jeudi 6 février 2014

Jack et la mécanique du coeur ... à couper le souffle

Hier après-midi j'ai pris une claque, j'ai subi un choc visuel, émotionnel et sensoriel ... hier après-midi j'ai été voir Jack et la mécanique du coeur.
Jamais je n'aurais pu imaginer ce qui m'attendait en pénétrant dans cette salle obscure accompagnée de ma Pimprenelle. L'histoire je la connaissais ... enfin presque ... j'écoute en boucle l'album acheté à sa sortie en 2007 ! 
Dès les premières secondes on ne peut être que happé par la beauté du graphisme, par l'atmosphère incroyable qu'il s'en dégage ... on a froid ... on est transi ... on sent l'air glacial pénétrer nos poumons car, oui, il s'agit bien de l'histoire de ce petit Jack né le jour le plus froid du monde ! Son coeur en est gelé ... Madeleine la sage-femme le remplace par une horloge à coucou pour le sauver ... 
A cet instant je sens que le film va être très très long pour ma Pimprenelle à la sensibilité exacerbée ... du haut de ses 6 ans pas facile de voir tous les détails incroyables qui nous tirent un ou deux sourires malgré la tension de la scène. Pimprenelle le vit au premier degré ... elle commence à se cacher ... une larme commence à perler ... des centaines d'autres suivront ... 

A mes yeux, je suis devant un chef d'oeuvre graphique, narratif et musical. L'image ne fait pas dans la demie mesure. Pas de tralala. Le spectateur n'est ni épargné par la noirceur de l'histoire, ni par la beauté et l'humanité des personnages dans tout ce qu'elle apporte de sombre ou lumineux. Les adultes seront émerveillés devant la multitude de références culturelles et historiques ... plusieurs visionnages seront nécessaires pour tous les percevoir à mon avis. J'ai conscience que d'autres y verront du Burton, peut-être même en moins bon, ceci étant je vis le film sans m'encombrer de références, je le vis  à multiples reprises en apnée devant les difficultés de Jack à respecter les 3 principes de base à sa survie : maîtriser sa colère, ne pas toucher les aiguilles de son coeur et ne pas tomber amoureux. Vous comprendrez que le défi est insurmontable lorsqu'il rencontre Miss Acacia. 
 Pimprenelle comprend ce qu'elle peut mais reste néanmoins subjuguée par la force des images qui défilent devant elle. Elle passera une des premières scènes la tête enfouie contre moi ... j'avoue que le voyage en train de Jack poursuivi par l'Eventreur est réellement impressionnante.

Les thèmes abordés par Jack et la mécanique du coeur sont complexes pour les petits : l'exclusion, l'intolérance, la mort, l'amour ... Je sais ce qui m'attend à la sortie : devoir donner des explications audibles par une fillette de 6 ans ... et pas n'importe laquelle ... la mienne ... la seule à avoir sangloté la moitié du temps. Je pense en effet qu'un enfant plus âgé sera plus réceptif, plus apte à supporter la violence, pas la visuelle spécialement, mais d'autres comme l'abandon d'un enfant, la séparation etc. 
Quant à l'allégorie finale ... ouah ... que dire sans lui mentir ? 
Je n'ai qu'une explication "à quoi bon vivre sans amour ???". 
 °°° ma Chérie tu as 3 heures et je ramasse les copies °°°
J'attends à ce que dans les prochains jours elle me harcèle encore et toujours de questions ... ce film est un éveil, une ouverture, soit un peu brutale pour les plus jeunes, mais une ouverture quand même sur la vie ... Elle a voulu écouter le CD à peine étions-nous rentrées ... rassurez-vous, Jack et la mécanique du coeur ne traumatise pas les gamins ! 
 Les personnages principaux se sont eux : Mathias Malzieu, (le leader emblématique du groupe Dyonisos, auteur, compositeur de la musique et du film) dans le rôle de Jack, et Olivia Ruiz dans le rôle de Miss Acacia. Mathias Malzieu l'a lui même dit : sans son histoire d'amour avec Olivia Ruiz la Mécanique du coeur n'aurait jamais existé. Je ne sais pas si la leur s'est mal fini comme nous l'a tant chanté Catherine Ringer ... en tous les cas merci à eux de nous l'avoir fait partager, d'avoir été le berceau d'un tel bonheur cinématographique.
Jack et la mécanique du coeur, c'est aussi une affiche d'artistes plus incroyables les uns que les autres : Jean Rochefort, Grand Corps Malade, Arthur H., Emily Loizeau, Alain Bashung, Rossy de Palma, Babet la violoniste de Dyonisos, Dani ou encore Cali que j'ai reconnu à ses premières paroles malgré des apparitions plus confidentielles. 
Je peux dire que la plupart de ces artistes m'ont accompagnée lors de mes débuts en radio. Tout a commencé avec Cali. La radio pour laquelle je bossais à l'époque a été la première à le diffuser ... s'en est suivi des interviews avec son pote Mathias Malzieu qui émergeait au sein de Dyonisos au son du mythique "Jedi". Au même moment, je rencontrais Olivia Ruiz en résidence à Perpignan pour La Femme Chocolat
Enfin, l'appothéose dirais-je, c'est ma découverte d'Emily Loizeau ... quand j'ai reçu son album "L'Autre bout du monde" au bureau ... j'étais sonnée ! Coup de foudre absolu ...  ... si je dois être un jour taxée de fan ... c'est d'elle ! (et de Tiken Jah Fakoly ... mais on change littéralement de registre ...)
Imaginez mon état quand j'ai appris la naissance, la création de la Mécanique du coeur ! J'ai juste halluciné sur les artistes impliqués dans l'aventure ... Je n'ai pas été déçue ... encore moins par le film, tout y est réuni : le talent, l'imagination, l'onirisme (que j'avais déjà dégusté dans Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi), le lyrisme et ... l'humanisme ! Ca tombe bien puisque tous les artistes présents représentent à mes yeux cette valeur essentielle ...

7 commentaires:

  1. Wahou ! Quelle critique ! Ca me donne encore plus envie de le voir, s'il était possible ! Mais ça me conforte dans l'idée que mes loulous (6 et 8 ans, mais avec une forte émotivité) sont encore un peu jeunes pour y aller...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui si ils sont de la même graine que Pimprenelle attend un peu mais rien ne t'empêche d'y aller toi ;)

      Supprimer
    2. Moi j'ai été avec ma fille de 5 ans et elle a adoré.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. si ce n'est pas bien vendu ça hein ? ;)

      Supprimer
  3. Ce film m’intéresse également !
    Pour un p'tit de 6 ans, c'est adapté ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout dépend la sensibilité de l'enfant en fait ! Pour ma fille ça a été dur dur mais il y en avait d'autres dans la salle à peu près du même âge qui l'ont bien vécu !

      Supprimer

On discute ?