vendredi 18 octobre 2013

Quand la femme indienne s’invite dans nos livres … on s’en souvient et ça fait du bien !


Casser le mythe de la femme indienne … enfin non … ce n’est pas vraiment ce que je veux dire … casser la vision folklorique purement occidentale de la femme indienne !
C’est ce qu’ont fait 2 auteurs Anne Cherian et Anita Nair dans leur livre respectif.
On a, en effet, nous occidentaux cette image primaire de la femme indienne soumise, mariée de force, violée, esclave de sa belle famille, prisonnière de ses tâches ménagères, vouée à rester à la maison son existence entière. Certes cela existe, certes c’est ce que les media nous servent régulièrement … forcément puisque l’actu se nourrit de faits divers rarement positifs et joyeux. Il est facile de tomber dans la caricature … sauf que la société indienne est d’une complexité rare, sa culture dense, ses traditions bien ancrées même si elles évoluent de plus en plus.
La femme indienne, si tout du moins on peut globaliser l’idéal que je m’en fais au travers de celles que j’ai croisées et côtoyées, possède un tempérament bien trempé. Croyez-moi ! La femme indienne soumise en surface mais plutôt chef d’orchestre en son foyer semble parvenir bien souvent à ses fins.
C’est en tous les cas le portrait de Leila brossé  par Anne Cherian dans Une bonne épouse indienne. L’auteur indo-américaine nous trace le parcours incroyable d’une jeune femme du Sud de l'Inde toujours célibataire à l’aube de ses 30 ans, délaissée par tous ses prétendants. De l’autre côté du globe en Californie, le jeune anesthésiste Neel, enfin Suneel de son vrai prénom, immigré indien ayant intégré avec brio la société américaine va se voir marié de force à cette Leila. Il la rejette et tout ce qu’elle représente avec : cette Inde qu’il s’est imposé d’oublier et de renier pour mieux se sentir accepté par ses nouveaux compatriotes américains.
Anne Cherian réussit l’exploit en un livre de nous faire comprendre le concept du mariage arrangé et la vision il faut bien l’admettre erronée que nous en avons. Un beau roman qui se dévore, qui nous éclaire sur les femmes de l’Inde, leur façon typique de raisonner dans des situations où nous autres aurions bien du mal à nous extraire sans pertes et fracas. Certes la soumission de la femme y est présente, l’emprise du patriarcat et de la culture sur la famille, aussi … tout n’est pas parfait mais ce récit nous pousse à l’observation, à la réflexion et nous évitera les jugements hâtifs.

Côté purement littérature, ce n’est pas le roman le plus abouti que j’ai pu lire. C’est fluide et on le dévore sans pour autant avoir la sensation d’engloutir un chef d’œuvre. Cela ne signifie pas que le roman est mauvais bien au contraire puisque je l’ai dit, il nous éclaire sur une société complexe tout en apportant le romanesque nécessaire aux lecteurs dont l’Inde n’est pas le sujet de prédilection. Quant à la trame on  la devine et j’irai même plus loin … on connaît le déroulement de l’histoire fin comprise dès les premières pages … cela et j’insiste encore ne signifie pas que le livre ne vaille pas la peine d’être lu bien au contraire ! J’ai adoré !

Quand j’ai terminé il y a quelques jours Une bonne épouse indienne je n’ai pu m’empêcher de penser à un autre livre consacré aux femmes indiennes : Compartiment pour dames d’Anita Nair. Dans ma hiérarchie littéraire personnelle on se situe bien au-dessus … l’écriture est fine, plus dense et là, je peux vous assurer que l’histoire vous tiendra en haleine. Des femmes de castes, d’origine différente se retrouvent dans un même compartiment lors d’un long trajet en train. Elles vont se confier, leur vie, leurs drames tout au long du voyage avec comme protagoniste principal Akhila qui a entrepris ce long périple vers l’extrême Sud de l’Inde pour trouver une réponse à SA question : « une femme a-t-elle besoin d’un homme pour se sentir épanouie ? ».  On ne tombe pas dans le pathos, le suspense l’en empêche et les émotions intenses vous tireront peut-être les larmes tellement les exemples donnés sont criant de vérité.
Ce bouquin je l’ai littéralement dévoré dans un train en Inde justement. Ceux qui les ont déjà empruntés savent à quel point l’atmosphère et la vie qui y règnent apporte une dimension unique à ces voyages … qui durent parfois jusque 3 jours. Il m’a accompagnée pendant 2 jours de train … je ne pouvais espérer meilleur compagnon … ce livre fait partie de ceux qui m’ont le plus marquée. Sa qualité d’écriture je pense vient du fait qu’il a été traduit de l’anglais indien très littéraire proche de l’anglais britannique contrairement à l’anglais américain d’Une bonne épouse indienne plus simple et familier.

En tous les cas que ce soit l’un ou l’autre, ces livres vous aideront à comprendre cette société indienne si lointaine, que l’on méprise bien trop souvent depuis nos contrées ! Même vous messieurs, foncez ! Je refuse le concept du livre écrit par des femmes pour les femmes … non ! Ils s’adressent à nous tous.

10 commentaires:

  1. Je n'ai jamais mis les pieds en Inde mais j'avoue que j'aimerais beaucoup (un jour, peut être). En tous cas, tu m'as donné envie de lire ces livres !!!

    Je vais les noter ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu peux trouver des billets d'avion pour Delhi à 400 € ! Une amie vient même d'en choper à 290 au départ de Genève bref c'est plus abordable que la Nouvelle Calédonie ;) alors fonce !

      Supprimer
  2. Super ! J'adore ces romans qui nous plongent dans un autre monde et nous permettent de le comprendre, un peu. J'ai lu "une bonne épouse indienne" et, même si je l'ai lu jusqu'au bout, je n'en garde pas un souvenir mémorable. Mais au vu de ta critique, je vais m'empresser de trouver "compartiment pour dames" ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai qu'une bonne épouse indienne ça fait un peu comédie romantique à l'américaine ... bien sympathique sur le moment très agréable à lire sur le moment mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable ... c'est justement la thématique du mariage arrangé et de la confrontation des cultures ainsi que la difficiulté à un immigré de s'intégrer ... mais si on enlève ça ... c'est sûr que ça ne pèse pas bien lourd ;) et compartiments pour dames moi j'ai adoré (ça fait longtemps que je l'ai lu ... ) j'espère que tu ne seras pas déçue si tu investis ;)

      Supprimer
  3. Nous avons lu ce livre aussi. Il montre bien la complexité de la situation de la femme entre tradition et émancipation, mais l'homme aussi est victime à sa manière.
    Nous avons eu la chance de visiter un peu ce pays, et constaté que ce pays est encore bien ancré dans ces traditions familiales, peut-être c'est une force, mais c'est une société qui avance aussi. C'est dans les milieux défavorisés où la femme doit lutter pour exister, dans tous les sens du terme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui tu fais bien de le préciser car en effet l'Homme subit aussi les choix de sa famille ! et ce n'est pas parce qu'on est un homme qu'il est plus simple de se retrouver avec une inconnue qu'on n'aime pas dans son lit pour faire un raccourci ;)
      c'est clair que la tradition pèse énormément en Inde et pas à l'avantage de la femme c'est évident ! ceci étant le paradoxe de ce pays (je sais je ne vais pas parlé des castes les plus défavorisés) fait qu'une femme a déjà été présidente de la république, qu'on en trouve aussi facilemetn que des hommes aux guichets des gares, des banques, de la poste ! bref la femme n'est pas interdite d'éducation ... il y a des dentistes, des médecins, elles peuvent conduire, sont autonomes et ont le droit de sortir seules dans la rue pour aller faire du shopping ! c'est là que vient la complexité du pays par sa grandeur géographique déjà ... merci d'être passé par ici pour commenter :-)

      Supprimer
  4. C'est vrai que l'image qu'on peut avoir d'un pays et de sa façon de vivre doit être bien différente de la réalité tant qu'on ne s'y est pas immergé ... En tout cas tu m'as donné bien envie de lire ces bouquins (surtout le 2ème ;p)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. franchement lis le 2ème ;) je ne dis pas non plus que tt est rose en Inde (surtt que le 2ème bouquin brosse un portrait de l'Inde et de la condition de la femme plutot apocalyptique mdr) mais c'est complexe et on ne peut pas résumer un pays en une phrase ou une idée ... surtt celui-ci si grand !

      Supprimer
  5. J'ai lu Une bonne épouse indienne en Inde aussi justement, j'ai adoré! Je viens de décourvri ton blog, par ton pseudo qui sonnait très indien justement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'y ai passé la moitié de l'année pendant plusieurs années, aussi pour bosser ... mais je n'y suis pas allée dps 4 ans donc ça me manque ! Notre meilleur ami de Delhi a passé une semaine à la maison il y a 3 semaines et ça m'a fait trop du bien d'avoir un peu d'Inde à la maison et lui bien sûr ! Je me suis fait rappeler Babidji et ça faisait longtemps ;)

      Supprimer

On discute ?