mardi 19 juin 2012

Syrie : l'Insoutenable

"Afin de mettre un terme à l'effusion de sang en Syrie, nous appelons à un arrêt immédiat de la violence"
"Nous sommes unis dans l'idée que le peuple syrien devrait pouvoir choisir son avenir de façon indépendante et démocratique"

Conclusion hier de l'entretien de plus de 2h entre Obama et Poutine ... après plus d'un an de combats, voilà où nous en sommes. Les plus optimistes diront qu'il s'agit d'un énorme pas en avant de la part des Russes qui avec les Chinois refusent toujours l'intervention des forces de l'ONU en imposant leur veto. 
De leur côté,  la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis travaillent sur un projet de résolution qui proposerait des sanctions contre Bachar Al-Assad s'il ne respecte pas le plan de paix en six points de Kofi Annan.

Quelles sanctions ? pourquoi ne sont-elles pas toujours appliquées ? 

Obama peinerait-il à s'impliquer dans un conflit qui pourrait s'enliser comme en Irak et en Afghanistan où le résultat de ces années de conflit n'a rien donné ? Les caisses vides des Etats-Unis empêcheraient-elles d'intervenir ? Est-ce sa candidature à sa réélection qui le freinerait à envoyer ses troupes ? Est-ce que l'opinion publique américaine ne supporterait pas que son pays fasse cesser ces atrocités ? Est-ce que se mettre à dos russes et chinois provoquerait la 3ème guerre mondiale ?

J'ai décidé aujourd'hui de publier les clichés les plus insoutenables récemment parus dans le monde du photojournalisme. Le but n'est pas de jouer les voyeurs, les badauds comme un conducteur qui ralentirait sur l'autoroute pour mieux voir les conséquences d'un terrible accident.

Le parti prix est de révéler ce qui se passe réellement en Syrie. Le parti prix est de rendre hommage au travail du grand reporter Robert King (agence Polaris Images) qui prend des risques incommensurables  pour dénoncer les horreurs du régime de Bachar al-Assad. Est-ce que le monde n'aurait pas bougé pendant la seconde guerre mondiale si de tels clichés des camps avaient été diffusés ? 

Le travail de la presse n'est pas d'épargner le grand public mais bel et bien de l'informer.

"Les images que vous allez voir sont horribles. Insoutenables. Mais Robert King, un photojournaliste chevronné les a faites pour que nous les voyions, que nous prenions conscience du drame vécu par les Syriens.
Alors que la grande majorité des médias du monde entier avaient relégué la Syrie dans les pages intérieures, le reportage de Robert King remet les choses à leur place. Nous sommes en face d’une tragédie. Robert King dit que le seul moment de sa carrière où il a eut la même émotion, c’est pendant le génocide du Rwanda….
Robert King, un photojournaliste de l’agence Polaris « n’avait jamais vu cela ». Pourtant à 45 ans, il n’est pas un débutant. Il a commencé sa carrière à Sarajevo en Bosnie. Et tous les photographes vous le diront la guerre en Yougoslavie n’était pas une partie de plaisir. Il a également « couvert » la Tchétchénie, une « sale » guerre, elle aussi, comme toutes. Mais en Syrie, l’horreur dépasse tout ce qu’il a vu avant, et il a du surmonter son émotion pour témoigner car « si tes larmes brouillent ton objectif, tu ne sers à rien ».
A Al Qusayr (20 000 habitants), près de Homs en Syrie, où il vient de passer plusieurs semaines dont trois dans cet « hôpital de fortune » l’horreur a atteint son comble. L’hôpital « officiel » tenu par l’armée qui s’en sert comme d’une caserne et d’un point de tir pour les snipers. Du coup tous les blessés et les malades arrivent dans ce dispensaire.
Le dispensaire, une maison ordinaire, est tenu par le Docteur Kassem, un gastro-entérologue. Il doit fréquemment changer de lieu, car dès que ce lieu de soin est repéré, l’armée de Bachar El Assad le bombarde. Trois infirmiers et des patients ont été blessés pendant que le photojournaliste était sur place. Il manque de tout dans ce dispensaire, des médicaments et naturellement de morphine pour combattre la douleur.
Le pire ce sont ces enfants blessés par les bombes, les tirs de snipers. Robert King a raconté à CNN, la première télévision a voir diffusé son travail, l’horreur de ce bain de sang. Paris Match (ici) a publié dans son numéro de cette semaine des images « mais jusque là nous avions beaucoup de mal à diffuser son matériel » confie Jean-Pierre Pappis le directeur de l’agence Polaris.
Dans le passé, le travail des photojournalistes a fait bouger l’humanité, espérons qu’il en sera de même demain grâce au reportage de Robert King.
Toutes les photos sont de la propriété de Robert King, je ne les utilise sur ce blog aux seules fins de promouvoir son travail et de faire prendre conscience de la situation en Syrie.
 "Des enfants sont emprisonnés, torturés, exécutés et utilisés comme boucliers humains par les forces de sécurité syriennes. Les responsables de ces atrocités de masse doivent savoir qu'ils auront à répondre le moment venu de leurs crimes devant la justice pénale internationale"a déclaré hier Jacques Pellet, représentant permanent adjoint de la France auprès de l'ONU.

Hier, 94 personnes ont perdu la vie en Syrie.

14 commentaires:

  1. l'insoutenable réalité de l'être... et comme dirait une de mes puces "mais pourquoi les méchants ils sont pas gentils ?"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui j'ai pensé au même titre étant fan de ce livre de Kundera ... ta puce a bien résumé car on a beau retourner le problème dans ts les sens, une seule question en effet revient : comment peut-on faire ça ce qui équivaut à pourquoi les méchants ne sont pas comme tout le monde : humain !

      Supprimer
  2. je suis contre le fait de montrer de telles images... après je ne te le reproche pas bien sur car je n'ai pas la prétention de dire comment les gens doivent agir, libre à chacun de les regarder ou pas ;) je ne les ai pas regarder car j'ai vu celle qui figuré sur HC et c'est pour moi impossible ça me retourne trop le coeur je n'y arrive pas.
    Je suis persuadée qu'il n'y a pas besoin d'images pour toucher les gens. Même avec des images les gens qui refusent de "voir" (et là je parle au sens de voir la réalité, ne pas mettre d'oeillères), ne voient rien. Mais bon c'est mon point de vue... sans doute est-ce par que je me refuse à penser que les gens aient besoin d'image pour réagir... je trouve tellement ça déplorable...
    bises à toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a eu souvent ce débat de montrer ou pas les photos de la réalité pendant Visa pour l'Image le plus grd festival de photojournalisme à Perpignan, et il s'avère par rapport aux retombées politiques que le fait de montrer "l'immontrable" fait bouger les choses. En revanche je comprends entièrement ta position car moi-même sur certains sujets je détourne les yeux (notamment la shoa ... je ne supporte pas les reportages sur les camps ou les résumés de séances de tortures lors des procès) et je n'ai pas envie de voir ! Les photos publiées ici sont "soft" similaires à ce qu'on peut voir au JT le soir ... et à chacun de choisir de regarder ou pas bien évidemment. En ts les cas je tiens à préciser que ce ne sont pas des publications à des fins voyeuristes ou médiatiques pour faire monter l'audience !!! pas du tt ! juste un besoin de dénoncer et surtt de rendre hommage comme je le disais aux journalistes qui font un travail extraordinaire. Toutes ces photos aideront aussi les familles pendant les procès après la guerre (oui j'y crois, ça va finir !).

      Supprimer
    2. en ce qui me concerne j'avais bien compris de ta part que ce n'était pas pour faire du voyeurisme ou tout autre chose mal placée ;) je trouve tellement affreux que les gens aient besoin d'images pour réaliser... c'est dans ce sens que je me dis parfois que l'humain c'est de la merde ... mais j'ai toujours ce sens optimiste qui me fait croire en l'humanité...
      mais je te comprends dans ta démarche de vouloir dénoncer, ça me dérange juste de devoir en passer par de telles images...

      Supprimer
    3. Tu sais quoi Chanone on pense exactement la même chose et je trouve également pathétique d'en arriver à montrer ces horreurs pour que les gens prennent conscience de ce qui se passe au-delà de nos frontières. et comme je te le disais je respecte ton choix de ne pas vouloir les voir car ça m'arrive d'en faire autant pour d'autres sujets. Merci à toi d'avoir pris le temps de commenter, ça prouve justement que tu n'es pas indifférente.

      Supprimer
  3. Merci de montrer la vérité, de faire passer la vérité que voit Robert King.

    Parce qu'on a beau croire qu'on imagine bien comment les choses se passent, comment les guerres nous tuent, mais je pense que notre imagination, celle qui a été élevée dans des pays occidentaux "en paix", ne peut pas savoir, ne peut pas voir. Utiliser des enfants comme bouclier humain, comme des objets, comme des êtres sans âmes, sans conscience, sans pensée, c'est affreux, même au delà de tous les mots ! Et quand je parle d'enfant, je parle de tous les enfants de la terre, de 0 à 150 ans !

    Bravo d'avoir osé montrer ce que la plupart d'entre nous n'osaient pas regarder...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo à toi pour ce magnifique commentaire et ces propos si bien étayés ... avec une telle plume si tu es bloggeur ou bloggeuse (je ne sais pas quel sexe se cache derrière ton pseudo) ça mérite un post sur le sujet ! merci encore pr ta venue et d'avoir pris le temps de commenter.

      Supprimer
  4. Personnellement ce n'est pas "Bravo" que j'ai envie de te dire mais "Merci". Sincèrement! J'imagine que beaucoup auront compris que nous nous connaissons mais il ne s'agit pas ici d'un cirage de pompe en règle.
    Pour moi ce n'est pas déplacé que de montrer ces images. Je dis même que c'est NECESSAIRE. Pourquoi?
    Parce que comme dit dans le comm' précédent nous ne connaissons pas la guerre et ne pouvons prétendre comprendre et mesurer le drame qui se joue là-bas.
    J'irai même plus loin en osant dire que nous sommes tellement abreuvés d'images au quotidien que notre cerveau n'est plus en mesure de les analyser. On voit mais on ne sait plus regarder! Seules des images violentes qui fonctionnent comme des électrochocs parviennent encore à nous atteindre.
    Je n'ai pas honte de dire qu'à force, comme beaucoup, je deviens malgré moi un mur d'indifférence. J'ai besoin qu'on m'agresse, qu'on me fasse violence pour que mon esprit critique fonctionne à nouveau.
    Je pleure sur des mannequins de bébé dans des séries et je ne vois plus des enfants réels qu'on mutile. J'ai honte...
    Mon Dieu comme ton article et ces images sont utiles!
    J'appelle ça de l'assistance à personne en danger!
    MERCI!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour commencer, disons surtt Merci à Kings, c'est lui qui a fait le "sale" boulot. Ensuite le fait que tu pleures dvt des bébés en plastique comme tu le dis si bien , on le fait ts (et moi la premiere comme je te l'ai dit dans le com sur ton post) c'est ce qui fait qu'on est humain et la fiction est aussi là pour nous mettre face aux pires réalités !
      Et je pense qu'il est nécessaire de publier des images choc quand il y a une finalité positive. Par exemple, je ne comprends pas qu'il ait fallu tant de temps pour stopper la diffusion du dépeçage fait par Luka Magnotta, déjà pour la dignité de la victime et de ses proches ensuite parce qu'il s'agit de voyeurisme déplacée (le mot est faible) qui peut provoquer d'autres crimes, les banaliser ou traumatiser à vie certains spectateurs. Par exemple, si j'avais été dans une rédaction au moment des faits j'aurais refusé de visionner cette vidéo, j'aurais pu en parler sans la connaître. C'est peut-être présomptueux de ma part de dire ce qui est bon ou non de diffuser mais dans le cas de la Syrie je trouve cela en effet nécessaire.

      Supprimer
  5. Bravo Babidji, fallait oser... j'avoue : j'ai zappé les images insoutenables!
    Tu sais bien qu'on ne peut pas arrêter la guerre en Syrie : on leur vend des armes! Bah oui, sais tu que Dassault ne vis (grassement, je le sais pour connaître des gens qui y bossent et y ont bossé) que grâce aux achats... de l'état français? ils ont pas vendu un seul avion depuis 10 ans, ces boulets (mais les employés ont un 13è, 14è, 15è et 16è mois, le CE pays des voyages de folie aux... retraités etc. Merci la Syrie, merci l'état français. Merci les contribuables).

    BREF! Singez la pétition : "stop aux contrats d'armement qui tuent en Syrie" : http://www.avaaz.org/fr/inde_et_etatsunis_/?fpla/slideshow

    Et si la mort de ces enfants vous révulse : la pétition "je ne veux plus voir un enfant assassiné en Syrie!" :
    http://www.avaaz.org/fr/syria_will_the_world_look_awayfr/?slideshow

    MERCI AVAAZ, on se sent moins mouton grâce à vous, on a le sentiment de pouvoir (à notre tout petit niveau) agir...

    A vos clavier, merci Babidji de relayer de telles actualités!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi pr le lien de la pétition que je viens bien évidemment de signer ... la photo qui y est liée est juste insoutenable elle aussi !

      Supprimer
    2. je voulais dire des pétitions, j'ai signé les 2 bien sûr !

      Supprimer
  6. Je n'ai pas de mots pour cette horreur. Je n'ai pas compris quand j'ai entendu à la radio, il n'y a pas si longtemps que la situation en Syrie risquait, je cite "de dégénérer en guerre civile". Mais c'est déjà la cas! Ce n'est même pas une guerre civile d'ailleurs, mais un massacre d'innocent!
    Je crois que malheureusement, si on ne montre pas ce genre d'image, les politiques, ceux qui peuvent faire bouger les choses, sont capables de jouer aux autruches longtemps, très longtemps, trop longtemps...
    Combien de temps, combien de morts encore, avant que tous les pays admette ce qui se passe là-bas, admette qu'il faut agir, faire de l'ingérence oui, pour sauver des innocents et arrêter le massacre?
    L'humanité apprendra-t-elle enfin un jour?

    RépondreSupprimer

On discute ?