jeudi 7 avril 2011

Pourquoi je suis contre l'accouchement à la maison

C'est la grande tendance du moment : accoucher chez soi.
En tous les cas d'après la presse qui consacre de plus en plus d'articles au sujet.

Et effectivement, j'ai du mal avec cette pratique qui est à mon humble avis carrément rétrograde.
J'avoue qu'en France le suivi et l'instant T sont surmédicalisés. On peut en effet lutter contre ce fait en trouvant des compromis (avec les maisons de naissance par exemple) mais sans pour autant mettre en péril la vie de la mère et/ou de son enfant. Tout est question de mesure.
J'ai vécu assez de temps en Inde pour voir que les femmes aimeraient tellement pouvoir accoucher dans des conditions optimales et médicales.
Par ailleurs, en discutant avec l'une des sage-femmes lors de mon accouchement pour Bouchon, elle m'informait qu'un accouchement à domicile sur deux de l'agglo de Grenoble se terminait de toute façon à l'hôpital, et avec de +, le stress et la panique du transfert en urgence.

Il existe aussi certains reportages comme celui ci-dessous qui ne font que renforcer mon opinion ... je pense que les paraguayennes aimeraient infiniment pouvoir accoucher comme la plupart des françaises.
Reportage "Mortes en couche" à voir ... à tout prix !

Toutes les photos sont de la propriété de Rodrigo Alfaro, je ne les utilise sur ce blog aux seules fins de promouvoir son travail et de faire prendre conscience de la détresse de ces femmes et de ces ados.
Vous trouverez son travail à cette adresse : http://alfarorodrigo.wordpress.com/


1800 nouveaux-nés meurent chaque année de mauvais soins au Paraguay, plus de 1500 enfants perdent leur mère décédée après un accouchement. Et ce n’est que le début. Le pays connaît une forte augmentation du nombre d’adolescentes enceintes. Les chiffres sont affolants, 25% des décès de jeunes femmes âgées de moins de 19 ans sont dus à des avortements clandestins.
Rodrigo Alfaro, photojournaliste, a 24 ans, il est né en Argentine. Il a voulu témoigner de la situation sanitaire au Paraguay. Il raconte sur son blog l’impossibilité pour les populations indigènes d’accéder aux soins : « Il faut prendre un tracteur ou une moto pour aller à l’hôpital et souvent le docteur est absent. » Plus choquant encore, la mort de nourrisson : “Un bébé à l’agonie a été examiné et renvoyé chez lui avec sa mère. Les hôpitaux n’ont pas le matériel pour effectuer des examens. Le personnel est incapable de faire un diagnostic et de lui promulguer les soins nécessaires. Il doit se débrouiller seul pour survivre”.

A Boqueron, il est courant que les bébés soient abandonnés par leur famille et en meurent. Ils sont transportés dans des boîtes de balles.

Dans les campagnes, la moyenne est de 5 enfants par mariage. Quand la mère meurt en couche, la situation est catastrophique car ce sont les enfants qui s'occupent les uns des autres.

Une ado enceinte, Hôpital San Pablo

Un bébé à l’agonie a été examiné et renvoyé chez lui avec sa mère. Les hôpitaux n’ont pas le matériel pour effectuer des examens. Le personnel est incapable de faire un diagnostic et de lui promulguer les soins nécessaires. Il doit se débrouiller seul pour survivre”.
Au moment de l'accouchement, souvent les adolescentes déchargent toute l'angoisse accumulée pendant leur grossesse. La fille hurle et me demande de la sortir de là, réalisant que la naissance va "dégrader" sa vie.

3 commentaires:

  1. Bouh...
    Un article qui fait froid ds le dos !
    Ce que j'ai envie de dire, c'est qu'en France, on est p-être dans la sur-médicalisation, mais c'est effectivement ça qui fait qu'il y a peu de décès péri-natal & de décès maternel.
    Je ne me suis jms retrouvée en face de qqn qui m'ait dit "je veux accoucher à la maison". Je peux comprendre l'idée, mais n'est-ce pas un caprice ? Oui, qd tt se passe bien, c'est le bonheur... ms qd tout se passe mal ? cela vaut-il la peine de prendre ce risque ? j'en doute également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en fait, je pense que c'est comme tout il faut pesait la part du risque encouru ... c'est un peu le même discours avec ceux qui sont anti-vaccins ... et evidemment c'est bien parce que nous sommes très médicalisés en France que le taux de mortalité en couche ou des nouveaux nés est bien en dessous de celui des pays en voie de dvlpt.

      Supprimer
  2. cela ne fait que renforcer mes idées sur les AAD, je suis définitivement contre.
    et comme je le disais dans mon article, je trouve cela bien dommage surtout vis à vis de ces femmes et enfants dans la misère...
    je lis ton commentaire du dessus et je dois te dire que je ne comprend spas non plus les personnes qui ne veulent pas vacciner, surtout des vaccins qui datent et qui ont fait leur preuve ! c'est bien grâce à eux que beaucoup de maladie ont disparu... mais si on arrête les vaccins, elles reviendront... c'est d'ailleurs le cas avec la tuberculose...
    merci pour le lien ;) bises

    RépondreSupprimer

On discute ?