être contre cette réforme, je vais plutôt établir le constat de ces deux mois d’expérience !

Il est difficile de faire  un état des lieux global au territoire puisque chaque ville s’est dépatouillée comme elle le pouvait !
Je vais donc parler de mon cas ou de ceux que je connais plutôt bien.
Avec les NAP (Nouvelles Activités Périscolaires plus souples que les TAP auparavant instaurés), on a vu apparaître dans notre département des choix absurdes. Perpignan a adopté le vendredi après-midi entièrement dédié aux NAP. Cela signifie que les gamins ont cours tous les jours de 9h à 17h + mercredi matin. Ceux qui ne vont pas aux NAP ont en effet leur vendredi après-midi de libre … une minorité bien sûr ! Bref, le rythme n’est en aucun cas allégé … les gamins sont surchargés ! 
Dans mon village, la mairie a plutôt bien joué le jeu : NAP tous les soirs de 16 à 17h. On a la chance d’avoir un Point Information Jeunesse plutôt actif avec des bonnes infrastructures (stade, salles à dispo, ordinateurs etc.). Sauf qu’à l’application, c’est le bazar … les enfants devaient avoir 1/4h pour goûter et se rendre aux activités … 1/4h finalement sacrifié par les animateurs … les NAP commençaient en retard et ils n’avaient plus assez de temps pour mettre en place de vrais ateliers. Résultat : les maternelles ne goûtent plus et élémentaires se goinfrent à la récré de 14h en anticipant. Les maternelles sont affamés et épuisés quand on les récupère le soir, les élémentaires aussi car ils ont finalement mangé à une heure où ils étaient en pleine digestion …
Certes ce sont des petits détails … qui nous pourrissent tout de même notre quotidien … des détails qui pourraient être dérisoires si  ils étaient compensés en contrepartie … ce n’est pas le cas.

Tout d’abord, je suis très surprise du peu d’enfants qui vont aux NAP dans mon village.
Plusieurs parents se sont organisés ensemble. Le but du gouvernement d’offrir des activités aux enfants devient donc caduc ! Je dirais qu’un tiers seulement des élèves vont aux NAP et, à 70% il s’agit de ceux qui enchaînent sur la garderie …
Même si la mairie a franchement baissé le prix des activités à 12€/mois ; cela reste quand même un coût ! D’autant que la mairie a décidé que l’enfant qui n'y va qu'une seule fois par semaine ou tous les jours paiera le même montant mensuel !!!

Mes filles ne sont absolument pas emballées par les activités.
Il y a un effort pour les primaires : création d’un poulailler, potager, cours de cuisine ou de danse mais rien d’extraordinaire … Quant aux maternelles c’était couru d’avance : ambiance garderie ou centre aéré avec quelques activités manuelles …
La mairie a décrété que les sessions de NAP seraient d’une semaine … l’enfant doit donc y aller la semaine entière pour aboutir un projet du début à la fin. Gros problème pour beaucoup qui n’y allaient que 2 ou 3 jours … ils ne faisaient finalement rien. La mairie a alors rendu obligatoire les NAP : soit on met son gosse toute la semaine (même si on peux le récupérer un soir ou deux), soit il est refusé ! Je peux comprendre que ça mette à mal les projets mais il faut bien avoué que ce rythme n’est pas adapté aux temps professionnels des parents.
Je trouve que créer des activités au trimestre avec une journée dédiée à un atelier serait plus intéressant. Par exemple, le mardi c’est rugby et le jeudi peinture ! Comme ça le gosse va au fond d’une activité si il y est tous les jeudis. Certes, l’élève ne découvrira que 3 ateliers dans l’année mais au moins il l’aura fait à fond et ne papillonnera pas d’une semaine sur l’autre à faire des activités en surface !

On a aussi eu l’impression de marcher sur la tête lors de la réunion parents-prof.
La maîtresse de Pimprenelle en CP nous a bien fait comprendre qu’elle n’avait plus le temps de faire autant d’activités qu’avant. Bien sûr la priorité est donnée aux matières principales mais on squizze certains projets découverte du monde, sciences etc. Il y en aura mais moins ! Alors dites-moi l’intérêt de diminuer le temps des projets encadrés pédagogiquement par une instite pour les transférer à des animateurs/atsem qui n’ont pas forcément les compétences ? Je ne dis pas qu’ils sont inaptes à tout mais eux-mêmes avouent de pas maîtriser les codes pédagogiques d’un instituteur ! Heureusement d’ailleurs, sinon à quoi bon avoir un bac +5 pour être professeur des écoles ???

Concernant le rythme à part entière … je crois que la réponse est sans appel … mes gamines sont crevées. 
Même si elles devaient se lever l’an passé le mercredi matin, le stress n’était pas le même. Je ne pensais pas il y a quelques mois que cette réforme aurait un impact sur leur fatigue ... en fait, si ! Je conclurai le chapitre « rythmes physiologiques » en rappelant  qu’il y a une dizaine d’années on nous vendait la semaine à 4 jours comme étant LA solution … girouette … girouette … girouette …

Enfin, pour terminer, il y a quand même un sujet qui me taraude vraiment, une question qui m’interpelle avant tout : en quoi cette réforme peut-elle permettre aux élèves les plus en difficulté d’obtenir de meilleurs résultats ? de ne pas se retrouver en échec scolaire à l’entrée au collège ???
Ne l’oublions pas, l’école a tout de même un rôle prioritaire d’enseignement. Offrir des activités au plus grand nombre part d’un bon sentiment … mais à ce que je sache (cf plus haut), nos enfants faisaient déjà du sport, des projets artistiques, de la musique, du dessin, des plantations, du chant ou je ne sais quoi encore en cours !!!
Combien d’écoles en France offrent des cours de violon, d’astronomie ou de russe pendant les NAP ? 

Les disparités géographiques accentuent les inégalités ! 
De minuscules villages ont dû se mutualiser pour réussir à appliquer la réforme. Les gosses sont ballottés de l’un à l’autre et encore plus crevés. C’est aussi de l’argent dépensé avec des trajets en bus à payer … En montagne par chez nous, c’est carrément la lutte ! La vie y est différente. Comment feront-ils dans deux semaines quand les routes seront blindées de neige pour transporter les gamins d’une école à l‘autre pour 2 heures de NAP ??? La vie associative en prend aussi un sacré coup ! TOUS les gosses skient le mercredi du matin au soir, font du patin à glace ou je ne sais quelle autre activité en accord avec leur situation géographique. Grosse colère des maires de Capcir-Haut Conflent qui n’ont pas envie de plomber l’activité économique des assoces sportives (ou pas) … déjà qu’elles ne se bousculent pas au portillon !!!

CONCLUSION : l’homme et moi avons pris une décision, en janvier, au retour de nos marchés de Noël, quand nous serons en inter-saison … les filles n’iront plus aux NAP. 

6 commentaires:

  1. Je crois que tu n'as pas trop compris le sens de la réforme. L'intérêt premier et majeur est détaler l'enseignement des savoirs élémentaires sur plus de journées. La meilleure solution aurait été de réduire les temps de vacances qui sont horriblement longs en France, objection formelle des instits qui ne veulent même pas commencer l'école le 31 août à la place du 1er septembre, de certains parents, et des secteurs du tourisme. Alors, on doit se contenter de cinq journées au lieu de quatre pour prendre plus de temps, pour répéter plus les choses, et que l'enfant ait le temps de les assimiler. L'idéal selon la plupart des pédopsychiatres et autres pédagogues aurait été de mettre cette journée le samedi matin, ce que les parents et les instits ont fermement refusé, mais le maire peut en accord avec les professeurs des collèges et les parents de son école instituer cette journée le samedi matin.
    Le deuxième intérêt est de faire rentrer dans l'école des personnes non "formatées" par l'éducation nationale, qui auront une approche différente, un parler différent, et seront peut-être de très bons interlocuteurs pour des enfants qui sont perdus dans le langage classique de l'école, et des professeurs des écoles classiques.
    Pour parler des disparités sur le territoire, elles étaient déjà fortement existantes car des villes majeures, Paris, Toulouse,... n'étaient jamais passé à la semaine à quatre jours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu confirmes dc ce que je dis : cette réforme n'est pas adaptée, il en faut une autre ! Je le répète je ne ss pas contre un chgmt ms qu'il soit efficace. Je ss ok avec ton raisonnement sur les vacs ou le samedi matin (mm si j'avoue que pr un confort perso le samedi matin c'est moyen ... ma foi je l'ai vécu petite et mes parents ont survécu !) Quant au fait de faire entrer des personnes non formatées ds l'école ce qui se passe ds la grde majorité des cas. La plupart du tps ce st déjà des atsem, animateurs de quartier ou de village qui interviennent dps lgtps ds les établissements scolaires, déjà formatés à l'environnement. Les assoces sont trop peu sollicitées ... et encore faut il qu'il y en est ds les villages pr pvr intervenir ! Enfin étant native de Paris intramuros et y ayant vécu jusque mes 25 ans, les écoles que je connais étaient à la semaine de 4 jours. Pr les autres villes je ne sais pas. Dc je persiste et signe cette réforme est inadaptée. Il en faut une autre. Enfin, à mon avis, avt de vouloir apporter des nvelles choses aux élèves il serait peut être bien de trouver de vraies solutions face à l'échec scolaire qui est un vrai défi pr le pays ! Qd j'entends parler mes potes profs en collège à Aubervilliers, quartiers défavorisés de Perpignan ou d'autres ds le 91 et le 95 (je vite ce que je connais un peu) je me dis qu'il est tps de remettre les fondamentaux au centre du débat avec, oui, un aménagement des horaires pr que ce soit plus efficace. Je crois que les intervenants extérieurs peuvent s'intégrer à l'école sans passer par les nap ! Ou alors faire comme le système anglo-saxon (j'ai vécu un peu en Inde et c'est ds ce pays que j'ai pu le découvrir) ne plus mettre de cours l'aprem ! Il y a du boulot ds la réflexion c'est sur ! Dans un autre registre, je suis par contre outrée du comportement de certaines villes comme perpignan qui ne joue pas le jeu (rien à voir avec la réforme en fin de compte), du lobying de certains profs ou de l'industrie du tourisme qui fait tt pr que les vacances ne soient pas raccourcies. Pourtant je suis saisonnière et je dépends de cette activité à 80%. Mais il faut être honnête : trop de vacances !

      Supprimer
  2. Ton article est intéressant parce qu'il me confronte avec un autre point de vue que le mien. Et je comprends tout à fait ton sentiment à ce sujet en lisant ces aberrations ...

    Je vais, en retour, te donner le mien, sorti de 2 mois d'expérience dans une maternelle en pleine montagne corse. Je ne sais pas si nous sommes bien tombés ou pas mais je ne parlerais pas de fiasco. Certes, ils ne font pas de sport, de musique ou de sorties en musée pendant ces temps-là. Ils restent dans l'école.
    Dans l'école où Batgirl est, les NAP sont répartis en 3*1h (lundi, mardi, jeudi) de 15h20 à 16h20. Elle ne finit pas plus tard. L'instituteur prend en charge ces NAP les lundi et mardi, se réservant le jeudi pour le soutien scolaire. Ils ont une intervenante du parc régional qui vient de temps en temps (ça se faisait déjà avant, sur les temps scolaires), il leur fait travailler la langue corse et les chansons, il nous a dit compter faire du théâtre, travailler sur les tablettes ... Le jeudi, c'est une ancienne enseignante qui intervient et qui leur lit des histoires. Pour faire entrer des extérieurs non formatés dans l'école, on repassera ;)
    Mais en fait, pour ce qu'il se passe dans CETTE école-là, je suis plutôt satisfaite. Je vois les progrès de la môme.
    Au niveau fatigue, là aussi, paradoxalement, je la trouve moins fatiguée.

    Bon, ceci dit, je me répète, en te lisant, je comprends ton opposition à cette réforme, menée dans ces conditions-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pfff je suis nulle il était tt simplement ici ton com' ! je pensais que tu avais commenté sur FB ! Alors je te remets ma réponse ici aussi : En fait, je crois que ce qui ne va pas chez nous c'est le rythme choisi soit une heure tous les soirs de la semaine ... on arrive à 5h/semaine de NAP alors que normlement ça doit etre 3h. Les gamins sont crevés car trop surchargés. Ton exemple est très intéressant, je l'ai donné en exemple en reunion ce matin à la mairie pour voir comment améliorer l'organistaion !

      Supprimer
  3. Je suis dans une ville plutôt riche, en banlieue parisienne, a priori un bon candidat pour une réforme des rythmes scolaires faite le mieux possible genre avec des activités digne de ce nom. Eh bien non, le maire a été élu sur promesse de ne pas les appliquer (ce qu'il n'a pas pu faire), et sur promesse de ne pas augmenter les impôts locaux (ce qu'il ne fera pas... directement, ahem). Résultat : école le mercredi matin, aucun TAP, mais une pause méridienne de 2h15.

    Je crois que l'idée de la réforme partait d'un bon sentiment, mais était totalement inconsciente du coût, du bordel organisationnel et... du fait que ce qui fatigue les enfants c'est le temps passé en collectivité. En ajoutant l'école le mercredi matin, pour beaucoup d'enfants qui étaient gardé par un parent à 80%, ça ajoute du temps en collectif. Ce temps est déterminé par le travail des parents et non par le nombre d'heures de cours...
    Peut-être que si comme aux états unis la plupart des travailleurs étaient chez eux à 17h cela aurait eu des résultats probants !!

    Je trouve vraiment triste de voir que le système éducatif français coûte de plus en plus cher pour des résultats de moins en moins bons... et l'impression d'un modèle qui tente de se moderniser sans y parvenir... ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis d'acord avec toi qu'appliquer une réforme sur un modèle (pseudo anglosaxon - nordique) à note pays n'est pas une bonne solution ! Ces gens commencent le boulot vers 8h du mat et sont en effet à la maison à 17h ! Par ailleurs, le mettre à la charge des collectivités locales est aussi une aberration ! La mairie ce matin (on a eu une réunion) a encore insisté sur le fait que malgré les subventions CAF + Etat ainsi que la part payée par les familles ne couvraient pas tous les frais (vrai ou pas ??? I don't know !). Par contre, je trouve aussi inadmissible les communes qui n'ont pas essayé de jouer le jeu. Chez nous la mairie est UMP mais s'est qd même démenée avec le PIJ pour offrir de vraies activités ! Tout n'est pas parfait comme je le dis plus haut, le rythme choisi n'est pas non plus le bon à mon avis ... mais au moins les gosses font des trucs ! En maternelle c'est léger léger mais enfin Pimprenelle a fait du tennis pour la premiere fois de sa vie cette semaine en NAP, ce qui la réconcilie presque avec le concept ... bref on ne peut pas avoir une réforme et une quantité infinie de réponse à celle-ci suivant les villes !

      Supprimer

On discute ?