jeudi 28 juin 2012

Cas d'école #2


Le suspense est à son comble … roulement de tambour … que s’est-il passé en ce mardi 26 juin ?

Flash back : nous avions RDV avec l’instite de Pimprenelle pour discuter de son avenir (voir Cas d’école #1) parce que oui il n’y a pas d’âge pour prendre la scolarité de sa fille en main !

Après 2 heures passées à la kermesse de l’école, l’Homme déboule pour l’entretien à 19h30 une fois la boutique close.
Déjà, on remarquera le professionnalisme de Maîtresse à qui ça ne fait pas peur d’avancer sa paperasse en nous attendant jusqu’à une heure si tardive. 
Elle marque un point. 
Elle ne prend pas à la légère notre requête et fait tout pour pouvoir nous recevoir avec nos horaires complètement décalés. Elle aurait pu me voir seule pour lui éviter ces heures sup., mais pour elle pas question de ne rencontrer qu’un seul parent quand il s’agit d’un sujet qui lui et nous tient à cœur … 
elle marque un autre point ! 

Pimprenelle est gentiment envoyée dans la cour afin que nous puissions discuter en toute liberté sur ce projet de saut de classe éventuel.
Pour commencer la maîtresse rectifie le tir :
« Je me suis trompée, pour un saut de classe il n’y a pas besoin d’un entretien systématique avec le psychologue scolaire … cependant vous avez fait votre demande trop tard … il aurait fallu nous en parler début mai ».

Au moins, la situation est posée … d’entrée de jeu on sait que Mistinguette n’ira pas chez les grands l’an prochain. 
Pour son honnêteté, l’instite marque un 3ème point !

Elle continue : «… en revanche, il y aura une classe double niveau moyens/grands à la rentrée et j’y ai d’office mis Pimprenelle ».

A ce moment, on souffle un grand coup, un air de soulagement flotte au-dessus de nos petits bancs où nous sommes assis telles des grenouilles bien sages … nous sommes ra-vis ! Et bien oui, cette solution nous convient bien plus qu’un saut direct en grande section car nous restons lucides sur les blocages de Pimprenelle … certes elle fait déjà les exos des moyens … en revanche il reste pas mal à faire côté assurance et confiance en elle.

La maîtresse nous explique que Pimprenelle pourra comme cette année, où elle était déjà en double section petits/moyens, naviguer d’un groupe à l’autre … si en milieu d’année elle s’installait définitivement dans la section des grands il suffirait de prendre RDV dès Pâques pour un passage anticipé en CP.
Ma foi, ce n’est même pas ce que nous cherchons comme j’avais déjà insisté dans le post précédent, nous souhaitons juste qu’elle ne s’ennuie pas, elle, la plus âgée de tous les petits de sa maternelle. Le but n’est pas qu’elle fasse 2 ans à la place de 3 mais qu’elle vive pleinement sa scolarité en apprenant et en progressant.

Maîtresse nous a aussi un peu ciré les pompes en nous disant qu’on voyait que Pimprenelle vivait dans un univers propice aux découvertes, qu’on devait beaucoup discuter au vu de son riche vocabulaire. Forcément ça flatte, on a ceci dit insisté sur le fait qu’on ne faisait rien de particulier, qu’on ne se positionnait pas dans une démarche de sur-stimulation.
Par exemple, elle pourrait passer plus vite en CP si dès Pâques 2013 elle intègre le système combinatoire des lettres et des sons … il ne faudra pas compter sur nous pour bosser à la maison … je fais entièrement confiance au système éducatif de notre école … si elle l’a compris seule en classe tant mieux, sinon elle fera une année de grand comme les autres enfants nés en 2008.

On a eu droit de voir avant tout le monde son cahier d’exos … nous étions fiers comme Artaban de voir des « TB » partout … qui ne le serait pas ?

Nous nous sommes quittés en discutant de choses et d’autres … notamment que Maîtresse ferait sa dernière année l’an prochain avant sa retraite, ou encore de sa petite-fille qui habite si loin.
Cette instite je l’adore … je n’ai pas été avare de compliments à son égard en lui disant qu’elle avait été parfaite pour notre Pimprenelle avec cet art de surfer entre gentillesse, attention et fermeté quand il le fallait … on lui a dit un grand MERCI ! J’avais même les larmes qui montaient … me remémorant toutes ces fins d’année qui m’ont tant marquée … remuant cette nostalgie certes, mais me rappelant aussi que ça y est mon premier bébé avait déjà terminé sa première année de maternelle …  il ne faut pas chercher d’où tient Pimprenelle cette hypersensibilité !

Pour Maîtresse, c’est un 20/20.

Concernant Bouchon, on n'en a pas reparlé ... je n'ai toujours pas été chercher le dossier d'inscription à la mairie ... et je ne pense pas le faire ... espérons que Bouchon ne réclame de suivre les traces de sa soeur dès janvier prochain.

mercredi 27 juin 2012

Etre Mère #37

Etre Mère c'est réveiller la lionne qui sommeille en nous

Contexte : Kermesse du centre aéré organisé au profit d'une assoce pour le Cameroun dans la cour de l'école primaire qui jouxte celle de Pimprenelle.

Hier 17h, je récupère Pimprenelle sous un soleil de plomb, gâteau à la main, celui que j'ai préparé pour l'événement.
Il fait tellement chaud qu'après avoir déposé la collation, on décide de rentrer à la maison histoire de nous abreuver, récupérer lunettes de soleil et casquette, et surtout pour la tartiner de crème solaire. Bouchon passe la nuit chez ma mère, nous sommes donc en tête à tête pour partager ce moment à deux.
Petit tour des stands : chamboule-tout, parcours avec cuiller et balle de ping-pong, la queue del burro catala à remettre en place les yeux bandés, stand maquillage et... la pêche aux canards ! 
Après une pause gâteau et Mister Freeze pour Pimprenelle ... direction la piscine en plastoc.
Dans la queue qui mesure 3 km on tombe sur sa super copine, qu'on appellera Capucine, (celle du parc ... souvenez-vous ici) et sa maman. C'est au tour de Capucine, section moyen mais seulement 2 mois de moins que Pimprenelle, qui galère sévère avec sa pauvre canne qui ne ressemble à rien, pour attraper ces fichus canetons, qui ne ressemblent à pas grand chose non plus. Naturellement la maman se penche pour aider sa gamine quand la responsable du stand lui hurle dessus : "ah non Madame on ne les aide pas sinon ils ne gagnent pas leur point pour aller chercher les cadeaux !". La mère qui n'a pas vraiment sa langue dans la poche rétorque "elle est en maternelle ..." "...c'est bien pour ça qu'ils n'ont que 5 canards à pêcher contre 10 pour les grands".
J'enchaîne en disant "c'est un peu n'importe quoi, ce n'est pas une compète", la mère "oui et puis à ce rythme on y est encore à minuit" ... on ne se démonte pas. La nana d'ajouter "c'est le chef qui l'a dit" ... ah bah si c'est le chef ! Ca ne nous empêche pas de continuer à pester ... flippant aussi de moisir sur le stand car d'une : tous ceux qui précèdent Pimprenelle sont minuscules et de deux : parce que la mienne ne sera pas forcément plus forte que Capucine ! 
Telles des lionnes nous avons défendu nos lionceaux pour qu'au final une fois que ce fut le tour de Pimprenelle, la gardienne du temple se transforme en agneau compatissant au point d'aider Pimprenelle ?!!??! Mais ma fille elle est trop forte, à son tour de rugir et d'attraper ces 5 fichus volatiles sans l'aide de personne !!! 
Même réaction avec l'autre mère quand on s'est retrouvé au stand maquillage, au point de sortir la même phrase en symbiose : "ils ne préparent pas les J.O non plus !"

Une anecdote certes qui nous a un tantinet énervées ... une mère saura toujours s'imposer pour défendre son bébé ! 

Evidemment que cela ne nous a pas empêchées de passer une superbe soirée ... bataille d'eau pour conclure sauf que les 2 petites n'osaient pas s'arroser ... tout sur les grands ! 

Bien heureuse que Pimprenelle ne finisse pas trempée car nous avions RDV dans la foulée avec Maîtresse ... mon Cas d'école #2 ... à suivre ...
 Cette semaine P'tite Fée nous parle de son job de maman à plein temps avec ses 3 loustics : un témoignage plein de sensibilité et de lucidité ! Catwoman revient cette semaine sur les progrès de nos marmots ... ceux qui semblent tellement superficiels pour les pas encore parents et tellement importants quand il s'agit de nos enfants : on parle de propreté, de gestion des émotions, de toutes ces étapes qui font qu'ils deviennent grand ! Thalie quant à elle doit faire le choix difficile de pousser son fils vers l'illégalité ... certes le terme est un peu exagéré mais pas facile de trancher sur la scolarité d'un ado ! Chez La Tête dans les Etoiles c'est vidéo à l'appui qu'on découvre comment elle exploite sa fille qu'on appelle désormais Cosette ... une paire de collants, un bébé qui marche à 4 pattes et le tour est joué : un carrelage qui brille ! Niouzmum nous fait part de la bêtise humaine ou plutôt de ce type de personne qui se prend pour le nombril du monde ... si vous voulez vous énerver un tantinet avec elle, allez voir ce qu'elle a à vous raconter ! Petit Diable nous présente ses doudous qui se tortillent et qui sentent si bon le miel ... peut-être avez-vous les mêmes à la maison ? On conclut par une touche de douceur, de poésie et de nostalgie chez Clumsy Mummy ... où comment se retourner sur le temps qui s'écoule et tous ces mois passés avec bébé ...
Merci à vous toutes.

dimanche 24 juin 2012

Qui de l'Homme ou des Impôts vaincra ?

Je devrais être habituée … 10 ans cette année que je le pratique l’énergumène … 10 ans de paperasse paumée, éparpillée dans les endroits les plus improbables, oubliée voire jetée pour être certain de ne jamais rien retrouver !
Pourquoi garder des relevés de compte, s’encombrer de rappels d’URSSAF ou classer ses avis d’imposition ?

Je suis passée par plusieurs phases … au début ça m'importait peu … comme on dit chacun sa galère … on vit ensemble certes, mais restons désolidarisés tant que ces oublis répétés n’ont aucun impacte sur mon traintrain quotidien.
2ème étape : je vois rouge, cramoisi ajouterais-je quand je cherche éperdument pendant des heures des documents improbables pour gérer les affaires de Monsieur parti travailler à l’autre bout du monde.  Pourquoi m’en faire vu que les impôts te renvoient dans l’heure ton avis de l’année passée sur ta boîte mail ?
3ème étape : ça ne me fait plus du tout rire quand maintenant toutes les billes sont dans le même panier, maintenant que nous partageons la même activité, que je vois fleurir nombre de pénalités pour non paiement à temps. Je me charge de l’EDF, de la cantine ou de mes propres impôts mais pas question de m’occuper de la partie business. Comme l’Homme aime si bien le rappeler : c’est lui le boss et moi l’employée, alors mon gars prends tes responsabilités !
Je prends le large tant bien que mal … depuis un mois, quelques piqûres de rappel tout de même : « tu sais c’est jusqu’au 21 juin la date limite de déclaration en ligne … ».

En cette belle et longue journée du 21 juin, loin de toutes  considérations musicales qui embrasent la France, l’Homme avachi devant un énième match de l’Euro m’annonce froidement à la mi-temps « je monte vite faire ma déclaration d’impôt ».

??!!?!!

15 minutes plus tard, alors que nos 2 équipes regagnent le terrain je vois l’Homme descendre 4 à 4 les marches pour ne pas louper une seconde de la rencontre. Il prend le temps de m’annoncer nonchalamment « je la ferai après, impossible de mettre la main sur mon n° de télédéclarant, par contre je suis content, j’ai ma déclaration 2010, tout était super bien classé » … avant de se remettre à hurler aux mecs en short.
Interloquée je rétorque : "tu as regardé sous le clavier ? dans ton tiroir ? dans tes classeurs ?" (la dernière question ne sert à rien mais je tente le tout pour le tout). 
Nada, quetchi, aucune trace de cette satanée feuille.
Déjà il est content, il a son relevé 2010 mais on fait quoi à 22h passées sans le reste ???

Vous pensez bien qu’à minuit toujours aucune trace de cette saleté de paperasse, l’Homme va se coucher sans s’en préoccuper … pas grave il appellera les impôts le lendemain matin !

Je commence à bouillir, à penser à cette jolie majoration de 10% qui nous pend au nez … surtout qu’en ce moment c’est bien connu on en gagne plein des sous ! pfffff on ne sait plus quoi en faire d’ailleurs ! pourquoi ne pas aider un peu plus François à baisser la dette, augmenter le smic et financer les retraites ???

Je vais me coucher ... comment dirais-je … un tantinet excédée !

22 au matin, petit coup de fil de l’Homme au Trésor Public … tout le monde est en forme en ce vendredi … je ne sais pas si c’est la fin de la semaine qui cause de tels dommages collatéraux … si ils sont déjà en WE mais au vu de leur réponse on est dubitatif « ils boivent aux impôts ? » … parce que la solution est toute simple : « Monsieur, si vous n’avez pas votre n° de télédéclarant ce n’est pas grave, faites au plus vite votre déclaration sur papier ».
C’est ce qu’on appelle communément se faire prendre pour un jambon ! Ah non en fait je sais, on a dû tomber sur un stagiaire car comment vous expliquer que si on avait ce maudit papier pour  le faire par écrit on aurait aussi le n° requis pour la connexion ! Je te rappelle Monsieur des Impôts qu’on parle du même document là !

L’Homme s’en va déposer Bouchon chez ma mère pas plus stressé que ça … pour ma part,  direction la boutique en mode ébullition …
Ah oui Bouchon puisqu'on en parle, tu ne l’oublieras pas cette fois … parce que je sais que François a décidément besoin de nous mais ½ part en + c’est toujours bon à prendre !

Ma foi ça ne vaut pas l’année où tout content l’Homme m’annonce en début de marché de Noël qu’il a assuré ! Il a pensé à payer le foncier et la redevance. Sauf qu’à notre retour en janvier, nous avons de jolies enveloppes à l’effigie de Marianne qui nous attendent sagement … aller prends-toi ça dans la face : +10% !
L’Homme appelle ses meilleurs amis (vous savez les mecs des impôts) en s’indignant que la Poste a dû fauter vu qu’il a tout envoyé début décembre. Les mecs, ses potes quand même, ils sont cools et passent outre les pénalités si il paie sur le champ …

10 jours plus tard, on reçoit les premiers chèques envoyés par l’Homme … parce qu’il avait oublié qu’une enveloppe, ça s’affranchit !!!

Juste un truc, maintenant que j'y pense, on se marie bientôt … qui dit mariage dit déclaration commune … 2013, l’année des étincelles !  

jeudi 21 juin 2012

Cas d'école #1

Sortie d'école : "La Maman de Pimprenelle je voudrais vous voir"

Un coup d'oeil derrière moi ... personne ... c'est de moi qu'on parle là ? ... ah oui il n'y en a qu'une Pimprenelle ... penaude je m'approche de la maîtresse ... tétanisée comme à l'époque de mes jupes culottes ... j'ai envie de rétorquer un "j'vous jure Madame j'ai rien fait" ou un "c'est pas d'ma faute" ... je m'approche pendant que Pimprenelle file sur le toboggan me demandant ce que me vaut tant d'attention ...

"Elle est née en quelle année votre n°2 ?"
Je mate la poussette ... c'est bien du gnome dont on parle et non de la sauterelle ...
"???"
"Elle est de 2010, non ?"
"euh oui ???"
"Et bien vous pouvez l'inscrire à l'école pour janvier prochain"
Telle une spectatrice d'un Nadal-Djoko je passe de la poussette à la maîtresse, de la maîtresse à la poussette sans vraiment comprendre ... je reste interloquée ... commence à avoir les jambes coupées ... sentir le sol doucement se dérober ... à en suffoquer ... il fait très chaud cet après-midi, non ?

"Elle ? à l'école ? mais vous vous rendez-compte, elle est toute minuscule. Mon petit Bouchon est de fin décembre, et puis c'est mon dernier bébé, et puis elle ne sait pas parler, et puis elle porte des couches, et puis elle va se faire bousculer et puis ..."
"...Vous savez il faut couper le cordon à un moment donné, elle aura deux ans révolus en janvier 2013 et pourra être scolarisée"
"euh oui, je vais voir"
"Ecoutez, inscrivez la, ce sera fait, rien ne vous empêche de ne pas la mettre ... vous verrez le moment venu"

Je sors de l'école complètement sonnée ... 
Après ce moment d'égarement je reprends mes esprits et commence à pester ... comme d'hab ...

°°°j'hallucine, ils n'ont pas voulu de Pimprenelle née début janvier et ils me réclament Bouchon, me prendre mon bébé°°°
°°°les filles ont 3 ans d'écart, 2 ans en année civile et si je fais entrer Bouchon en 2013, le calcul est vite fait ça ne fait plus qu'un an pour la scolarité°°°

J'annonce la nouvelle au padre qui saute de joie ... c'est ce qu'on appelle très communément ne pas être sur la même longueur d'onde ... les arguments du pater sont très simples "à nous la liberté, pendant que les enfants sont à l'école les parents peuvent souffler", "vu le tempérament de numéro 2, l'école lui fera le plus grand bien", "à la maison elle va s'ennuyer".

Une telle insistance de la part du géniteur me convainc presque que cette proposition est une aubaine.
Sauf que, je ne peux m'empêcher de penser à ma Pimprenelle. Ce n'est déjà pas facile d'être du tout début d'année, d'avoir une taille de grand, une maturité de moyen et de stagner chez les petits alors, si par dessus le marché, elle se fait talonner par sa soeur, il ne faudra pas s'étonner qu'elle soit un peu perturbée, complexée, paumée. Certes, j'exagère un tantinet car à l'annonce du couperet, l'éternelle gentillesse de n°1 lui a fait m'annoncer sans toutefois la perturber "tu sais Maman je la consolerai ma petite soeur dans la cour".

Après mure réflexion, ma décision est prise. J'inscrirai Bouchon à l'école, en échange je demande un RDV avec la maîtresse, je souhaite que Pimprenelle passe directement chez les grands.
Il ne s'agit pas d'une requête prise à la légère, de l'envie d'une mère tyrannique qui cherche à tout prix à faire sauter une classe à sa fille, d'une folie douce d'exigence à l'aube de ses 5 ans.
Le constat est simple, Pimprenelle est dans une classe à double niveau : petits-moyens. Au fil de l'année elle s'est naturellement mise à faire les travaux des moyens, ses meilleures copines font également partie de cette section de la classe, et puis elle est appliquée aussi. J'ai vraiment la sensation qu'elle va s'ennuyer terriblement l'an prochain à refaire, en quelque sorte, le même programme. J'ai été de plus confortée dans ce choix quand une instite de grande section qui accueille Pimprenelle à chaque fois que la sienne est absente (et la pauvre à cause de problèmes médicaux l'a beaucoup été cette année) n'en revenait pas que Pimprenelle soit chez les petits : "ah bon ? j'étais sure qu'elle était chez les moyens ! la façon dont elle s'exprime, comme elle écrit, et puis elle est tellement grande". Le dernier argument ne compte pas ... ça se saurait si toutes les personnes de plus de 2 mètres avaient passé leur bac à 15 ans ...

Reste cependant un souci majeur : celui de l'intégration de Pimprenelle en société. Certes il y a eu d'énormes progrès ... je ne vois plus trop de blocages de mon côté les fois où on a passé des après-midi avec ses copines ... mais apparemment la maîtresse n'est pas du même avis ! 

Nous avons RDV mardi soir prochain pour envisager ce saut de classe ... apparemment plutôt compliqué à mettre en place car il faut l'aval du psychologue scolaire mais aussi de la directrice qui à première vue n'est pas des plus commodes. Mon constat est simple, je préfère que Pimprenelle fasse 2 grandes sections si elle n'est pas prête à entrer en CP en septembre 2013, plutôt qu'elle traîne les pieds l'an prochain. Mon obsession n'est pas qu'elle écourte sa maternelle coûte que coûte mais qu'elle s'y sente bien dans ses baskes ! Et pour conclure par le plus important tout de même, Pimprenelle est la première à le réclamer sans qu'on l'ait influencée ... elle est persuadée qu'à la rentrée elle va chez les grands ! 

mercredi 20 juin 2012

Etre Mère #36

Etre Mère c'est changer de repères spatio-temporels ...

Avant quand j'étendais seule le linge, en 5 minutes chrono c'était plié ... étendu ... enfin on se comprend ! 
Dorénavant avec un Bouchon en action, il faut compter une bonne vingtaine de minutes ... le temps que Mademoiselle daigne me filer les pinces une à une quand elle l'a décidé ... sans se risquer de lui subtiliser la corbeille à pinces, au risque de provoquer une crise d'hystérie incontrôlable qui me fera perdre encore plus de temps ... 
le temps de l'admirer également prendre une petite chaussette, m'imitant et la secouant dans tous les sens ... je ne pense pas qu'elle ait déjà acquis la concept du défroissage de linge mouillé ... sinon elle n'aurait certainement pas pris une chaussette ... bref, tout attendri à la regarder secouer puis tenter de l'accrocher je perds facilement 5 minutes de plus ... 
le temps de m'apercevoir que planquée de l'autre côté de l'étendoir elle est en train de retirer tout ce qui a déjà été suspendu à sa portée ...

Voilà ce que donne un Bouchon qui fête aujourd'hui ses 18 mois ... nous ne sommes pas au bout de nos peines car on pourrait tout aussi bien la surnommer Mademoiselle Tempérament !
Cette semaine, 2 posts intenses, très intéressants, plein d'honnêteté et de réalisme sur ce qu'implique notre condition de mère au quotidien, à lire pour apprendre, se réconforter et échanger, c'est chez Thalie et La Mère Lacunaire
Un post tout en émotion chez La Tête dans les Etoiles avec cette plume qui lui est si propre. Bref mais tellement bien vu, c'est le post de NiouzMum. Un autre plutôt sportif chez Adrenaline avec un soupçon d'inconscience de se lancer dans de tels défis ... quant à P'tite Fée :  décryptage de tous ces moments un peu gênants des traces de purée de carotte sur le t-shirt à l'arrosage automatique version pipi au moment du change ...  Ah bah oui au fait puisqu'on en parle ... du pipi il va sans dire ... on fonce chez la Farfa qui met les slips de son fils à rude épreuve ... Chez Coucou Maman ce sont ses nerfs qui pourraient être mis à dur épreuve par les terreurs du bac à sable ... j'adore son post et quelle justicière ! Merci à vous les filles ! 

mardi 19 juin 2012

Syrie : l'Insoutenable

"Afin de mettre un terme à l'effusion de sang en Syrie, nous appelons à un arrêt immédiat de la violence"
"Nous sommes unis dans l'idée que le peuple syrien devrait pouvoir choisir son avenir de façon indépendante et démocratique"

Conclusion hier de l'entretien de plus de 2h entre Obama et Poutine ... après plus d'un an de combats, voilà où nous en sommes. Les plus optimistes diront qu'il s'agit d'un énorme pas en avant de la part des Russes qui avec les Chinois refusent toujours l'intervention des forces de l'ONU en imposant leur veto. 
De leur côté,  la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis travaillent sur un projet de résolution qui proposerait des sanctions contre Bachar Al-Assad s'il ne respecte pas le plan de paix en six points de Kofi Annan.

Quelles sanctions ? pourquoi ne sont-elles pas toujours appliquées ? 

Obama peinerait-il à s'impliquer dans un conflit qui pourrait s'enliser comme en Irak et en Afghanistan où le résultat de ces années de conflit n'a rien donné ? Les caisses vides des Etats-Unis empêcheraient-elles d'intervenir ? Est-ce sa candidature à sa réélection qui le freinerait à envoyer ses troupes ? Est-ce que l'opinion publique américaine ne supporterait pas que son pays fasse cesser ces atrocités ? Est-ce que se mettre à dos russes et chinois provoquerait la 3ème guerre mondiale ?

J'ai décidé aujourd'hui de publier les clichés les plus insoutenables récemment parus dans le monde du photojournalisme. Le but n'est pas de jouer les voyeurs, les badauds comme un conducteur qui ralentirait sur l'autoroute pour mieux voir les conséquences d'un terrible accident.

Le parti prix est de révéler ce qui se passe réellement en Syrie. Le parti prix est de rendre hommage au travail du grand reporter Robert King (agence Polaris Images) qui prend des risques incommensurables  pour dénoncer les horreurs du régime de Bachar al-Assad. Est-ce que le monde n'aurait pas bougé pendant la seconde guerre mondiale si de tels clichés des camps avaient été diffusés ? 

Le travail de la presse n'est pas d'épargner le grand public mais bel et bien de l'informer.

"Les images que vous allez voir sont horribles. Insoutenables. Mais Robert King, un photojournaliste chevronné les a faites pour que nous les voyions, que nous prenions conscience du drame vécu par les Syriens.
Alors que la grande majorité des médias du monde entier avaient relégué la Syrie dans les pages intérieures, le reportage de Robert King remet les choses à leur place. Nous sommes en face d’une tragédie. Robert King dit que le seul moment de sa carrière où il a eut la même émotion, c’est pendant le génocide du Rwanda….
Robert King, un photojournaliste de l’agence Polaris « n’avait jamais vu cela ». Pourtant à 45 ans, il n’est pas un débutant. Il a commencé sa carrière à Sarajevo en Bosnie. Et tous les photographes vous le diront la guerre en Yougoslavie n’était pas une partie de plaisir. Il a également « couvert » la Tchétchénie, une « sale » guerre, elle aussi, comme toutes. Mais en Syrie, l’horreur dépasse tout ce qu’il a vu avant, et il a du surmonter son émotion pour témoigner car « si tes larmes brouillent ton objectif, tu ne sers à rien ».
A Al Qusayr (20 000 habitants), près de Homs en Syrie, où il vient de passer plusieurs semaines dont trois dans cet « hôpital de fortune » l’horreur a atteint son comble. L’hôpital « officiel » tenu par l’armée qui s’en sert comme d’une caserne et d’un point de tir pour les snipers. Du coup tous les blessés et les malades arrivent dans ce dispensaire.
Le dispensaire, une maison ordinaire, est tenu par le Docteur Kassem, un gastro-entérologue. Il doit fréquemment changer de lieu, car dès que ce lieu de soin est repéré, l’armée de Bachar El Assad le bombarde. Trois infirmiers et des patients ont été blessés pendant que le photojournaliste était sur place. Il manque de tout dans ce dispensaire, des médicaments et naturellement de morphine pour combattre la douleur.
Le pire ce sont ces enfants blessés par les bombes, les tirs de snipers. Robert King a raconté à CNN, la première télévision a voir diffusé son travail, l’horreur de ce bain de sang. Paris Match (ici) a publié dans son numéro de cette semaine des images « mais jusque là nous avions beaucoup de mal à diffuser son matériel » confie Jean-Pierre Pappis le directeur de l’agence Polaris.
Dans le passé, le travail des photojournalistes a fait bouger l’humanité, espérons qu’il en sera de même demain grâce au reportage de Robert King.
Toutes les photos sont de la propriété de Robert King, je ne les utilise sur ce blog aux seules fins de promouvoir son travail et de faire prendre conscience de la situation en Syrie.
 "Des enfants sont emprisonnés, torturés, exécutés et utilisés comme boucliers humains par les forces de sécurité syriennes. Les responsables de ces atrocités de masse doivent savoir qu'ils auront à répondre le moment venu de leurs crimes devant la justice pénale internationale"a déclaré hier Jacques Pellet, représentant permanent adjoint de la France auprès de l'ONU.

Hier, 94 personnes ont perdu la vie en Syrie.

vendredi 15 juin 2012

Un Père à la Page

On est dans les temps ... cadeaux de Fête des Pères finalisés !

Après le t-shirt 'empreintes' de l'an passé ... aucune idée à l'horizon ... toujours aussi compliqué avec Bouchon qui est si petite petite ... j'attends l'illumination divine ... 
Une fois de plus (comme pour le calendrier de l'Avent) c'est Stéphanie Bricole l'illumination ! Elle m'a sauvé la mise avec cette superbe idée de marque-pages ... super facile à réaliser ... super rapide ... ça tombe bien car je ne suis quasiment pas à la maison en ce moment ... et Bouchon peut même y participer ! 
Voici le post qui m'a inspirée : DIY marque-page original avec photos d'enfants.

Il vous faut : un appareil photo - imprimante - papier photo - des ciseaux - de la colle - du papier cartonné et une ficelle.

J'ai pris le parti de faire un marque-page recto-verso. Il suffit d'imprimer 2 fois la même photo avec effet miroir sur votre logiciel photo ou directement sur celui de l'imprimante (généralement ça s'appelle symétrie horizontale ou un truc du genre).
 Une fois les photos imprimées, on découpe les gnomes.
J'ai fait faire un dessin à Bouchon sur une plus grosse surface que celle nécessaire car elle est encore incapable de le faire sur 2 petites bandes. J'ai ensuite sélectionné 2 endroits où l'on voyait un maximum de traits de crayon ... soit pas grand chose ! surtout que Pimprenelle m'a avoué avoir fait les petits ronds oranges ... j'm'en serais douté hein ? des ronds à 18 mois ça frôle l'exploit !!! 
Pimprenelle a de son côté décoré et écrit des mots d'amour sur un cercle à son Père adoré. Une ficelle et un coup de super glue entre les 2 photos ... tout tient c'est merveilleux ! 
Impossible de faire prendre la pose à Bouchon pour une drôle de mise en scène ... on a donc fait très "basique" ! 
Demain, elles vont décorer avec leur Mamie qui les garde de magnifiques enveloppes pour y glisser leur marque-page.
Franchement si vous êtes en retard et sans idée, c'est très simple à réaliser et Pimprenelle a adoré ! 

jeudi 14 juin 2012

J'me sens Bête


Au premier sens du terme … j’aurais pu aussi bien écrire idiote, stupide, crétine …

J’ai toujours eu une fascination pour les intelligences supérieures. Ces personnes qui maîtrisent des sujets que le commun des mortels, ou plus simplement moi, n’arrivent à intégrer.
Hier encore je lisais un article sur la Syrie dans Libé. Un article technique qui, si j’ai bien compris laissait pour une fois une infime once d’espoir dans le dénouement de cette guerre civile … analyse fondée sur une étude approfondie des différentes ethnies et religions qui composent le pays. J’ai beau me concentrer de toutes mes forces, je dois admettre que je ne peux comprendre que superficiellement le raisonnement de Fabrice Balanche qui nous énumère à longueur d’article les communautés sunnites, alaouites, kurdes ou encore turkmènes comme moi les ingrédients de la recette du gâteau au yaourt. Et je m’en veux de ne pas me souvenir, de ne pas intégrer ces éléments indispensables à la compréhension du conflit et plus largement aux conflits du Moyen-Orient. Déjà à l’époque de la guerre en Irak, j’avais beau lire 50 fois des définitions explicatives des différences entre Chiites et Sunnites sans jamais pouvoir l'enregistrer une fois pour toutes.

Quand il s’agit de sujets scientifiques … c’est le comble … une horrible sensation m’envahit celle de me sentir la dernière des abruties. Dans Le Point cette fois … alors que je suis incapable d’expliquer à un enfant le pourquoi du comment d’une éclipse, que même avec  une maquette je n’y arrive pas … comment voulez-vous que je comprenne ça : « En fait, la Voie lactée et Andromède sont suffisamment proches et alourdies de matière noire pour que les forces de gravitation prennent le pas sur les forces d’expansion. ». Merci Monsieur ou Madame F.L. pour ces amples informations … pour commencer je ne sais pas ce qu’est une galaxie (ici Andromède), encore moins de la matière noire, ni même une Voie lactée. Il me faut vite un sondage très explicite sur le nombre de lecteurs du Point qui acquiescent à la fin de l’article pour, s’il vous plait me dire qu’il y en a un seul sur 100 ! Sinon, je sens que je vais pleurer. 

Cette frustration de se sentir inférieure remonte à mon année de terminale. L’année où j’ai pris conscience que bête je resterai, que oh grand jamais je ne ferai partie de ces intelligences qui m’impressionnent tant. La sentence est tombée pendant mes 8h hebdomadaires de philo … merci la section L. Je l’avoue, j’étais comme une étrangère échouée par hasard sur les rives de ce cours, ces rives que je n'ai jamais su gravir. On m’aurait parlé chinois que le résultat aurait été sensiblement le même.
Je n’ai jamais pu lire un livre de philo en entier n’arrivant à dépasser le premier chapitre, compris au bout d’un long effort de concentration … quelque soit l’époque ou le philosophe. Peut-être qu’un BHL j’y arriverais, remarquez ce n'est pas si sûr …

Pour pallier cette frustration de non compréhension, j’ai trouvé la solution. Je m’entoure de personnes « hautement intelligentes » ou « hautement cultivées ». Je parle de personnes gentilles, attentives qui n’ont qu’une obsession partager leur savoir sans l’étaler à te faire rougir de ton ignorance. Celles qui pratiquent l’art de la vulgarisation en me donnant l’impression qu’à mon tour je peux être intelligente. J’adore ça …

Quand j’ai enfin fait le plein de savoir, je retourne à mes occupations de prédilections que sont Pékin Express, Marie-Claire ou Rire et Chansons.

mercredi 13 juin 2012

Etre Mère #35

Etre Mère c’est arrêter le temps.

Lundi, boutique fermée, besoin impératif de profiter de mes filles, d’elles que je ne fais que croiser comme le commun des parents qui besognent.

Je récupère Bouchon chez ma mère. A peine le premier gazouillis émis au sortir de la sieste, je me rue dans la chambre récupérer mon bébé … accueillie aussitôt par deux petits bras qui se tendent vers moi.
Je me pose sur le canapé, mon bébé tout blottie sur moi.
Une, puis 5 puis 10 minutes passent. Nous restons toutes les 2 sans bouger. Le temps semble comme arrêté, suspendu, interrompu. Je me fiche de ce que je dois faire, de ce que j’ai à faire. Moment intense, la quintessence du bonheur, l’amour à l’état pur en cette étreinte qui semble infinie.
Au bout d’une vingtaine de minutes, la montre me rappelle à l’ordre … il faut aller chercher Pimprenelle à l’école … pour ensuite mieux recommencer, à 3 cette fois.
Youhou belles participations cette semaine avec pour commencer une longue reflexion sur la corrélation sexe et capillarité chez la Tête dans les Etoiles ... c'est drôle allez-y ! La Farfa nous prouve par A + B que une mère vaut bien un ministre ... tout du moins niveau emploi du temps. NiouzMum m'a fait flipper avec son post sur la culpabilité ... non pas parce qu'elle fait peur ... au contraire elle est d'une honnêteté fracassante au point que j'aurais pu écrire ce billet ! Dans la même veine on a Thalie qui nous raconte sa fabuleuse journée au pays des poneys en accompagnatrice d'un jour ... j'ai ri et surtout j'en arrive à une conclusion : ne jamais accepter, même sous la menace affective, de faire une sortie de classe ! Et la petite dernière c'est la petite dernière justement ! Dernière participation pour la dernière arrivée à ce rendez-vous hebdo ... je suis heureuse de vous présenter Coucou Maman avec une histoire attendrissante qui pourtant avait plutôt mal commencé ... pour finir en rose PQ ! incompréhensible je sais ... pour comprendre faites un tour sur son blog qui est doux comme un cocon, on a envie d'y rester ! 
Merci à vous toutes !

jeudi 7 juin 2012

Oh Toi Stérilaid !

8 mois que nous cohabitons … 8 mois que tu m’en fais voir de toutes les couleurs dont une qui tire inlassablement sur le pourpre … 8 mois que tu as décidé de te nicher sans te faire oublier.

J’ai cru aux balivernes de la gynéco, de la science, des labos.
J’ai cru pouvoir devenir cette femme des campagnes Narta et Tampax réunies, cette femme libre de corps et d’esprit, cette femme affranchie.

J’ai été persévérante, pleine d’espoir même, quand malgré le premier mois je ne pouvais tester les avantages tant vantés sur la brochure pour cause  d’indisposition chronique.
Oh Toi Mon Stérilaid, à l’aube du contrôle de routine tu as pris peur … me laissant entrapercevoir une issue en ce début d’année. Oh Toi qui pendant 2 mois m’a laissé goûter aux plaisirs sans cette lourde sensation d’une épée de Damoclès, qu’on appelle bébé, me pendre au-dessus du nez.

Une fois la révision effectuée, où j’ai débarqué la fleur au fusil vantant tes mérites  à l’instructeur en chef, t’adulant, te vénérant, tu as contre-attaqué !

1 mois et demi de combats ensanglantés pour 2 semaines de trève, ponctués d’affreuses éruptions cutanées alternés de phases d’épuisement insensées … 1 fois, 2 fois … je te préviens à la 3ème la guerre je l’emporterai … de toi  je me débarrasserai !
A deux contre un, on va gagner … car l’Homme est de mon côté.
Aux oestrogènes pour t’apprivoiser je ne succomberai. Je refuse de  me doper pour t’exterminer.

Dans deux mois si tu ne te fais pas oublier, nous deux on va divorcer !

Oh Toi Mon Stérilaid, j’avais raison de me méfier … souviens-toi de ce billet !

Bibibibibibibibiiii...

...fooooooc ... son amitié dure comme le roc ...
Petite aussi j'ai eu mes travers ... pas d'obsession perverse envers Ken ... pas d'indigestion de Charlotte aux Fraises ... mais une fascination pour Bibifoc.
Ma mère qui a gardé de nombreux vestiges vient de me refourguer la parure entière à l'effigie du héros de mon enfance ... qui a atterri comme il se doit dans le lit de Pimprenelle.
Je n'ai jamais fait un lit le coeur aussi léger et à la fois empli de nostalgie ... me reprochant également de ne pas céder aux envies de ma fille pour une jolie couette Hello Kitty alors que moi-même j'y ai eu droit ...
Ma foi, on peut trouver du Hello Kitty joli, non ? du Hello Kitty sans rose bonbon écoeurant et dégoulinant, non ?
Pourquoi ne pas lui faire cette fleur ... celle d'une magnifique housse girly, criarde et so hugly ? puisque de toute façon je la recouvrirai de ce somptueux dessus de lit rapporté par l'Homme de Delhi !