jeudi 31 mars 2011

Une nuit ordinaire de jeune mère ...


... en l'absence du père

5h40 : "ouinnnnn ouinnnnnnnn"
Coup au coeur, je suis dans un sommeil profond, je regrette instantanément le coucher tardif ... trop tardif ... de la veille ...
En mode automatique je fonce sur le bib, je l'ouvre, j'ouvre ensuite la boîte hyper méga pratique de lait en poudre avec son super embout entonnoir ... au moment de le verser je sens comme une douce poussière m'envahir le pied droit, au moment de me lever j'ai cette douce sensation de marcher sur une plage des Seychelles ... et oui l'embout entonnoir à ses limites quand on est dans les vappes.
Ni une ni deux, je fais patienter Bouchon quelques secondes, mon côté très pragmatique (même à 5h45) me dit qu'il vaut mieux ramasser que transformer la maison entière en plage de sable fin.
5h50 : je récupère Bébé ... crie intérieurement "Victoire" ... qui n'a pas réveillé Pimprenelle.
6h20 : Bébé repu, fesses propres, je la dépose dans son lit.
6h30 : j'entends une douce voix cassée : "maman, moi ai les yeux qui collent".
"Viens ma chérie" dis-je du fond de mon lit bien décidée à finir ma nuit, "ne réveille pas Bouchon, je vais te nettoyer les yeux".
Là, je l'entends avant de la voir arriver qui se cogne au moins 3 fois dans des obstacles, tels que portes ou murs, les yeux englués de cacas jaunâtres voire carrément verdâtres.
Je découvre que la conjonctivite a un très grand pouvoir adhésif ! Pimprenelle ne voit plus rien.
Je mets à peu près 20 mn grâce au dacryo de Bouchon (qui a une conjonctivite de naissance) à lui décoller les paupières. Ah c'est sûr Pimprenelle va en dépenser des sous en mascara plus tard, vu l'épaisseur et la longueur !
Mais trêve de reflexion superficielle ... on est dimanche, pas de docs, et Perpignan n'a toujours pas inventé la pharma 24/24h. Il faudra attendre le lendemain à coups de sérum.
7h10 : j'aurai ma grasse mat., tout le monde se rendort jusque 10h ... une histoire qui finit bien ...

2 commentaires:

  1. Qu'est-ce qu'on se marre, la nuit, hein ? :D

    RépondreSupprimer
  2. on sent toute l'expérience qui resurgit dans ta phrase ;)

    RépondreSupprimer

On discute ?