mercredi 6 février 2013

Etre Mère #58

Etre Mère c'est pleurer avec les femmes et les enfants de soldat.
crédit photo Infrarouge
Vous vous dîtes, ça y est Babidji va encore donner dans le pathos ...
Mais je ne peux pas faire abstraction de la claque que je me suis prise hier soir en tombant sur les 2 docs Infrarouge de France 2

Au prime abord ce n'est pas le genre de sujet qui m'enflamme Papa s'en va en guerre, titre du 1er reportage ... sauf qu'en zappant je me laisse happer par le doc qui a déjà commencé. Témoignages de Mamans qui se retrouvent seules 6 mois par an pendant que leur mari est en mission, la peur au ventre de ne jamais le voir revenir ... témoignages de gosses qui ont perdu leur père "mort pour la France". Un sujet juste, pudique qui ne tombe jamais dans le voyeurisme ... du journalisme de haut vol qui sait aborder des drames personnels sans pour autant surfer sur la vague des émissions de bas étage que sont Confessions Intimes ou autre.
Au bout de 5 mn je suis déjà en sanglots devant mon écran ...

Je persévère et enchaîne sur le second documentaire ... ça fait longtemps que je n'ai pas été autant touchée et intéressée par le travail de journalistes. J'en suis sortie retournée et surtout ayant la nette impression d'avoir appris et compris beaucoup sur l'armée, sa mission, ses stratégies, son histoire depuis la guerre d'Algérie. Un doc, dur certes, qu'il faudrait diffuser en éducation civique à tous les collégiens. Ce second documentaire est La guerre en face. A voir absolument. 

C'est l'histoire de l'évolution de notre armée, de son rôle et de l'image de nos soldats. On est passé d'une image peu glorieuse de l'époque où nous luttions pour garder ou conquérir des territoires (Algérie, Indochine...) avec une opinion publique plutôt défavorable (sans parler du Vietnam outre-atlantique) à une armée qui s'est petit à petit présentée comme la gardienne de la paix (Casques Bleus en ex-Yougo, Rwanda, Liban...) ou encore dans des conflits pour assurer la sécurité des populations. 
Le doc est construit de manière chronologique, afin d'étudier cette évolution, entre-coupé de témoignages de militaires ayant participé à ces missions et d'images d'archives. Il est aussi le témoignage du peu d'égard que nous avons envers nos soldats ... ne comprenant pas toujours leur rôle ... nous occidentaux en guerre mais loin de nos frontières. Comme le disait si bien un militaire, "on peut encore faire un travail sur nous en acceptant de mourir pour la France mais encore faut-il que les civils le comprennent ... sinon à quoi bon"
Le doc n'est pas du tout une ode à l'armée ... c'est un témoignage. Même les militaires interrogés ne sont pas dupes et connaissent également les intérêts politiques ou économiques de leurs interventions (sauver le pétrole mondial pour la première Guerre du Golfe, les intérêts français au Tchad etc.) mais en tous les cas, ils parlent avec les tripes et nous font part de leurs rudes expériences nous mettant face à l'horreur de la guerre ... celle que nous regardons 5mn par soir au JT sans plus en accepter.

J'ai trouvé très enrichissant de voir le côté humain de ces hommes qui ne sont pas des machines à tuer, qui sont traumatisés par chaque homme qu'ils ont dû abattre, par leurs frères d'arme tombés pour la France. Un militaire témoignait sur le Rwanda "Qu'est-ce que vous voulez faire quand vous voyez un gosse téter le sein de sa mère morte d'épuisement au bord de la route" ; "au Rwanda il y avait les soldats actifs et passifs ... les passifs faisaient des tranchées géantes pour amener à la pelleteuse des milliers de cadavres, vous pensez qu'ils rentrent indemnes ?".

Je retiendrai également ce poignant témoignage d'un militaire qui a dû reprendre un pont à l'entrée de Sarajevo avec son régiment pour que les milliers de civils de la ville ne tombent pas aux mains des Bosniaques. Les larmes aux yeux, il nous fait part de ce moment où tout bascule, où il comprend ce qui va se passer, où la stratégie théorique va devenir réelle, où l'on demande de mettre les baïonnettes aux fusils (je ne savais même pas que ça existait encore tant pour moi c'est l'image que je me fais des grandes guerres napoléoniennes), que le corps à corps sera sanglant, qu'il partira la peur au ventre, ensuite transcendé par la vengeance de voir ses premiers hommes abattus ...

On a beau le savoir, mais le constat final reste que désormais la guerre n'a plus le même visage, que l'ennemi n'a plus d'uniforme, frappe au hasard, à chaque tournant de rue, qu'on a pu lui parler le matin tranquillement au marché et qu'il attaque dans la soirée, dont les actions se résument aux attentats (Liban, Afghanistan...) ... Conclusion en 14-18, 95% des morts étaient des militaires et 5% de civils, à l'heure actuelle dans les conflits 95% sont des civils et 5% des militaires ... juste flippant ! 

Ce doc tourne en boucle dans ma tête car il est une vision globale de notre situation géo-politique actuelle ... de voir que tout se répète éternellement avec des conflits de plus en plus radicaux. Ce matin au lever, j'y pensais encore ... Au fil de la matinée, j'oublie un peu les images, les témoignages laissant la vie reprendre son train-train habituel ... A 10h, la voisine du dessous (son jardin est en contrebas du nôtre ... sa fille aînée est dans la classe de Pimprenelle) me dit que je peux lui amener Pimprenelle pour une heure. On prend finalement un pot ensemble sur la terrasse pendant que les gosses jouent ... on retrouve les filles dans la chambre en train de se déguiser quand la copine nous montre un magnifique haut en velours bordeaux plein de pampilles dorées ... la Mère : "ah c'est mon mari qui l'a rapporté d'Afghanistan aux filles, regarde j'en ai un autre encore plus beau" ...

Je sais que son mari est militaire, je sais qu'il n'est pas là la semaine ... mais j'avoue avoir complètement occulté leur "cas" pendant ma soirée documentaire. Sa phrase m'a glacée ... ma voisine connaît ces absences qui me semblent insurmontables, cette peur qu'on doit apprendre à dompter pour continuer à vivre en famille, ses enfants qui grandissent avec un papa à mi-temps ... 

Etre Mère c'est regarder sa voisine avec les larmes qui montent aux yeux (alors qu'elle n'a rien demandé !) ... Etre Mère c'est vivre avec cette nouvelle hypersensibilité ... Etre Mère c'est aimer tous les enfants et toutes les mères du monde (une phrase bien cucul qui prend tout son sens une fois qu'on est maman je vous assure !). 
Cette semaine La Mère Lacunaire nous fait part de son témoignage poignant sur le burn out maternel ... à lire puisque nous l'avons toutes vécu ! P'tite Fée et son casse-tête alimentaire pour des enfants qui n'ont pas toujours l'appétit désiré ! Niouz Mum même plus d'un mois après en est encore à subir l'influence du Père-Noël sur ses rejetons ... Le retour de Catwoman qui prend son temps celui de partager ces moments précieux en famille. Linosqui nous amène à réfléchir sur l'éducation des enfants ... et surtout la non violente qu'elle tente d'instaurer au quotidien : enrichissant ! La Tête dans les Etoiles revient également sur ce thème de l'éducation ... être à l'écoute ... tamporiser et tout va mieux ! Quant à La Farfa elle a lâché prise ... elle a lâché les baskes de son fils pour mieux s'y retrouver ... une jolie expérience à méditer ! Merci les filles !!!

13 commentaires:

  1. Ton article me prend au tripes. je crois que j'irai voir ces docu en streaming mais pas maintenant. Faut déjà que je me prépare psychologiquement sinon Phil me récupère en miettes. Mais j'aimerai bien en savoir plus sur ces hommes et ces femmes qui risquent leur vies. Sur la façondont les familles gèrent l'absence, la peur... (pensée pour Nat et ses oursons dont l'homme est au Mali actuellement si j'ai bien suivi.)

    Mon article du jour, un peu tardif, est là :
    http://tanierefarfadine.blogspot.com/2013/02/etre-mere-24.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. honnêtement le premier sujet avec la mort des pères soldats c'est très pathos meme si c'est réalisé avec bcp de pudeur ... ça tu n'es pas obligé mais le 2ème doc est super intéressant, un doc choc historique !

      Supprimer
  2. et beh voilà un être mère qui fait réfléchir ... le sujet n'est pas léger, chapeau de l'avoir abordé avec brio.
    cette semaine encore je n'ai pas eu le temps d'écrire un être mère, mais j'suis pas sure que le mien aurait été très léger non plus... hier j'ai appris le décès d'un jeune de 20 ans qui a décidé de mettre fin à ses jours... c'est son père qui l'a découvert... je crois qu'être mère c'est avoir conscience qu'une des pires choses qu'il puisse arriver est la perte d'un enfant...
    gros bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est juste horrible ce genre de drame ... on en a tous vécu ... et le suicide est d'autant plsu tragique qu'en tant que parent on doit avoir toujours la culpabilité de n'avoir rien vu, rien pu faire, de se sentir démuni face à la détersse de nos enfants et c'est tout sauf le rôle de parents normalement ... on voudrait tous pouvoir résoudre les problèmes de nos enfants !

      Supprimer
  3. C'est vrai que même si on le sait on a souvent tendance à oublier ce qu'il y a derrière : les familles des soldats, les populations touchées, ...
    Merci de remettre ainsi les choses à leur place !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas l'apologie de l'armée ni bien évidemment de la guerre ... mais on comprend pas mal de chose et que malheureusement l'armée a un rôle bien plus important qu'on ne le réalise !

      Supprimer
  4. J'étais au ciné hier soir mais je me disais justement qu'il fallait que je regarde ces reportages en pluzz après en avoie entendu parler sur France Info.
    Ca me retourne quand tu écris des billets comme ça.
    Je te rejoins quand tu expliques que ça nous atteint puissance 1000 ces situations quand toi-même tu es devenue parent.
    Je crois que je ne veux même pas imaginer ce que c'est que de vivre ces absences et d'avoir la peur au ventre en permanence par crainte de ne jamais revoir ton homme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je suis rassurée sur mon opinion du documentaire ... si France Inter en a parlé c'est qu'en effet ce ne devait pas être si nul que ça !
      oui ce sont des conditions extrêmes de vie de famille ... pour des gens qui malgré tout, même si ils en tuent d'autres sont aussi garants des libertés et de la paix ... vaste sujet ... vaste débat !

      Supprimer
  5. Etre Mère c'est aimer tous les enfants et toutes les mères du monde (une phrase bien cucul qui prend tout son sens une fois qu'on est maman je vous assure !).

    Putain je chiale, tu fais chier! :'(

    Très bel article ! Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour le super joli compliment ;) et rassurée que les phrases cuculs en touchent d'autres aussi ;)

      Supprimer
  6. Il faut que je regarde ces documentaires ! J'irai voir ça en streaming. Et peut être que j'en apprendrai plus sur mes propres parents ... même si mon père a réussi à passer entre les gouttes des guerres.

    En tout cas, j'adore ton Être mère. Du pur Babidji comme je l'aime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Catwoman ça me fait super plaisir ! tu as donc vécu ces longues absences ! et les mutations aux 4 coins de France voire du globe non ? pas facile j'imagine de porter sur ses petites épaules le choix de son père d'être militaire !

      Supprimer
    2. De rien.

      Non, nous n'avons pas trop déménagé je n'ai pas le souvenir des longues absences. C'était surtout quand on était miniatures qu'il partait longtemps (1 an à mururoa quand j'avais 4 mois ... et autres joyeusetés dans le genre). La seule chose qui m'ait marquée, ce sont les évènements d'Ouvéa en 88 parce que là, nous étions vraiment au cœur de la tourmente.

      Supprimer

On discute ?