mardi 5 juillet 2011

9ème saison


Fabuleuse série qui dure et qui dure encore … celle de notre vie trépidante sur les marchés … 9 ans que Babidji a rencontré l'Homme sur un nocturne du Sud de la France … il déballait pour la première année … je compensais mon stage d’étudiante non rémunéré en déballant tous les soirs sur le stand d’à côté …
C’est reparti pour un tour … sauf que faire les marchés ne nous suffisait apparemment pas assez cette année … on a corsé l’affaire : un nouveau bébé et une boutique 7/7j en + de 7 nocturnes et 2 matinales … (niveau de sommeil -12 pendant 2 mois).
Nous ne sommes pas plus forts que les autres … car sans Super Mamie … qui assure la garde des filles à temps plein … nous serions bien dans le pétrin !
En ce 4 juillet … on sent doucement la saison estivale nous envahir … à défaut d’avoir le soleil au zénith on voit débarquer une nouvelle vague de touristes … on a du mal à se remettre dans le bain … ça fait pourtant 9 ans … mais d’une année sur l’autre on oublie ! on oublie les cas les + désespérés … ça me fait penser au bouquin d'Anna SAM Les Tribulations d'une caissière, vous savez cette caissière surdiplômée qui a publié les meilleurs posts de son blog …
Même si son job n’a rien à voir avec le nôtre puisque nous ne subissons pas la pression de la grande distribution, que nous bossons pour nous, côté anecdotes on partage en revanche pas mal de similitudes …
Mise en situation en cet après-midi de juillet :
Voilà le franchouillard de base : « j’arrive en vacances et je tire la gueule » … on a envie de lui dire « bah mon gars, faut pas être comme ça, t’es en vacances », mais on n’ose pas car il a peut-être vraiment enterré toute sa famille la veille … pourtant non … le reste de la smala suit … au rythme de cette marche funèbre entamée par le Pater.
Un Papi d’un pays inconnu débarque … une langue non identifiable et non identifiée … no communication between us … no comunicacion posible … mais Papi est super fort … il me fait bien comprendre que l’article à 13 €, il le veut à 8 … à mon tour de rétorquer NON NON NON … NO NO NO … NEIN NEIN NEIN … NIET NIET NIET… tout y passe, il capte et s’éclipse.
Et celle-là … celle-là elle est super connue … vous savez celle dont le nom commence par un « P » et termine par un « asse » … celle qui touche à tout, qui retourne tout … sans dire bonjour … qui arrive à vous choper le miroir tout en haut de l’étagère … qu’on appelle plus communément : le stock … car toucher celui qui est en expo c’est beaucoup moins rigolo … qui laisse la boutique comme un lendemain de cyclone … sans rien acheter et sans dire au revoir … ça coule de source …
Papi revient, cette fois-ci il décroche un objet à 18 € (les enchères montent) et me tend 14. NON NON NON … NO NO NO … NEIN NEIN NEIN … NIET NIET NIET (bis). Il s’évapore.
Que se passe-t-il ??? on me dit bonjour avec un accent bien reconnaissable, avec un grand sourire plein de dents, avec un entrain qui vous donne la pêche en moins de 10 secondes … mais oui bien sûr ce sont nos amis belges ! Après 9 ans, je n’ai toujours pas percé ce mystère … celui de l’autre côté de la frontière Nord … ce pays où les gens sont juste heu-reux, toujours polis et agréables !
Chouette des espagnols ! Je vais pouvoir progresser et apprendre un nouveau mot c’est sûr … ils me prennent 2 … chouettes … et comment on dit en espagnol ? hein ? « Buho » … je savais bien que j’apprendrais un nouveau mot …
Oh mais qui vois-je là bas dans un coin … c’est famous Papi … cette fois, c’est sûr il a compris et a changé d’avis … il me fait décrocher 2 éléphants … me les fait emballer … et me donne 20 à la place de 21 € … c’est nerveux … j’explose de rire … NON NON NON … NO NO NO … NEIN NEIN NEIN … NIET NIET NIET (ter). Je lui dirais bien d’aller l’an prochain en vacances de l’autre côté de la Méditerranée si il aime tant négocier … je lui dirais bien qu’en France ce sont des prix fixes en boutique … mais … no communication between us … no comunicacion posible … il s’en va et j’espère … ne reviendra pas !
« Bonjour Madame » … pas de réponse … elle lâche tout très vite … j’avais oublié le syndrome de celle qui fait semblant de ne pas entendre … pour ne surtout pas répondre … celle qui a peur qu’un léger contact verbal ne la force à acheter … c’est bien connu … on oblige les clients à dépenser … la voilà qui file à l’anglaise … au cas où je lui courrais derrière … et rien que pour l’embêter je dis super fort « au revoir Madame, bon après-midi » avec un grand sourire ingénu … parfois le vice m’envahit ... c’est mal … je sais.
La famille Ricorée arrive … tout le monde il est beau … tout le monde il est gentil … tout le monde il est poli … personne n’achète … limite on s’en fiche … on a tapé la discute … c’était sympa … une paisible interstice en cet après-midi tout gris.
Bientôt l’heure de laisser la main à notre jeune vendeur pour la fin de soirée en boutique … j’irai rejoindre l’homme sur le marché nocturne … nouvelle ambiance … nouveaux clients … par contre les familles « touche-à-tout » … celles-là je ne les oublie pas … impossible … le père, la mère et les 3 gosses en file indienne ... celles qui retournent le stand sur 8 m de long … du début jusque la fin … sans épargner un seul article …
Ce métier on l’a choisi, alors on le prend sur le ton de la rigolade, et surtout on retient les bons moments partagés avec les clients sympas ! C’est la majorité … heureusement.
Il y a justement le syndrome du client qui nous kiffe trop … celui qui voudrait faire un « Vis ma Vie » de camelot … celui qui ne comprend pas quand il y a beaucoup de monde qu’on ne peut plus lui parler et qui tape l’incruste derrière le stand ! C’est toujours mieux que le plouc de base qui nous prend de haut car on ne fait que les marchés … les mêmes qui parlent mal aux femmes de ménage et aux caissières … ceux qui me léchaient les bottes quand j’étais journaliste radio … beurk je les exècre …
Le plus drôle pour la fin, comme tous les ans, on attend les meilleures brèves de marché :
Ceux qui demanderont à notre voisin de stand où on met les piles dans son cadran solaire,
ceux qui nous diront que c’est bien de rapporter de l’artisanat du Népal car ils adoooorent l’Afrique …
et notre chauve (un par soir au minimum) qui nous fera sa super blague vaseuse « bah moi la pique à cheveux, ça tient pas » et on lui répondra (ma foi il n’est pas méchant le chauve) « on a de la super glue si vous voulez monsieur » et tout le monde de finir en un « ah ah ah » général.

11 commentaires:

  1. trop fort! je me suis une fois de plus bien marrée à te lire... De bons moments passé avec toi sur le stand, quelle comédie humaine! Bon courage pour la saison qui démarre et plein de gros bisous à vous 4
    Sandrinette

    RépondreSupprimer
  2. et oui ... souvenirs ... souvenirs ...
    de tte façon si je voulais l'inventer, je crois que je n'y arriverais pas ;) bisous à vosu 4 aussi

    RépondreSupprimer
  3. Ca sent le vécu....Analyse des êtres humains et de leurs capacités à nous faire rire ou nous ébahir!! J'aime beaucoup le petit Papi moi !!

    RépondreSupprimer
  4. Et vivent les chauves ! :P
    Prends un bloc note pour te rappeler les meilleurs échanges, pour la nouvelle saison :P

    RépondreSupprimer
  5. moi aussi le papi m'a scotchée ! il m'a bien fait rire ... malgré lui !
    et effectivement je pense que je vais noter les futures anecdotes qui feront je pense un bon post pour la fin août !
    depuis que je vends et que je suis de l'autre côté du miroir, je vous assure que je suis une cliente modèle ... ou presque ... car dans mes jeunes années j'ai aussi dû faire rire ou pire agacer plus d'un vendeur !

    RépondreSupprimer
  6. C'est sympa ce que vous faites! Ça doit faire des grosses horaires non? J'ai repris le travail il y a un mois et je ne m'y fais tjs pas...dure de laisser la puce!

    RépondreSupprimer
  7. Pour te dire la vérité cette année ça ne se passe pas très bien ... la grande le vit mal pour la 1ère année et la petite qui est forcément différente de la dernière n'arrive plus à dormir dps qu'elle ne me voit plus ... donc ce n'est pas facile du tt !
    Tout rentrera dans l'ordre en sept. ou presque ... plus da marchés mais tjs la boutique jusque nov. et le papa qui s'en va 3 semaines en Inde dbt sept. faut se dire qu'ensuite on les voit à plein temps (sauf marché de noël) ... et c'est vrai que ce n'est pas facile de les laisser, heureusement c'est ma maman qui s'en occupe ... au moins je sais qu'elles restent dans un coccon familial ! là je file les voir une petite heure avt d'aller déballer ! courage à toi :)

    RépondreSupprimer
  8. C'est sur ça doit être hyper dur. Essaye de te dire qu'après tu as la chance de les avoir a temps plein avec toi, et ça c'est beau...bisous

    RépondreSupprimer
  9. ah bah je n'avais pas vu ce commentaire, c'est exactement ce que je te dis en réponse de l'autre plus récent ;)

    RépondreSupprimer
  10. Sympa tes anecdotes !

    Je vais lire ton blog de ce pas :)

    (et merci pour ton commentaire, c'est sûr que les clients c'est juste des blagues parfois...)

    RépondreSupprimer
  11. tu vas peut-être t'ennuyer un peu sur mon blog car c'est quand même très axé famille et maternité mais en ts les cas merc d'être venue y faire un tour ! de mon côté je suis le tien ... ça me rappelle ma jeunesse ;)))

    RépondreSupprimer

On discute ?