vendredi 2 mai 2014

Mes délicieuses retrouvailles avec Lucia Etxebarria

Quel bonheur de retrouver mon auteur espagnol préféré !

Après m'être englouti d'affilée il y a plus de dix ans une bonne série de ses bouquins, me voilà replongée dans l'univers si emblématique de Lucia Etxebarria avec Le contenu du silence.
On y retrouve tout ce qui a fait sa marque de fabrique : des personnages aux parcours fracassés, si communs en apparence, ceux qui pourraient être des nôtres avec leurs névroses, leurs secrets si pesants, perdus dans l'errance de leur vie, en quête d'un bonheur qui semble inaccessible. Des thèmes abordés de façon extrême dans lesquels on se retrouve forcément toujours un peu.  
L'écrivain a aussi cette force de nous projeter dans des ambiances particulières avec sa part de débauche dans laquelle se perdent toujours ses protagonistes ...

Dans Le contenu du silence, Gabriel, ce londonien prêt à se marier, enfermé dans une vie ronronnante, se voit appeler par une amie de sa soeur, Cordelia, qu'il n'a pas vue depuis 10 ans. Elle a disparu aux Canaries. Il part donc à la quête de cette soeur qu'il redécouvrira au fil de son aventure canarienne.

Pour la première fois je découvre Etxebarria auteur de thriller. Je dirais que le bouquin est divisé en 2 grandes parties : les 2 premiers tiers sont consacrés exclusivement à la recherche de Cordelia sur fond de suicide collectif au sein d'une secte ... 
On est littéralement happé par l'intrigue, les lignes se dévorent, on s'attache dès les premières pages aux personnages, une empathie qu'on développe naturellement (un don inhérent à l'écriture de Etxebarria), on vibre au rythme de l'enquête avec en toile de fond ce décors hallucinant : celui des Canaries.
Puis le livre change de ton, de figure. L'histoire est cette fois centrée sur la véritable identité des personnages avec ses surprises qui ouvrent les portes de ce que sait si bien faire l'auteur : percer au grand jour la part la plus sombre des protagonistes. 
Le chapitre 13 en est la charnière ... pour ma part un plaidoyer bien trop long qui manque de perdre le lecteur ... 
Cependant avec un peu de recul, on constate qu'Etxebarria prend le parti d'écrire comme le personnage parle ... c'est ce qui offre aussi cette proximité avec le lecteur ... une impression d'écouter un pote pendant de longues heures sur un sujet lourd sans se soucier du support : c'est-à-dire le roman.

Honnêtement, ce n'est peut-être pas le meilleur livre de Lucia Etxebarria (faudrait que je replonge dans les autres ... j'ai un peu oublié ... je les mélange) mais c'est tellement bon de la retrouver avec ce style si singulier, de surcroît dans un nouveau genre que je ne lui connaissais pas : le thriller psychologique. 
Je l'ai lu en 3 bouchées : dont la dernière jusque 3 heures du mat dans l'incapacité de me séparer des 3 héros ... avec cette sensation qu'on connaît si bien à la fin, celle de vouloir l'histoire continuer, si triste de quitter la vie noire mais tellement magnétique des personnages. 

A dévorer de suite ! 

4 commentaires:

  1. J'en ai lu un une fois, je ne me rappelle plus lequel ... j'avais pas forcément accroché ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends qu'on ne puisse pas trop aimer ... Ms des histoires me parlent (non je ne ss pas une ancienne junkie mdr) et mm si certains disent qu'elle a une écriture facile je dévore ses bouquins à chq fois !

      Supprimer
  2. Han... Lucia, j'adore ! Si flamboyante, si féminine et sensuelle jusqu'au bout de la pointe de son stylo !
    Hop, j'ajoute à ma to-do-read ^_^

    RépondreSupprimer
  3. et si trash aussi ;) ça j'aiiiime (non je ne suis pas tracassée moi-même ;) )

    RépondreSupprimer

On discute ?